AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Camille Kaonai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille Kaonai
Chef du clan Kurasu | La Fleur de Glace | Admin
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : Loin des autres ~

MessageSujet: Camille Kaonai   Dim 1 Déc 2013 - 23:18



Kaonai
Camille





Carte d'identité

.


©twiART


    . Nom : Kaonai
    . Prénom : Camille
    . Âge : 15 ans
    . Sexe : fille
    . Clan : Kurasu
    . pouvoir : atténue les maladies (pourra les soigner avec l’expérience =D) et soigne le poison.
    . Dortoir avec numéro : KUF3



Mental

.



Camille est une jeune fille assez froide et silencieuse, elle a souvent était mal vu à cause de son étrange couleur de cheveux qu’elle n’a hérité d’aucun de ses parents, même sa famille a eu du mal à l’accepter sauf ses parents et sa cousine. Mais il n’y a pas que ses cheveux qui lui ont valu des moqueries enfantines, ses yeux bleus floues étranges dont les pupilles sont à peine visible comme si ses yeux étaient recouverts de brouillard. Etant petite, Camille portait souvent une casquette pour cacher sa couleur de cheveux, avec l’accord de son professeur et faisait mine qu’elle avait un problème visuel pour ses yeux. Puis au collège, elle ne mettait plus de casquette et disait que c’était une coloration.
Camille est une grande rêveuse qui ne sourit jamais, et qui n’a confiance en absolument personne, sauf en son chat et à sa cousine. Cependant, Camille est une fille très fragile mais qui ne montre pas ses faiblesses et ne se confie qu’à sa cousine en qui elle pourrait mettre sa vie entre ses mains.







Physique

.


Camille est une jeune fille de petite taille, avec de longs cheveux couleur violet clair voir mauve, bleuté et des yeux bleus azur flous. Camille à un nez assez fin et une peau relativement pâle mais a gardé des traits de petite fille, elle a des joues assez rondes et de fines lèvres. Camille aime bien laisser sa frange lui cacher les yeux et laisse une mèche ondulé tomber sur sa poitrine, sinon elle les laisse lâcher le long de son dos jusqu’en haut du bassin. Elle aime avoir les ongles longs et les mordiller quand elle est stressée. Il est rare de voir Camille les cheveux attachés depuis qu’elle a les cheveux longs.
Camille est plutôt fine et frêle, elle porte souvent des T-shirt blanc et des pantalons patte d’éléphant en noir avec des motifs floraux blanc en bas du pantalon. Sinon elle aime porter des hauts blanc à bretelle avec une chemise rouge par-dessus, avec un jean toujours patte d’éléphant et botte noir ou quand elle est de bonne humeur, se qui est rare, une robe blanche et de petites chaussures blanche avec un ruban dans les cheveux. Et son dernier vêtement fétiche est une grande veste noir avec une capuche lorsqu’il fait froid. Elle porte tout le temps un bracelet en larmes de verres en forme de fleur.







Histoire

.



I) Un enfant inattendu


« J’espère qu’elle aura les yeux de sa mère, dit l’homme en caressant doucement le ventre rond de sa femme, des yeux aussi bleu que les tiens…
_D’accord,
acquiesça la femme, mais alors elle aura tes beaux cheveux brun.
_Moi j’aime bien tes cheveux rouges Amélia, j’aimerais qu’elle soit ton portrait craché.
_Ah non pas rouge, moi j’aime les bruns, je veux que mon bébé soit brune comme toi Chrislé.
»

Les deux amoureux riaient de leur désaccord, après tout, au fond ils s’en fichaient, ils étaient heureux…
La jeune femme regarda le ciel par la fenêtre de sa chambre, il faisait nuit, la lune était haute, on ne distinguait aucune étoiles, seulement des flocons de neiges tomber. Chrislé se tourna vers la voisine de chambre de sa femme, c’était sa sœur, elle aussi attendait un bébé.

« Alors soeurette, tu m’as toujours pas dit si c’était une fille ou un garçon.
_Je préfère garder la surprise, dit elle
_J’espère qu'il ne sera aussi maladroit que son père, dit son frère avec un ton ironique
_...ça m’a tout l’air  » dit-elle en rigolant

Les deux frangins rigolèrent joyeusement. Soudain Amélia poussa la main de Chrislé avec un léger gémissement. Elle posa sa main droite sur l’épaule de son mari et avec un grand effort et en serrant les dents elle lui parla :

« Chrislé le bébé va naître va chercher un médecin
_QUOI ?! »


Chrislé était en panique, il se dépêcha de sortir de la salle cherchant médecin de tout coté, comme on était à la veille de Noël peu de monde travaillaient. Chrislé traversait tout les couloirs en criant une personne au plus vite.
Amélia n’en pouvait plus, elle serrait les dents, des douleurs atroces lui parcouraient tout le corps. « Tu choisis bien ton moment toi » dit elle pour elle-même. Chrislé surgit de la salle avec une infirmière.

« Le travaille a déjà commencé, il faut l’emmener en salle d’accouchement »

L’infirmière tira le lit à roulette en appelant sa collègue qui passait dans le couloir. Les deux femmes coururent dans les couloirs en appelant les médecins au alentour. Chrislé fit une bise rapide à sa sœur avant de partir derrière les infirmières…


Quelques heures plus tard, Chrislé revint dans la pièce où se trouvait sa sœur, les larmes aux yeux, il s’assit au bout de son lit les coudes contre les genoux, l’air ailleurs. Au bout d’un instant, il dit à voix haute, sans tourner la tête :

« Ils sont en train de l’examiner »

Il parlait de son bébé évidement, mais sa voix était cassée, il voulait dire autre chose mais n’y arrivait pas, sa sœur passa une main sur son dos pour le réconforter.

« Ne t’inquiète pas, elle est aussi résistante que ça mère »

Un grand silence eu lieu dans la salle, Chrislé s’était figé et sa peu clair devint toute pâle. Que s’était-il passé ? Soudain, ce dernier éclata en sanglot. Midnaït, sa sœur, ne comprit pas pourquoi son frère se mit à pleurer...

Dans une couveuse, un petit bébé ouvrit les yeux, et regarda la vitre qui l’enfermait, la vitre reflétait son image, il regarda ses yeux, d’étrange yeux floues comme s’il était aveugle et ses quelques cheveux avaient d’étrange reflets bleutés, puis son regard se tourna vers une infirmière qui prenait un bébé dans ses bras.
Lorsqu’il sortirait de la couveuse, est-ce qu’une mère l’attendrait pour, elle aussi, le prendre dans ses bras ?


*****************



II) Une amie chère…


Après deux ans avec sa fille, Chrislé décida que Camille ne pouvait pas grandir sans mère, depuis qu’elle lui a demandé « Papa, où est maman ? ». Camille avait déjà vue sa mère en photo et lui parlait par une photo qui se trouvait dans sa chambre, elle lui racontait absolument tout, se qui dérangeait un peu son père qui décida d’adopter un chaton qui semblait abandonné. Camille en oublia de parler à la photo pour s’occuper de son petit chaton, mais elle pouvait passé des heures à contempler la photo de sa mère. Chrislé décida que s’en était trop, il lui fallait absolument une attention maternelle. De plus, une ravissante avocate lui avait déjà fait des avances auparavant, elle semblait gentille et attentionné, de plus on disait d’elle qu’elle était bien réputée. Il était temps de tournée la page, de refaire ça vie, pour lui comme pour sa fille. Il décida donc de faire plus ample connaissance avec cette femme, elle s’appelait Nala et avait une trentaine d’année, un age tout à fait raisonnable pour élever un enfant, de plus elle adorait les enfants. Chrislé était ravi, il commençait vraiment à apprécier cette femme.

Quelques mois plus tard, elle rencontra sa fille, et c’était la bonheur, malgré la couleur étrange de Camille, Nala l’appréciait et l’aimait comme sa fille, tout le monde était heureux. Les vacances de Pâques approchèrent à grand pas, Chrislé voulait présenter Nala à sa sœur mais celle-ci était trop occuper à cause du travaille, alors ce dernier proposa à Midnaït de faire venir sa fille à la maison pour passé du temps avec sa nièce qu’il ne voyait que rarement. Midnaït lui demanda si ça lui poser un problème avec Camille mais Chrislé lui promit que tout irait bien.
Canna arriva accompagnée par son père, Camille se trouvait dans le jardin, elle avait les cheveux très court recouvert par sa casquette bleu et rouge, avec une salopette jean et un T-shirt rouge, on pouvait facilement la confondre avec un garçon.

« Coucou ! lança la petite fille blonde, moi c’est Canna
_Euh…Bonjour, Canna… »

Camille resta muette un moment devant l’arrivante, c’était sa cousine ? Elle aurait espéré qu’elle soit comme elle, différente des autres, mais en fait elle semblait normale ce qui causa une petite déception à la petite fille, Camille finit par sourire à sa cousine, lui prit la main et l’emmena dans le grand jardin vers un sapin. Là Camille montra une grosse malle, elle l’ouvrit et montra différent jeu à Canna.

« Tu veux jouer à quoi ? demanda Camille
_Comme tu veux » répliqua Canna

Camille esquissa un léger sourire, elle enleva sa casquette, laissant paraître d’étranges cheveux violets bleutés avec un soupçon de rose, Camille se gratta la tête avant de se rendre compte qu’elle avait retiré son couvre-chef qui cachait son étrange chevelure. Camille regarda Canna, attendant une réaction négative.

« Ils sont jolis tes cheveux »

Camille resta bouche bet, tout le monde faisait la grimace quand on regardait ses cheveux « A son age c’est vraiment indescant de se teindre les cheveux ! », mais c’était sa couleur naturel, heureusement que ce n’était pas pire que ses yeux étrangement floue. Camille n’avait rien qu’une petite fille normale.
Mais cette fille, sa cousine, une fille qui était tout à fait normal, elle ne l’avait pas regardé étrangement, elle lui avait même sourie, comme on sourie à une amie…


*****************



III) Une femme à double face


Chrislé s’était marié avec Nala, maintenant c’était un vrai nouveau départ pour lui et Camille. Après deux mois de mariage, c’était encore les grandes vacances un jour comme les autres, Chrislé devait travailler à l’hôpital, car comme tout les vacances d’été, c’était vraiment de la folie là-bah, et il manquait cruellement de personnel.
Camille alla vers sa belle-mère et lui montra un dessin qu’elle venait de terminé, un dessin d’une petite de quatre ans n’était pas du grand art mais c’était toujours agréable de recevoir un cadeau. Nala prit le papier et le déchira en deux sous les yeux écarquillés de la fillette.

« Alors qu’on soit bien clair, si tu dis quoi que se soit à ton père je t’enferme toute une journée dans le sous-sol, tu as compris ? »

Camille était encore sous le choc mais acquiesçai parce que Nala lui faisait vraiment peur, elle avait perdu son sourire bienveillant et son visage rempli de douceur. L’avait-elle perdu ? Non, elle a juste enlevé le masque qui recouvrait sa vrai personnalité. Mais que pouvait faire Camille ? Son père l’avait épousé, c’est qu’il devait l’aimer, non ? Son cœur enfantin se devait de se taire.
Depuis ce fut le cauchemar, Camille devint le martyr de Nala, quand cette dernière devait passer ses nerfs c’était sur elle, quand elle voulait quelques choses elle passé par elle, elle ne se gênait jamais de la traiter de tout les noms et d’insulté sa défunte mère, elle brûla toute les photos d’Amélia avec l’excuse que maintenant c’était elle la femme de la maison et la mère de Camille. Camille se renfermait de jour en jour sur elle-même jusqu’à ne plus parler. L’école reprit et Camille préférait ne rester qu’avec sa cousine mais ne lui parlait jamais de ses problèmes avec Nala, de peur que son père soit triste.
Un jour Chrislé tomba gravement malade, Camille n’alla pas à l’école et préférait rester au chevet de son père même après les menaces de sa belle-mère, elle s’accrocha au lit de son père, mais Nala ne pouvait pas exécuter ses menaces devant Chrislé.
Son chat grimpa sur le lit et s’allongea en boule comme q’il venait tenir compagnie à Chrislé. La porte s’ouvrit, Midnaït et Canna entrèrent dans la salle.

« Alors frangin, comment ça va aujourd’hui ? »

Chrislé dormait, cela faisait bien deux jours qu’il n’avait pas bougé. Canna vint s’asseoir à coté de sa cousine et essaya de la réconforter du mieux qu’elle pouvait. Camille passa sa main sur ses cheveux qu’elle avait laissé pousser mais que sa belle mère avait méchamment coupé, Camille ne s’habillait qu’avec des pantalons et salopettes mais pire que tout, elle n’avait pas le droit d’avoir les cheveux long. Midnaït alla chercher un verre d’eau dans la cuisine. Camille prit la main de Canna et la posa sur le bras de son père tout en laissant sa main sur celle de Canna.

« Comme ça il sait qu’on est toute les deux avec lui… »

Canna sourit et soudain, une étrange lumière sortie des mains des petites filles, aucune ne bougèrent cependant. Midnaït entra dans la salle et, surprise, lâcha son verre d’eau.

« Canna tu… »

Midnaït avait les larmes aux yeux, elle se jeta au pied de sa fille, lui prit les mains et avec des yeux de dandy dit : « Canna, ma chérie... C'est génial! »

Les deux petites ne comprirent rien mais apparemment Canna avait guéri Chrislé qui s’assit sur son lit.
Dans les yeux flous de la jeune fille, quelque chose n’allait pas, quand Canna lui a sourit, il y avait quelque chose dans son cœur qui s’est mit à circuler dans tout son corps, qu’était-ce cette impression ? Peu un porte, le plus importe était que Chrislé était remit sur pieds et qu’il puisse serrer sa fille dans ses bras. Camille regarda Canna, un regard intense, le fait qu’elle lui ai prit la main et qu’elle a soigné son père avait créé un lien entre elles, un lien éternel…


*****************


IV) L’enfant indésirable


Camille était maintenant habituée au torture de sa belle-mère mais son chat et sa cousine pouvait à eux deux lui remonter de moral. Camille semblait revivre petit à petit jusqu’au jour fatidique, un jour maudit. Chrislé avait eu un accident de voiture alors qu’il allait chercher sa fille à l’école pour son dernier jour de cours. Camille avait perdu la parole et Nala était en rage, elle traîna la fillette dans le sous-sol et commença à parler à voix haute :

« Cet imbécile, il a fallu qu’il meurt maintenant, j’avais tout prévu pour le séduire et lui faire céder son héritage, plus que quelques jours et mon plan aurait marché. J’aurais dû le savoir, tout ça c’est ta faute ! Tu es maudite, ta mère est morte à ta naissance et ton père file le jour de la fin d’année scolaire. Je ne resterais pas plus d’une minute avec toi, je vais te filer à ta salope de tante et j’vais ma barrer avec Etan en Suisse sinon je sens que ces imbéciles de journalistes vont faire des recherches sur moi, et s’ils découvrent que je fais des trucs pas net pour gagner mes procès je suis fini. »

Camille était encore sous le choc de la mort de son père et était complément amorphe, elle regardait dans le vide, ne bougeant pas d’un cil. Nala prit le col de la veste de Camille et traîna la fillette de six ans au pied des escaliers.

« Tu vas te changer pour être présentable à ta tante, moi je vais préparer une excuse pour te laisser, mais tu ne dis pas un mot, tu me laisse parler »

Camille voulait acquiescer, mais rien ne passa, elle resta muette et vide. Nala souffla, elle lâcha la petite attendant une réaction de sa part, mais Camille ne bougea pas, Nala fronça des sourcils, prit la fillette par le bras et la traîna dans les escaliers, arrivée en haut, elle secoua Camille qui n’avait pas bronché, à bout de nerf, Nala gifla violement Camille. Cette dernière cligna des yeux, elle était en fin réveillée, Nala la lâcha et Camille alla se changer.


« Voilà, vous comprenez maintenant, je ne peux pas garder Camille avec moi pour ce voyage, et la mo...Nan vraiment, elle me fait tellement pensé à son père, je ne me sens pas capable de pouvoir l’élevé correctement.
_Oui…je vois, dit finalement Midnaït à Nala, je vais bien m’occuper d’elle.
_Merci infiniment, je reviendrais te chercher, dit Nala en faisait une bise à Camille, je t’écrirais souvent ma puce. »

Camille ne régit pas, elle regardait sa robe noire, sa robe de deuil, elle repensait au parole de Nala « tout ça c’est ta faute ! Tu es maudite ». Est-ce vrai ? Après tout, sa mère était morte dès sa naissance et son père était mort alors qu’il devait venir la chercher à l’école. Midnaït dévisagea sa nièce lorsque Nala fut parti, c’est vrai que Camille ressemblait à son père, enfin, en avait les traits, la même manière de se tenir, le même nez, et les mêmes expression du visage.

« Tu ne devrais pas te colorer les cheveux à ton age, prend exemple sur Canna »

Camille passa sa main sur ses cheveux de quelques centimètres

« Et puis, les cheveux courts, ce n’est pas très féminin, tu devrais te les laisser pousser.
_Oui…ma tante. »

Camille baissa la tête. Elle ne ressemblait pas du tout à une fille.
Les jours passèrent et bien que sa tante ne la traitait pas comme sa belle-mère, Camille avait peur d’elle, elle avait peur de toutes les femmes adultes et celle qui dépassaient les 1m60 mais Camille sentait qu’elle ne devait pas décevoir sa tante, elle devait redoubler d’effort pour réussir à vivre dans ce monde. Camille sentait que sa tante ne la portait pas trop dans son cœur, ou dû moins ne voulait la porter dans son cœur. Camille se forgea une carapace autour d’elle, une carapace qu’une seule personne pouvait traverser sans la percer, Camille devint de plus en plus froide et silencieuse, ne ressentant presque aucune émotion, ou n’en faisant paraître aucun dû moins car derrière cette carapace, se refuge une petite fille qui a peur, peur du monde qui l’entoure et ne veut pas sortir de sa cachette…


*****************



V) Un pouvoir étrange


Cela fait maintenant six ans que Chrislé était décédé, la petite Camille à bien grandit, mais est rester une fille coupée du monde, quand on essayait de se rapprocher d’elle, elle se renfermait sans toute fois paraître méchante, on disait que s’était une rebelle avec ses cheveux bizarres, les peu de personnes compréhensifs pensaient qu’elle était d’un naturel solitaire sans être forcement méchante. Avaient-ils raison ? Personnes ne pouvait le savoir, personne ne pouvait savoir ce que pensait et ressentait Camille. Mais un jour où elle fut absente pour la première fois, là, certaines personnes comprirent enfin ce que ressentait Camille.

« Où es ta sœur Canna ?
_Heu…je sais pas » dit elle avec un sourire naïf

Des chuchotements parvinrent dans toute la classe, elle aurait donc séchée les cours ? Loin de là la pensée de cette jeune fille qui avait plutôt de bons résultats scolaires, mais qui pouvait le savoir ? Personne. En d’autre terme, Camille avait fait une fugue…

Loin de toute cette agitation, la jeune fille se sentait enfin tranquille, elle s’adossa à un arbre et écouta le vent souffler, là elle commençait à avoir faim, elle avait dormi dans la forêt et n’avait pas manger depuis hier midi. Camille sauta de l’arbre et se gratta un peu la bras, elle avait dû être attaqué par des moustiques durant la nuit. Camille marcha un peu dans la forêt ; dû calme, et du silence, voilà ce dont elle avait besoin. Tout à coup, elle entendit des gémissements provenant d’un buisson. Camille accoura prudemment vers ce bruit et découvrit un vieil SDF, il était tout pâle et transpirait de fièvre.

« Monsieur ? Monsieur qu’est-ce que vous avez ? Vous êtes brûlant de fière, oh mon Dieu je dois appeler les urgence, mais j’ai pas de portable. Qu’est-ce que je peux faire ?! »

Camille posa sa main sur le front de vieil homme et lui tenait la main comme pour le réconforter. Elle était paralysée, comme si cette scène voulait lui rappeler quelque chose d’horrible qu’elle avait oublié. Le vieil homme ouvrit à demi clos ses yeux et regarda la jeune fille au cheveux violet, il lui sourit simplement avant de refermer les yeux et son souffle ne s’entendait plus. Camille ouvrit grand ses yeux, était-il mort ? Non impossible, elle lui serra la main de toutes ses forces et put sentir encore un petite chaleur émaner de l’homme. Il était vivant, mais pour combien de temps ?
Camille serra la main du vieil homme des deux mains.

« Vous n’allez pas mourir, je peux et je vais vous sauver! »

Une lumière sortit des mains de Camille, une lumière qui semblait lui chanter une douce berceuse, une voix qu’elle a déjà entendu il y a fort longtemps, Camille n’était pas surprise ni bouleversée par ce qu’elle faisait, elle semblait ailleurs, le vieil homme fini par ouvrir les yeux et regarda Camille, dans ses étranges yeux voilés on n’avait l’impression que le ciel danser, ses cheveux, qui lui arrivaient au niveau des épaules, flottaient au vent et brillaient aux quelques rayons de soleil qui traversaient les feuilles, à cet instant précis, elle était magnifique.
Le vieil homme s’assit, il aurait cru voir un ange, et Camille lui lâcha la main, toujours le regard ailleurs. Mais lorsque le SDF lui demanda comme elle l’avait guéri de cette maladie, Camille eut un sursaut. Guérie une maladie ? Elle revint une scène étrange, où elle tenait la main d’une petite fille, la mettant sur le bras d’une personne. On avait cru que c’était Canna qui l’avait guérie, mais était-ce vrai ? Canna avait un pouvoir de guérison c’était sûr et certain, mais étant la cousine, la nièce et la fille d’une famille possédant un pouvoir de guérison, n’en avait-elle pas un aussi ? Cette expérience lui révéla que si, mais comment devait elle réagir ? Être joyeuse et le crier sur les toits ou être encore plus déçu de ne vraiment pas être normal ?
Camille aida le SDF à se relever, apparemment elle ne l’avait pas complètement soigné, mais au moins elle avait atténué sa maladie. Elle accompagna le vieillard hors de la forêt, il réussirait à allé à l’hôpital tout seul, Camille quand à elle avait vraiment besoin de voir Canna. Elle courut jusqu’à chez Canna, son sac de cours encore avec elle, elle entra facilement parce que c’était la l’heure de la fin des cours, elle se précipita au premier étage et ouvra violement la porte de la chambre de Canna, sa cousine dessinait sur son pouf, Camille se jeta aux genoux de sa cousine, chamboulée.

« Canna, il m’est arrivé une chose incroyable... »

Les deux filles se regardèrent mutuellement. Avaient-elles besoin de se parler pour se comprendre ? Camille posa sa tête sur les genoux de Canna. Elle lui compterait son aventure plus tard, quand elle se sentira mieux …..


*****************


VI) Un lycée pas comme les autres …

Les jeunes cousines avaient maintenant quatorze ans, une année fatidique, la 3°, la fin d’année approchait et aucune des deux filles ne savaient où aller, Camille voulait travailler dans un domaine artistique, à cause de sa vision perçante, elle voyait le moindre détaille sur un vêtement comme sur un dessin, et trouvait facilement ce qu’elle cherchait dans une pièce, comme si elle avait un radar sur les yeux. Donc, Camille aurait aimé aller dans un lycée avec une section ou option arts plastiques.
Alors que Midnaït en parler à table, son mari donna une enveloppe à Camille et Canna et en ouvrit une du même expéditeur. Camille lut à voit basse comme Canna et son oncle, qui donna la lettre à Midnaït pour qu’elle la lise aussi. Camille regarda la lettre destinée à Canna, c’était la même, elle était toute les deux demandées à un lycée spécialisé en tout cas, avec un studio artistique à disposition. Camille était enchantée par cette lettre, Canna était plutôt enthousiasme.
Plus tard, les deux filles allèrent visiter le lycée, il semblait tout à fait normal, jusqu’au moment où Camille entra dans une salle informatique, elle vit des gens avec des cheveux colorés, certains avaient des cheveux bleu, d’autres blancs, Camille les regarda de la porte. Ce lycée n’était pas aussi normal que ça mais pouvait elle se plaindre ? Il y avait une bibliothèque, une salle informatique des dortoirs pour les pensionnaires et la ville était plutôt sympa aussi, il y avait même une forêt à côté et Camille adorait la forêt. Avant de partir, un jeune garçon en costar cravate male mise aborda les deux filles. Ils leurs dit que leur le lycée était spéciale pour toute les personnes ayant des pouvoirs magiques tel que contrôler le feu, l’eau la foudre et guérir comme les cousines. Camille fronça les sourcils, c’était quoi cette plaisanterie ? Le garçon regarda les filles une par une avant de se tourner vers Camille.

« Camille c’est ça ? Grâce à ton pouvoir de Kurasu tu as des pouvoirs de vie, tu es plutôt sérieuse, intelligente et tu possèdes un sang-froid remarquable, tu as les capacités requises pour être chef des Kurasus »

Camille fronça d’avantage les sourcils, chef ? Alors qu'elle venait d'arriver ici ? Étrange lycée... mais Camille accepta, du moment qu’elle pouvait rester avec sa cousine, tout ira bien et maintenant qu’elle était avec des gens qui lui ressemblaient tout irait forcement mieux...








Vous

.


    . Pseudo/Prénom : Camille, Eglantine. Audrey pour les intimes =)
    . Âge: : 15 ans et toute ses dents
    . Ce que vous aimez/détestez: : j’aime dessiner, écrire, lire, geeker par certain moment, passé 3h à la médiathèque, les robes lolita et la vanille (en parfum, en goût, en fleur. J’aime tout de la vanille *o*) / je n’aime pas : la couleur de ma chambre, qu’on monte sur mon lit, sortir dehors pour allé à l’école alors qu’il fait encore nuit, les patates et les radis, la PFEG >>>>.<<<<< A MORT et j’ai horreur des poulpes !!!
    . Comment trouvez-vous le forum?: tonga lafatra. Perfect =D
    . Code : ~ Le staff est tellement classe ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Kaonai
Chef du clan Kurasu | La Fleur de Glace | Admin
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : Loin des autres ~

MessageSujet: Re: Camille Kaonai   Dim 1 Déc 2013 - 23:22




† Kaonai Camille †

Votre Arme: un arc

Description de l'arme: c’est un arc d’ont les bouts sont courbés vers l’extérieur où résident une larme de verre bleu pour chaque bout de l’arc. L’arc en lui-même est blanc avec un ruban rouge au milieu pour l’emplacement de la main. L’arc possède une corde fine mais solide, presque transparente mais tellement bien tendue qu’elle pourrait trancher n’importe quoi, plus d’une personne qui voulait essayer l’arc se sont couper les doigts. On raconte que cette arme a choisis sa porteuse d’elle-même…


Le type de votre arme : arme à longue distance

Invocation : un cerf blanc nommé Oscar

Techniques de l’invocation:
-La brise forestière : ses  bois deviennent argentés et un vent effrayant sort de nul par, créant une tornade engloutissant l’adversaire.
- La rivière de cristal : ses bois deviennent aussi bleu que le lapis-lazulis et en sort des vagues d’eaux engloutissant d’adversaire pour qu’il se noie
- La fosse aux feuilles : ses bois deviennent vert feuilles et cela créé un tremblement de terre déconcentrent l’adversaire mais cette technique est plus utilisé pour attaquer avec des coups basiques ou pour s’enfuir.
- Le rayon de roseau : les bois du cerf deviennent rouges feu cette fois et une chaleur intense prend possession de l’adversaire. Cette chaleur l’étouffe tel un désert jusqu’à que l’adversaire meurt de chaud et de fatigue.
- Le prince de la forêt : Les bois ne changent pas de couleur mais brillent et les yeux vert du cerf deviennent azur et ses sabots jaune or. Des ailes lui poussent instantanément sur le dos. De cette transformation il peut utilisé tout ses pouvoirs réunis ; créer des vents (et voler maintenant), du feu, de l’eau et contrôler la terre. Mais l’invocation échappe souvent au contrôle de Camille


Technique de Camille :
- absorber le poison ou la brûlure de quelqu'un et le garder en elle pour le transférer dans ses flèches, ainsi faire des flèches empoisonnées ou enflammées  



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Camille Kaonai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Camille Chalmers rejette le DNSCRP comme un instrument de politique Néo-libérale
» Camille Silvan [Pouffy]
» répartition camille
» Camille Kovenbourg [Abeille]
» ¤ Camille Moreau ¤

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: Règlement :: Inscriptions :: Inscriptions validées-
Sauter vers: