AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le début de la fin. (Pv; Noemie Kotasu) [FINIT]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kirito Rivers
Chef du clan Yachiru
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Le début de la fin. (Pv; Noemie Kotasu) [FINIT]   Lun 25 Aoû 2014 - 2:20

La journée avait été froide. Non pas par la température, mais par l’atmosphère lourde et oppressante qui y régnait. La petite feuille de papier reposait sur la commode du chef Yachiru. Celle qui disait qu’il avait un grand avenir, qu’il ne devait pas se soucier du passer, mais du présent, accomplir ses rêves. Celle qui lui faisait un peu peur. Pourquoi donc avait-il reçu une note du genre et a qui appartenait cette écriture?

Pendant la journée, Kirito avait été comme à son habitude, plein d’énergie, souriant et aidant. Il avait même sauvé la vie d’un petit chaton sauvage coincé dans un arbre près de l’étant ou il avait l’habitude de se ressourcer.  Son bras avait reçu une multitude d’égratignures, mais ça avait été plaisant de savoir qu’il avait réussi à le déprendre de la et qu’il ne mourrait pas en tombant de si haut.

Vers la fin de la journée, Kirito devient plus distant envers les individus, voulant rester un peu seul. Depuis longtemps il avait été un chef sympathique, à l’écoute, il avait maintenant besoin d’un peu de solitude. Voir l’intention des gens envers son égard était quelque chose qu’il l’avait toujours préoccupé, voir terrifier. Habituellement il voyait seulement des trucs bien, mais pendant un moment, certaines personnes en avaient de mauvaises envers lui. Il redoutait une embuscade ou une attaque dans les plus brefs délais…

Il s’enferma dans sa chambre pendant une heure, regardant le plafond d’un regard vide, il avait peur, il savait que si l’embuscade des gens réussissait, il mourrait. Dans la liste de gens qu’il croyait qu’il allait devoir affronter, il dénombrait trois Mikari, deux Asuna, un Tochi et un Suzuka. Jamais il n’aurait pensé devoir se battre contre quelqu’un de beaucoup plus important que ces membres si tenaces.

Debout devant son miroir, il regardait le reflet d’un regard critique. Il jugea pour une des premières fois l’individu qu’il était devenu... Il en était fier. Il prit la petite feuille ou était écrit son message d’une personne anonyme, il retourna le morceau de papier, sorti un stylo et écrit d’une main léger.

‘’A ma sous-chef préférée,

J’aimerai que tu n’aies jamais à lire ce message, mais si quelque chose m’arrive, j’ai bien peur que tu seras la première à le découvrir et à le lire. Comme tu l’as dis, j’ai beaucoup d’ennemies et j’ai bien peur que ce soir, ils passent à l’action.

Si jamais il m’arriverait quoi que ce soit, je souhaiterais que tu sois la nouvelle chef du clan et que tu maintien l’alliance avec les Kaminari. Kain semble peut-être être froid ou bien t’en vouloir pour avoir fait du mal à sa copine, mais il t’aime bien en fait. Son amertume vis-à-vis toi va disparaitre, laisse lui seulement un peu de temps.

J’aurais aimé pouvoir te dire tout cela de vive-voix, mais l’angoisse tortillait mes entrailles et je n’aurais jamais pu te dire ces mots qui sonnent comme des adieux à mes oreilles. J’espère au moins avoir été le chef que tu attendais que je sois.


Kirito Rivers.


Ps; Tu feras une super chef! J’en suis persuadé ;P  ‘’


Il alla chercher de l’eau et le déposa à côté du morceau de papier. Il ferma les yeux. Il inspira. Il allait utiliser son pouvoir d’une manière… unique, simplement pour laisser un souvenir à sa meilleure amie.

Sa respiration se troubla, des goutes de sueurs apparut sur son front. Le chef resta ainsi une dizaine de minute, lorsqu’une effroyable douleur lui éclatant dans le tympan gauche. Ne pouvant supporter le bourdonnement incessant et la douleur, il appuya dessus comme il pouvait, en s’appuyant de son autre main valide sur le bureau.

La douleur s’atténua et il relâcha enfin sa concentration. Il ouvrit ses yeux et regarda son œuvre. Un rose en glace, comme  celle qu’il avait l’habitude de faire, mais cette glace-ci était différente. Elle était indestructible et ne pouvait pas fondre. Il la laissa à côté de la note et parti.
_____________________________________________________________

Kirito était devenu définitivement sourd d’une oreille. Il s’y attendait à une chose du genre. Après tout, c’était de la glace spéciale… Enfin, il était maintenant dehors et attendait ses adversaires de pied ferme.

Le premier ce montra un peu trop confiant pour vouloir affronter le chef Yachiru. S’approcha en courant avec une épée à la main et semblait vouloir soit le plaquer, soit le poignarder. Que ce soit l’un ou l’autre, Kirito esquiva habilement l’attaque et planta le bout de son arme dans l’épaule du garçon trop confiant. Il continua sa course et s’arrêta plus loin, petit sourire aux lèvres.

De son oreille encore valide, il entendit un bruit derrière lui. Deux des compagnons du Tochi, un Suzuka reconnaissable à sa grande vitesse et un Mikari, essayèrent de l’embrocher avec des dagues empoissonnées.

Rapidement, il gela le sol, ce qui fit légèrement jurer le Suzuka lorsqu’il perdit pied,  mais encore plus lorsqu’il fit une pirouette et se cogna douloureusement la tête sur un arbre. Il se releva en se massant la tête et Kiri lui dit avec un léger sourire.

-T’as pas emmené tes patins? Ahaha! On aurait vraiment dit un petit chaton qui découvre pour la première fois ce qu’est la glace!

Il n’entendit pas sa réponse, étant donné qu’il s’était déjà retourner pour faire face à son second opposant et ainsi, devoir avoir cet ennemi dans son angle mort. La jeune Mikari qui avait attaqué avec lui semblait, elle, avoir eu assez d’aisance à reprendre son équilibre et s’avançait vers le Yachiru en mode tueuse.

Une fissure apparut sur la surface gelée, au pied de Kirito, et le chef eut le réflexe de faire un saut vers l’arrière. Devant lui, des racines animées semblaient chercher une proie à entraver. Les Asuna étaient donc là aussi.

Kirito ferma les yeux et gela la terre sous ses pieds. Ainsi, les plantes auraient beaucoup plus de difficulté à l’attendre et comme ils n’avaient pas de Haiko, les Asuna allaient devoir se montrer le visage.

Lorsqu’il rouvrit les yeux, la Mikari assassine était devant lui et allait enfoncer sa dague dans son torse. Rivers eut le reflexe de lui agripper le poignet, utilisant son pouvoir de glace pour lui bruler la peau autour de celle-ci. La fille lâcha la dague et un crie de douleur avant de partir en retraite, sans arme.

Sans attendre aucune réponse de la part des ennemies, il utilisa son pouvoir pour que la pluie vienne à son aide. Une forte pluie tombait sur eux désormais. Il gela quelques gouttes lorsqu’elles arrivèrent pour toucher un des tueurs.

-Vous savez… J’admire votre détermination. Continuez, attaquez moi comme vous voulez, mais moi, je ne vous tuerais pas. Je vais seulement me défendre.

Un sourire mauvais apparut sur le visage des personnes présentes et attaqua de nouveau le jeune chef.
_______________________________________

Kirito Rivers marchait dans le couloir, un peu épuisé, mais victorieux de son combat contre les cinq malfaiteurs. Heureusement que deux des sept personnes ne se sont pas présenté au combat, sinon il aurait eu plus que de la difficulté à les pousser à bout… Ils avaient été vraiment tenaces.

Combien de temps, deux heures, trois peut-être ? Enfin, la nuit était désormais bien noire et personne n’était dans les couloirs de l’école. Sauf peut-être les deux autres mécréants qui l’attendait à quelque part, pour le tuer.

Eh bien non, aucun signe de vie (ou de mort) dans les environs.

Le chef Yachiru était heureux de pouvoir profité d’un peu plus de temps avec les gens qu’il aimait, il redoutait effroyablement cette soirée, mais finalement, il avait réussit à surmonter cet épreuve! Malheureusement, son ouïe, au niveau de l’oreille gauche était fichu, mais ce n’était pas grave, il avait fait un magnifique présent à sa sous-chef et si elle ne le recevait pas maintenant, plus tard serait toujours mieux. Surtout en se disant que c’était un cadeau d’adieu.

Un bruit surprit le jeune chef et il fit apparaitre son épée instantanément, étant sur ses gardes. Quelqu’un ou quelque chose approchait, mais qui ou quoi? Kirito était prêt, s’il devait combattre une seconde fois, parfait! Il allait donner tout ce qu’il lui reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noe Kotasu
Chef du clan Mikari | Tonton Noe/ Puissante mouche chiante
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Le début de la fin. (Pv; Noemie Kotasu) [FINIT]   Sam 30 Aoû 2014 - 23:40

<< You've met with a terrible fate, haven't you? >>

...

L’androgyne ouvrit les yeux, encore au lit malgré le fait que le soleil était bien haut dans le ciel. Habituellement, Noemi Kotasu était debout bien avant le reste de son clan, travaillant dans le salon, les accueillants tous avec un chaleureux sourire, mais cette fois, bizarrement, non… Il se leva et s’approcha de la grande fenêtre, laissant son regard vagabonder sur le paysage d’automne de Seikoku. Aujourd’hui serait une journée étrange… Il le sentait.
Son estomac était serré, comme si une peur le rongeait de l’intérieur. Que ce passait-il donc?... On toqua à la porte et une des Mikari en première entra, lui demandant si tout allait bien. Le jeune homme lui sourit, lui assurant qu’il sortirait dans une toute petite minute et de ne pas s’inquiété. Il termina sa toilette et quitta sa chambre pour se rendre à la salle commune du clan de la mort.

Kaarasu, le sous-chef, était assis dans un fauteuil et lisait une nouvelle, reclus dans un coin de la pièce. Son supérieur vint directement s’asseoir à ses côtés, s’alluma une cigarette et tous deux restèrent silencieux pendant un bon moment, bien que le corbeau ait posé son livre sur une table, juste à côté de la causeuse. Au bout de quelques minutes de lourd silence, le blond avança de sa voix suave :

-… Ça fait un moment qu’il ne s’est rien passé, hmm?... J’ai l’impression que le lycée entier stagne au même endroit.

Le Takami répondit, alors, exposant son point de vue :

-Ce n'est qu'une question de temps, tu verras... Bientôt, tout volera en éclats.

La vipère tourna le visage vers son cadet, ancrant son regard sombre dans le sien ~ il n’était pas d’accord. Tout le monde, y compris les chefs, semblait avoir peur. Forcément, même si leurs ‘’côtés’’ gagnaient, ils perdraient quelque chose de précieux dans la bataille et personne ne voulait que ça arrive.  Mais lui, Noemi Kotasu, ne comptait pas attendre plus longtemps, il arriverait à la fin de l’histoire. Il renchérit donc :

-Non, Kaarasu. Tant que personne n’enclenche le commencement de la fin, nous resterons dans l’attente d’un évènement qui n’arrivera pas…

De toute évidence, la poupée avait une idée derrière la tête, et le corbeau s’en rendit compte puisqu’il demanda :

-Penses-tu à quelque chose de précis?

-Ce soir... Ce soir un chef mourra.


Les deux éphèbes ne se regardaient plus, maintenant. Kaarasu sourit, avant d’avouer (leurs moments intimes étaient rares, et souvent légèrement amers.) :

-J'espère sincèrement que tu ne parles pas de toi.


Puis il eut un petit rire, tout comme son chef, qui ajouta :

-J'espère également. Alors attend moi ce soir, hm?

-Avec du champagne pour célébrer?

Le blond sourit à son tour et répondit, bien que rien ne fût moins certain :

-Bien évidement. Je compte sur toi.

. . .

Le destin avait voulu que la vipère croise Kirito Rivers, chef du clan de l’eau, le soir ou il avait décidé d’activer le mécanisme de guerre. Ce dernier semblait épuisé, comme s’il portait tout le poids du monde sur ses épaules… Que ce soit lui-même ou son cadet qui périssait en cette nuit d’automne, les deux seraient délivrés de lourds problèmes.
Il s’approcha du jeune homme, les talons de ses bottes de cuir résonnant sur le planché de dalles, alertant le chef Yachiru qui fit apparaitre sa large épée avant de rapidement se retourné vers lui. Le Mikari ne souriait pas et regardait même le brun avec de la nostalgie dans son regard. Au bout d’un moment, il finit par avancer.

-Nous avons tous été maudit, n’est-ce pas…?


Il marqua une courte pause avant de reprendre :

-À tous nous haïr, ignorant le fait que nous avons tous eux des passés déchirants, pour une glorieuse et sale organisation d’on nous savons pourtant que très peu…

L’androgyne soupira et haussa les épaules :

-Mais nous n’y pouvons rien, c’est là la triste réalité de la nature humaine : les plus forts mangent les plus faibles, et nous ne nous contentons jamais d’être tous de sages brebis…

Il sourit tristement et poursuivit :

-Que puis-je dire? Si ce n’était des pouvoirs étranges qu’aucun humain ne devrait posséder, je n’avais rien. C’était normal de vouloir devenir plus puissant… C’est notre façon de nous accroché à la vie. Nous sommes tous fait ainsi.

Il s’approcha et fit apparaitre une faux sombre, cette dernière ayant l’air bien plus puissante que celle qu’il avait deux ans auparavant, lorsqu’il s’était battu pour la première fois contre Kirito. Son attitude semblait également moins ‘’rose’’, comme si ces deux ans à Seikoku avait fini par lui arracher ce qui restait d’humain et de bon en lui. Il termina sa tirade, regardant ailleurs, prêt à se battre pour une raison qu’il ne connaissait que trop peu :

-Au final, ce n’est pas contre toi… J’imagine que moi aussi je veux protéger les gens qui me sont cher. Et puisque la vie veux que certains d’entre nous meurent, je me dois de me battre pour survivre, tu comprends?...[/
i] Il regarda par la fenêtre, la pleine lune magnifique captivant son regard l’espace de quelques secondes alors qu’il murmurait pour lui-même : Quelle douce soirée… J’en viens presque à espérer m’éteindre ce soir…

Ensuite, l’homme poupée reposa son attention sur le Rivers, avant d’également pointé sa lame vers lui. Il y eu un moment de silence, puis l’androgyne s’élança vers son adversaire, leur armes s’entrechoquant de nombreuses fois, créant une magnifique et mortelle mélodie. Le cœur du Kotasu battait à tout allure : Il avait l’impression d’être sur le bord d’une falaise, à deux doigts de mourir, et cette idée avait quelque chose d’incroyablement excitante.

La nuit était encore jeune, et les deux protagonistes avaient une longue et délicieuse valse qui les attendait. La fin de leur histoire, elle, n’était pas encore décidée.

~ ~ ~ ~

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirito Rivers
Chef du clan Yachiru
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Le début de la fin. (Pv; Noemie Kotasu) [FINIT]   Mer 3 Sep 2014 - 2:32




Perdu dans les méandres de ses pensées, le jeune Rivers pensa à sa vie future. Il s’en permettait, après avoir survécu à l’attentat des méchants tout à l’heure, il voyait désormais la possibilité de sortir vivant de cette histoire. Qu’allait-il faire après Seikoku… ? Il aimait bien être entouré de gens, il aimait partager sa bonne humeur. Professeur? Pourquoi pas.

Cette idée eut pour effet de faire apparaitre un léger sourire fugace sur le visage si pur du jeune garçon. Quel absurdité, jamais il n’aurait l’étoffe d’être un professeur, il était beaucoup trop gentil, il ne pourrait jamais être sévère envers quelqu’un.

Un bruit derrière lui le ramena brusquement à la réalité. Il s’arrêta regardant ce qui pouvait bien avoir troublé son moment de réflexion. C’était un visage familier, non pas une connaissance, encore moins un ennemie, mais une personne que le Rivers tenait en respect. Il fit apparaitre néanmoins son arme. Détestant les intentions que son compagnon dégageait.

Ils se regardèrent pendant de longue seconde, dans les yeux du Mikari se reflétait une sorte d’empathie. Dans celui du Yachiru, seulement de la méfiance était présente. Le blond déclara tranquillement.

-Nous avons tous été maudit, n’est-ce pas…?

Il prit une pause, laissant un silence de mort entre eux deux.

-À tous nous haïr, ignorant le fait que nous avons tous eux des passés déchirants, pour une glorieuse et sale organisation d’on nous savons pourtant que très peu…


Il haussa les épaules, avant de continuer. Le jeune chef cherchait cependant une issu de secoure, un endroit ou il pourrait fuir en cas de problème. Il n’avait plus autant d’énergie qu’au début de la journée, puisque son combat précédant l’avait exténué.

Un endroit où fuir? Et abandonné une personne comme Noemie à une triste dépression? Ces mots sonnaient terriblement creux, comme si c’était une dure vérité qui venait seulement d’éclaté. Il ne pouvait pas le laisser dans cet état là.

-Que puis-je dire? Si ce n’était des pouvoirs étranges qu’aucun humain ne devrait posséder, je n’avais rien. C’était normal de vouloir devenir plus puissant… C’est notre façon de nous accroché à la vie. Nous sommes tous fait ainsi.

L’homme en face de lui fit apparaitre une faux, pas celle qu’il avait deux ans plus tôt, non, celle-ci était différente. Avait-il réellement un lien entre cette arme si dépenaillée et son utilisateur? Avait-il sombré dans un désespoir si profond qu’il lui était maintenant si difficile à en ressortir? Pour Kirito c’était inacceptable.  C’est avec un regard perdu qu’il rajouta.

-Au final, ce n’est pas contre toi… J’imagine que moi aussi je veux protéger les gens qui me sont cher. Et puisque la vie veux que certains d’entre nous meurent, je me dois de me battre pour survivre, tu comprends?

Le sang battait désormais très fort dans les oreilles du jeune Yachiru. Non, il refusait de mourir ce soir, il refusait d’ailleurs de devoir tuer cet homme. Il réussirait à le résonner, auquel cas, il le paierait de sa propre vie. C’était si contradictoire et à la fois si claire dans l’esprit du jeune Rivers. Si il ne parvenait à lui faire entendre raison, il mourrait en tant que chef, en tant qu’ami, en essayant de faire voir le bon côté de la médaille à un être perdu dans les profondeurs abyssales de la tristesse et la soif de pouvoir.

L’homme en face de lui fonça vers Kirito, le forçant à parer ses coups et à riposté. Au départ, le jeune voulait seulement épuiser son ami, le faire décompresser et relâcher toute sa rage, peut-être serait-il plus enclin à vouloir bien entendre ce qu’il avait à dire… ? Cependant, il doutait pouvoir réussir à faire face à cet homme bien longtemps, il allait devoir prendre un peu de recul, prendre une pause.

Le bruit du métal s’entrechoquait pendant encore quelques minutes, minutes ou le jeune Rivers faisait extrêmement attention à ses ouvertures et aux feintes qu’il utilisait. Il avait l’impression qu’à l’instant même ou le Kotasu aurait une ouverture, ce serait la fin pour lui…
Il en vit une, cependant, les flancs étaient très bien protégés, mais le torse non. En déviant rapidement la faux du Mikari, il donna un violent coup de pied dans l’estomac de son adversaire, lui coupant le souffle sur le coup, déjà qu’il semblait hors d’haleine. C’était le moment. Le jeune homme fait quelques sauts par l’arrière pour mettre un peu de distance entre lui et Noemie avant de dire.

-Je… Je ne suis pas d’accord, Noemie. Nous ne sommes…  ni des monstres, ni maudit.

Il prit une grande respiration pour calmer son cœur et reprendre son souffle.

-Pourquoi dire ça, d’ailleurs? N’as-tu rien appris à Seikoku? Nous sommes aussi humains que le voisin, aussi humain que les gens que tu vas croiser dans la rue. Est-ce réellement le fait d’avoir des pouvoirs qui fait avoir peur du jugement d’autrui? Je ne crois pas…  

Il regardait désormais son adversaire dans les yeux.

-ALORS POURQUOI?! POURQUOI DEVOIR CE BATTRE?! Cria-t-il avec une petite larme à l’œil. C’est ce qui fait de nous des bêtes! Si nous pouvions seulement tous être ami, ce soucier des autres comme si c’était nos frères et sœurs, ce serait tellement plus paisible… Personne n’aurait à ce soucié de ceux qu’ils aiment à savoir si dans un futur proche, ils se feront tuer… Dit-il maintenant avec de grandes larmes coulant sur ses joues.

Il essuya les larmes restantes sur son visage, celle qui n’avait pas tombé par terre, avec la manche de son manteau. Puis, il dit avec un regard flamboyant de détermination avec un soupçon de larme tout en se mettant en garde.

-Je te tiendrais tête jusqu’à ce que tu trouves la sortie des ténèbres qui t’habite, Noemie Kotasu. C’est une promesse que je te fais, en tant qu’ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noe Kotasu
Chef du clan Mikari | Tonton Noe/ Puissante mouche chiante
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Le début de la fin. (Pv; Noemie Kotasu) [FINIT]   Mer 3 Sep 2014 - 3:49

-Au final, ce n’est pas contre toi… J’imagine que moi aussi je veux protéger les gens qui me sont cher. Et puisque la vie veux que certains d’entre nous meurent, je me dois de me battre pour survivre, tu comprends?

Le Rivers n’avait pas l’air de comprendre, non, mais ça n’empêcha pas le chef Mikari de s’élancé sur lui, tentant déjà de le couper en deux avec sa longue arme. Kirito, néanmoins, ne semblait pas vouloir le blesser et se contentait simplement de bloquer ses coups en se protégeant, ce qui avait le résultat d’énervé le puissant blond.

Le supérieur Yachiru lui donna un violant coup de pied dans le bide, sa victime se pliant en deux à l’impact, le souffle coupé. L’ainé entendit le petit brun reculé rapidement et savait pertinemment, à cet exact moment, que ce dernier allait tenter de le raisonner. Cependant, le Kotasu n’était pas comme les roses de la reine de cœur, il ne pouvait pas être peint et dépeint d’un rouge sang à un blanc pur par un pauvre innocent. Son cadet avança alors, le souffle court, lui aussi :

-Je… Je ne suis pas d’accord, Noemie. Nous ne sommes…  ni des monstres, ni maudit.
… ? Mais avait-il vécu dans un trou, depuis qu’il était arrivé à Seikoku ?


À quel point un être pouvait-il être aveugle ? L’androgyne serra les poings, mécontent, fâché de voir à quel point Kirito n’avait rien comprit. Ce dernier poursuivit :

-Pourquoi dire ça, d’ailleurs? N’as-tu rien appris à Seikoku? Nous sommes aussi humains que le voisin, aussi humain que les gens que tu vas croiser dans la rue. Est-ce réellement le fait d’avoir des pouvoirs qui fait avoir peur du jugement d’autrui? Je ne crois pas…  

Alors maintenant il ne disait que des bêtises ~ l’homme poupée releva violement la tête vers l’autre éphèbe, le toisant d’un regard haineux : s’il pouvait changer de place avec l’une de ces personnes qu’il allait un jour croiser dans la rue, il n’allait pas hésiter une seconde ! Kirito ancrant son regard dans le sien avant de lui crier, la voix pleine de désespoir alors que naissait au coin de ses yeux des larmes amères :

-ALORS POURQUOI?! POURQUOI DEVOIR CE BATTRE?! C’est ce qui fait de nous des bêtes! Si nous pouvions seulement tous être ami, ce soucier des autres comme si c’était nos frères et sœurs, ce serait tellement plus paisible… Personne n’aurait à ce soucié de ceux qu’ils aiment à savoir si dans un futur proche, ils se feront tuer…

De toute évidence, son passage à Seikoku avait été beaucoup plus facile que le sien… Il y avait de nombreux élèves que le blond ne considérerait jamais, JAMAIS, comme ses frères et sœurs. L’ambiance était sombre au lycée maudit, et Noemi était énervé de voir que le brun n’avait pas l’air de le réalisé. Ce dernier termina sa tirade :

-Je te tiendrais tête jusqu’à ce que tu trouves la sortie des ténèbres qui t’habite, Noemie Kotasu. C’est une promesse que je te fais, en tant qu’ami.


La colère formait maintenant une boule dans son estomac et l’androgyne tomba au sol, sur ses deux genoux, comme si la bonne fois du Yachiru l’exorcisait d’une certaine façon. Il tenait maintenant sa tête entre ses deux mains, un mal de crâne le tiraillant d’un coup… Que ce passait-il… ?

Puis, son cri déchira le silence : une longue plainte douloureux, comme s’il était sur le point de se faire trancher en deux. Sur son visage apparaissait des écailles violettes et ses pupilles étaient maintenant à l’horizontal. Ses dents devinrent incroyablement pointu et sa langue, maintenant fourchue, était noire comme les cendres. Il se releva, habilement… Incroyablement habilement et toisa son ennemie, lui répondant :

-La vérité reste la même, Kirito, même si tu continues de la fuir !

Puis, il fit disparaitre la faux et sauta sur le brun, le mordant violement dans le cou, l’empoisonnant fort probablement. Ses longs ongles pénétraient la peau de ses bras et la vipère ne semblait pas être prête à laisser sa proie partir.

~ ~ ~ ~

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirito Rivers
Chef du clan Yachiru
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Le début de la fin. (Pv; Noemie Kotasu) [FINIT]   Sam 11 Oct 2014 - 6:30

//FAUT LIRE AVEC LA MUSIIIIIQUE D: //



L’homme en face du jeune Yachiru poussa un incroyablement cri. Comme si quelque chose, quelque part dans le tréfonds de son âme, venait de se briser et que les répercussions ce faisait entendre jusqu’au monde extérieur.

Alors que Noemie terminait son cri de mort, capable de faire trembler Hulk lui-même, Kirito remarquait que son adversaire avait changé. Il aurait été trop long de décrire tout ces effrayants et étranges changements, mais le Yachiru avait désormais peur et il éprouvait une tristesse incommensurable. Dans le regard de l’autre, on pouvait y lire une folie sans limite, comme si la personne qu’était au départ Noemie, avait laissé place à une entité malsaine.  

-La vérité reste la même, Kirito, même si tu continues de la fuir !  




Hélas! Même après ces mots, le jeune Kiri n’eut pas réalisé qu’il ne persuaderait jamais, au grand jamais, son interlocuteur. Les deux avaient une vision trop différente de ce qu’était leur réalité et les deux parlaient, mais ne se comprenait pas. Comment pourrait-on imager cet exemple? C’était comme si deux individus venant d’endroit complètement différent, parlant un autre langue, ayant une autre culture, venaient à ce rencontrer.

Pour en revenir aux dires du Kotasu, dans la tête du jeune homme, il n’avait jamais fuit la vérité, il avait seulement trouvé la lumière dans les ténèbres.

Le Mikari fit disparaitre son arme taché de toute la douleur qui pesait sur l’âme du jeune blond et bondit sur le jeune chef. Il s’agrippa à ses bras, d’une poigne d’acier et il le mordit violement au cou, comme un vampire en quête de sang frais. Le Yachiru éprouva une violente douleur, aux bras comme au cou, il aurait voulu se laisser tomber, appliquer une pression sur ses blessures pour qu’elle arrête de faire mal, mais il ne pouvait pas. Il était à la merci de son adversaire, dans un piège ou seul la mort était une issue. La seule chose qu’il pu faire, fut de lâcher Stardust. Le tintement métallique résonna dans le couloir où nous n’entendions que la respiration devenu de plus en plus irrégulière de Kirito et celle de Noemie.

-Satisfait… ? Demanda Kirito dans un soupire.

Oh, il n’était pas encore complètement à bout de force, il sentait que quelque chose coulait dans ses vaines, probablement une sorte de poison et que ses corps allaient le lâcher dans les minutes à venir.

Le jeune homme inspira et expira. Le sol et les murs se mirent à trembler et des sons de mort se firent entendre, comme si les entrailles de la Terre criait au meurtre. Puis, quelques secondes plus tard, des geysers sortirent du sol et des murs, détruisant les fenêtres sur le coup. Kirito avait usé de ses pouvoirs pour prendre le contrôle de l’eau de la tuyauterie de l’école et de se fait, avoir d’autre tour dans son sac.

La pression diminua et bientôt, ce qui ressemblait à la plus intense des tempêtes tropicales, devint une petite pluie automnale. Il essaya de geler la peau du Mikari, mais malheureusement, il n’avait pas su assez contrôler ses pouvoirs pour diriger les geysers pour recouvrir totalement le jeune homme de la tête au pied.

Sa vision se troubla, ses sens dévirent de plus en plus confus. Un petit sourire s’étira sur les lèvres du jeune homme, qui se sentait vidé de son exploit...



-Bien joué, Noemie... Si seulement j’avais pu réussir à te faire voir l’envers de la médaille… Tu… As… Gagné…

Il fut saisi d’une toux effroyable. Du sang éclaboussa le visage de son bourreau. Il reprit son petit sourire. Il allait utiliser son ultime pouvoir, celui qui l’avait handicapé un peu plus tôt dans la soirée, celui qui lui permettrait d’avoir une mort digne et honorable. D’autres larmes coulèrent sur les petites joues du jeune Yachiru.

-Adieu… Mon ami… Dit-il en regardant le Mikari directement dans les yeux, cherchant à attendre le jeune homme bon qui se cachait dans les ténèbres.

Les conséquences de l’activation de son pouvoir fut instantanée, ses yeux perdit tout éclat de vie, ses oreilles bourdonnaient et il n’arrivait plus à prononcer aucun son. Tranquillement, sa peau commença à devenir translucide. Lentement, il savait que son enveloppe charnel fondait, devant aussi lipide que l’élément qu’il appréciait tant.

On dit que lorsqu’il vient de temps de quitter le monde des vivants, nous avions droit à un genre de film, repassant tout ce que nous avions vécu durant cette vie qui nous est offerte. Kirito eut droit aussi à ce genre de chose.
En quelques secondes, il se revu lui-même jeune, très jeune, lorsqu’il n’était encore qu’un poupon et que sa mère le présentait à toutes ses amies, leur disant que c’était le plus magnifique cadeau qu’elle ait pu recevoir et son regard troublé lorsqu’il vit toute ses dames le prendre dans leurs bras et lui dire à quel point il allait briser des cœurs. Il vit aussi le sourire joyeux de sa maman, à ce moment-là.

Un autre souvenir, lorsque son père lui montra à faire du vélo, quel souvenir stupide, mais tellement précieux pour ce jeune garçon. Il eut droit à toutes les émotions qu’il avait ressenties à ce moment. La frustration de ne pas réussir, la détermination et le bonheur lorsqu’il parvient enfin à utilisé son vélo seul, mais surtout lorsque son père lui dit, pour la première fois de sa courte vie, qu’il était fier de lui.

Il eut la chance de revoir toutes ces épisodes de sa vie, les une après les autres… Mais, vint le moment de son entré à Seikoku. Il avait accomplit tellement en si peu de temps. Il revit Kain, son ami d’enfance qu’il allait abandonner, Johanna, sa meilleure amie et tout les autres gens qu’il avait côtoyé, il aurait voulu leur dire qu’il était désolé de partir si vite, que si il avait pu, il leur aurait dit au revoir…. Le ‘’film’’ s’arrêta brusquement, décidant ainsi que la fin était venu.

Une dernière larme quitta le nid confortable de sa joue, alors que le cœur du jeune homme fit son dernier battement, et tomba sur le sol, celle-ci différente des autres. Aussi solide que de la glace et d’un bleu océan.

La transformation fut complète en quelques secondes, de toute façon, même si le Mikari aurait eu envie de l’empêcher d’agir, il était trop tard. Il aurait du le tuer avant qu’il ne prenne l’initiative d’abréger lui-même ses souffrances.

Une lumière aussi étincelante que la plus magnifique des saphirs émana du cristal larme. Absorbant ainsi presque toute l’eau présente du couloir, laissant probablement le Mikari confus et perdu dans ce qui venait de se passer.

L’eau restante se regroupa un peu plus loin du cristal et du Mikari. Une forme aqueuse en émergea, un tout petit chat. Il se dirigea d’une façon élégante vers la pierre bleuté, sans faire attention au Mikari, pris la pierre dans sa gueule et disparut comme il était venu, laissant le blond seul dans un couloir détruit.

__

Ce même petit chat émergea sur la bordure de la surface du lac, celui que Kirito avait tant apprécié. Il s’approcha tranquillement de son centre, silencieusement, comme si le monde avait cessé de respirer. La créature aqueuse déposa le cristal au centre du bassin d’eau et celle-ci coula immédiatement. Il recula et s’assit, attendant une réaction.

Sous la surface, un étrange phénomène se produit. La larme fendit en deux, libérant des centaines de racines glacées, s’accrochant au sol vaisseau du lac comme si c’était une bouée de sauvetage. Un petit arbre apparut également au fin fond du petit lac. Puis, désireux de vouloir briller au soleil du jour, l’arbre de modela pour devenir de plus en plus gigantesque. Ainsi, comme un géant pilier au milieu du bassin d’eau s’éleva un arbre fais de glace. Ce qui était bien, de cette glace, c’était qu’elle était froide au touché, mais indestructible.

Cet arbre, si magnifique et majestueux au milieu du lac, devint la tombe anonyme de l’ancien chef Yachiru.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noe Kotasu
Chef du clan Mikari | Tonton Noe/ Puissante mouche chiante
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Le début de la fin. (Pv; Noemie Kotasu) [FINIT]   Sam 11 Oct 2014 - 20:05

Alors que l'épais brouillard ne semble pas vouloir laisser place à la clarté...
Alors que la preuve de ton existence ne va pas disparaître, si cette chanson pouvait te parvenir tu penserais sans doute qu'elle n'est qu'hypocrisie.

~ ~ ~

-La vérité reste la même, Kirito, même si tu continues de la fuir !  

Il se débarrassa de son arme et s’attaqua au chef du clan de l’eau, le mordant vicieusement au cou, laissant le venin couler dans ses veines, souillant ce corps si pur, ce garçon qui avait toujours tenté de faire le bien. Le bruit métallique de l’épée qui heurtait le sol fut la confirmation de sa victoire et un sourire dérangé se dessina sur ses lèvres alors qu’il se détachait du petit brun.

Le souffle de Kirito était court, rauque mais régulier ~ Sa respiration fascinait le blond qui n’arrivait pas à croire qu’il avait réussi… Il s’était vengé, il avait, une fois de plus, détruit un être charnel, de ses mains déjà taché de sang, il avait tué de nouveau, cette fois-ci le satisfaisant encore plus, il avait réussi, il avait réussi, il avait réussi, il avait réussi, il avait réussi… IL AVAIT RÉUSSI.

Une folie profonde pouvait se lire dans ses yeux violet : l’androgyne avait toujours été un peu toqué mais on pouvait s’apercevoir alors qu’il venait de toucher le fond et, sans qu’il ne  le sache, l’horloge de la mort débuta à émettre son tintement au-dessus de sa tête. Aucun être aussi démentiel ne pouvait survivre dans ce monde. Bien vite, la folie dérangerait ses réflexions et le tirerait vers le bas, l’aspirant bientôt dans sa sombre tanière.

La voix de Kirito le fit sursauter, mais il continua de sourire, aliéné, alors que le Yachiru lui demandait :

-Satisfait… ?

Oh… Dieu seul savait à quel point! Il allait lui répondre, lui dire Ô combien il était heureux, obnubilé par sa douleur, que jamais il ne s’était senti aussi vivant, mais les murs commencèrent à trembler et, rapidement, le Kotasu dut sauter vers l’arrière pour tenter de ne pas se faire happé par de puissant courant d'eau ou des blocs de ciments, le mur explosant juste à leurs côtés.

Les quelques secondes qui suivirent furent un peu plus éprouvantes : d’abord, son corps maigre se fit charrié de gauche à droite, coincé par la force destructrice de l’eau. Il perdit la totalité de ses moyens, tant qu’il crut que qu'était également venu le temps de sa mort. Mais éventuellement, comme toutes les tempêtes, l’énergie du chef Yachiru tira à sa fin et l’ouragan se calma, le laissant soufflé un peu.

Sur ses joue, comme de sombres larmes, coulait son maquillage, ses longs cheveux blond se  collant à ses vêtements de cuirs noir. Un froid intense envahi la pièce mais le Kotasu savait déjà que la dernière tentative de son ennemie était voué à l’échec. Le Mikari s’approcha de ce dernier, ses talons claquant le sol, lorsque ce que Kirito avança, faiblement :

-Bien joué, Noemie... Si seulement j’avais pu réussir à te faire voir l’envers de la médaille… Tu… As… Gagné…


Son corps se convulsa et il s’étouffa, crachant du sang sur la vipère, tachant son visage pâle comme de la porcelaine. Le Yachiru commença à pleurer, lui souriant doucement, comme s’il essayait de lui dire qu’il pardonnait tous ses pêchés, que, malgré tout, lorsque sa fin à lui viendrait, il l’accueillerait à bras ouvert. Il avait l’impression d’être un tragédien, debout sur la scène de sa vie et, qu’éventuellement, il rejoindrait les coulisses et que Kirito l’y attendrait, le même sourire sur son visage niait. Avant qu’il ne puisse réagir et arraché lui-même toute vie résidant dans son corps, le brun continua :

-Adieu… Mon ami…

Puis, d’une façon  si jolie que le Mikari en fut paralysé sur place, Kirito commença à… À couler, comme l’élément qui lui plaisait tant. Noe s’émerveillait en souriant, mais à l’intérieur de lui, il hurlait : le jeune homme excentrique et doux réalisait qu’il avait perdu contrôle de son corps, capturé par la douce poigne de la démence.

Une fois que son ennemie eut entièrement disparu, laissant derrière lui son manteau et une jolie perle qui captiva son regard (et qu’il tenta d’agrippé avant qu’elle soit vicieusement dérobé par un petit chat aqueux) il n’eut pas d’autre option que de rentré, épuisé, mais son sourire brillant toujours sur son visage couvert de sang.

Si habituellement le Kotasu se faisait provoquer dans les couloirs, le peu d’élèves qu’il croisa n’osèrent croiser son regard ni lui adresser la parole. Le retour vers son dortoir fut long, et son corps en entier lui faisait mal après avoir été ainsi bousculé par l’eau. Si ça n’avait pas été si dangereux pour lui, il aurait probablement dormi appuyer sur un mur.

~ ~ ~

Il rejoignit finalement les quartiers du clan de la mort, trouvant Kaarasu endormit dans le salon. Ils étaient censé célébré mais tous ce que voulait le blond pour le moment était d’aller s’étendre dans son lit et ne plus en sortir pour un long moment. Son corps avait été vidé de toute énergie et, bien qu’il soit heureux, il savait bien que ça lui prendrait quelques jours pour se remettre de cet éprouvant affrontement.

Le Kotasu se changea et se lava avant de se laisser choir dans son lit, fermant les yeux, s’envolant rapidement pour le domaine des rêves.

~ ~ ~ ~

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le début de la fin. (Pv; Noemie Kotasu) [FINIT]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le début de la fin. (Pv; Noemie Kotasu) [FINIT]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noémie Amaranth {Wualidée}
» Présumé coupable
» Le super héros arrive finit
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» [Finit]Dieux arrive!!!!! A non... juste un chat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: RP :: Lycée :: Entrée-
Sauter vers: