AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Première rencontre (PV Kain) [fini]

Aller en bas 
AuteurMessage
Azuki Kanra
Electric angel
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/12/2013
Localisation : Avec Kain <3

MessageSujet: Première rencontre (PV Kain) [fini]   Lun 2 Déc 2013 - 2:59

- P-Pardonne-moi !

Azuki jeta un rapide coup d’œil par-dessus son épaule pour vérifier que la jeune fille qu’elle venait de bousculer allait bien, mais toutes les insultes (à son égard) qu’elle perçut dans ses pensées la rassurèrent rapidement. Cette fille s’en remettrait. Elle piqua un sprint et dévala à la hâte un grand escalier.  Comment avait-elle pu se tromper à ce point dans ses calculs ?! Il lui avait pourtant semblé que prendre quelques minutes pour aller acheter cette sublime ombrelle chinoise (qui, d’ailleurs, s’harmonisait parfaitement à sa tenue du jour) ne pouvait pas la retarder à ce point ! 

Elle soupira & regarda sa montre. Déjà 17 minutes de retard… Avec une grimace contrariée, elle prit une grande inspiration et s’engouffra dans un couloir au hasard. 

Elle n’avait fait son entrée officielle dans ce lycée que le matin même, et déjà, elle s’attirait des ennuis. En effet, elle avait eu un long entretien avec un membre du personnel (sans doute un quelconque directeur adjoint ou quelque chose du genre) et (bien qu’elle n’ait pas tout écouté) elle avait retenu qu’elle devait rencontrer son chef de clan. Un certain… hmm… Keii ? Klain ? Kent ? -enfin, appelons le Monsieur Onichiro- pour finaliser son arrivée un peu improvisée dans ce lycée bizarre. Et, présentement, avec 23 minutes de retard, elle ne pouvait qu’espérer que ce « mystérieux » chef était du genre patient… 

Elle fut brutalement stoppée dans ses réflexions lorsqu’elle percuta une nouvelle personne. C’était un petit brun à la chevelure sombre qui avait tout d’un évadé d’asile. Un étrange frisson la parcourut lorsqu’elle croisa son regard couleur sang. Tentant de déchiffrer ses pensées, elle se rendit vite à l’évidence ; la tête de ce jeune homme n’était qu’un incroyable chaos. Rien n’avait de sens ; c’était comme des flashs entrecoupés, ou encore des ruines de pensées perdues… Il devait être du clan Mikari. Même le personnel avait semblé éprouver un certain malaise en parlant de ces psychopathes, ce qui avait mis la puce à l’oreille d’Azuki. Dorénavant, elle tâcherait de se tenir loin d’eux. 

Faute de chance, leurs dortoirs étaient voisins. 

Elle franchit une autre porte & déboucha sur la cour extérieure de Seikoku. Le soleil radieux donnait l’impression qu’il faisait beaucoup trop clair, mais ses chauds rayons caressaient la peau de la jeune fille de la plus agréable des façons. Si sa mémoire était bonne, c’était ici qu’elle devait rencontrer son chef. Oui ? Pourtant, la cour était complètement déserte. Peut-être… Peut-être que K… enfin, Onichiro, n’avait pas été informé de cette rencontre & que par conséquent, il ne saurait jamais qu’elle s’était présenté avec 34 minutes de retard ! 

Peut-être aussi qu’il en avait eu marre d’attendre & qu’il était juste parti. 

Il y avait tout de même une petite possibilité qu’il soit encore plus en retard qu’elle & ça la fit sourire. Elle se planta au pied d’un grand chêne & se laissa choir dans l’herbe tendre. Quel genre de personne était  son supérieur ? Elle ne put s’empêcher de se créer tout pleins de scénarios ; était-il une espèce de colosse imbattable, faisant trembler la terre sous chacun de ses pas ? Ou alors un petit génie timide avec rien dans les muscles & tout dans le cerveau ? Était-il gentil & compréhensif ou un sadique tyran ? Et physiquement ; grand, gros, musclé ? Secrètement, elle espérait qu’il soit particulièrement beau, comme ça, sa sœur en serait jalouse… 

Elle rit toute seule a cette pensée & se coucha sur le dos pour observer les nuages. Elle avait toujours été pratiquement fascinée par ces gros amas duveteux. Les regarder dériver doucement dans le ciel, au gré du vent la rassurait beaucoup. Ils étaient comme un signe que le temps arrangeait toujours les choses… 

Elle aurait voulu pouvoir rester là éternellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Première rencontre (PV Kain) [fini]   Jeu 29 Mai 2014 - 15:16

Il était quand même tôt dans la journée, quand je suis arrivé à la bibliothèque. J’avais pris un livre écrit par Suigetsu Hōzuki, ancien élève de Seikoku qui relatait son expérience à travers ces feuilles. Il m’était impossible de savoir quand exactement qu’il était venu ici, il ne citait jamais le nom des chefs et omis son nom, que j’étais convaincu qu’était un pseudonyme, il n’y avait aucune date. 

J’étais beaucoup trop absorbé par les mots de ce Suigetsu, que j’en avais oublié mon rendez-vous. C’est au moment de déposer le livre sur la table, quand je regardais mon environnement avec une minutieuse attention, que mes yeux ont été directement attirés par l’horloge de la pièce. 

Je me levai tranquillement, avant de me diriger vers la sortie d’un pas silencieux. Laissant ma petite lecture reposé sur la table et ma veste sur le dossier de la chaise, jusqu’à mon retour. Lorsque quitta la pièce, les pensées des jeunes élèves se bousculèrent dans ma tête, mais je les empêchai de venir me tourmenté. Les mains enfouis dans les poches de mon pantalon, j’avançai en appréhendant le rencontre. J’avais reçu le dossier d’une nouvelle élève japonaise, dans le dossier, il y avait son nom, son prénom, une photo et quelques informations utiles. 

La porte de la cour était à ma portée, je m’arrêtai quelques instants devant, pour être en mesure de savoir combien de personne était dans la cour et surtout, si quelqu’un me suivait. Peut-être était-ce de la paranoïa, mais avec la tension qui régnait entre certains clans, je préférais ne pas prendre de chance. J’entendis les pensées d’une seule personne, qui provenait de la cour. Plus précisément, les pensées de mon nouveau membre. 

J’écoutais attentivement la jeune fille se questionner à mon sujet. Toutes les hypothèses qu’elle se faisait, me fit légèrement sourire. Je n’étais pas un colosse imbattable, ni un petit génie. J’étais un mélange des deux. Un génie imbattable. Je gardais toujours mon esprit fermé, sachant qu’elle pourrait pu capter mes réflexions, si je n’avais pas fait ça et, seul dieu sait, que je n’oserai pas prendre la chance que quelqu’un écoute mes pensées. Je le faisais, oui, mais je n’aimais pas qu’on me le fasse. 

La suite de ses pensées était un peu plus décevante. La seule chose que je retiens, fut qu’elle espérait que je sois beau, pour rendre sa sœur jalouse. J’haussais les épaules et j’ouvris légèrement la porte. Le soleil m’aveugla pendent une courte durée, la cour était, comme je l’avais estimé, déserte et un seul individu était étendu sur le sol. 

J’avançais légèrement vers elle, le regard impassible. Arriver à une distance raisonnable, je m’arrêtai pour la regarder. C’était bien Azuki Kanra. Je m’approchai davantage pour être à ses côtés. Je dis d’une voix neutre. 

-Enchanté de faire ta connaissance, Azuki. 

Non, je ne l’avais pas vouvoyé, je ne vouvoyais que les personnages qui méritait mon respect totale ou simplement des inconnues renommés. Même dans le premier cas, il était rare que je le fasse, puisque ceux qui ont mon respect, son considérer comme des ‘’amis’’ et on ne vouvoie pas des ‘’amis’’. 

-Je te souhaite la bienvenue à Seikoku. J’espère que tu ne t’es pas trop perdue dans les corridors tortueux du lycée, je sais que pour les nouveaux, il peut être parfois difficile de se retrouver. 

Je laissai délibérément une faille dans le ‘’mur’’ qui bloquait toute intrusion et je pensai avec exactitude à ma première journée ici. Ma première impression de cette académie, mon périple à travers les couloirs qui m’avait extrêmement lassé, mais j’insistai sur le combat qui c’était déroulé cette journée-là, moi et Kalen Sayuri, ancien chef des Haiko, nous nous sommes battus dans les couloirs. Le combat avait été nul et c’était conclu avec une alliance. Tout ça avait commencé parce que je l’avais bousculé.

Je refermai aussitôt mon esprit. Pourquoi avais-je fait ça? C’était avant tout pour savoir si elle utilisait son pouvoir de télépathie. C’était une Kaminari avant tout, elle devait être capable de repérer toute brèche et d’être en mesure de l’exploité. 






~~~~






- Enchanté de faire ta connaissance, Azuki. 

La jeune fille quitta ses rêveries assez promptement et leva les yeux pour découvrir un jeune homme blond à l’air plutôt blasé. Elle se redressa & lui offrit un rayonnant sourire. Tiens, tiens… Donc c’était lui, le fameux Onichiro ? Elle avait souhaité qu’il soit séduisant & sur ce point, n’était aucunement déçue. Cependant, elle trouva un peu étrange le fait que ses pensées lui étaient parfaitement inaccessibles. Comme si un mur épais les bloquait. 

- Je te souhaite la bienvenue à Seikoku. Poursuivit-il. J’espère que tu ne t’es pas trop perdue dans les corridors tortueux du lycée, je sais que pour les nouveaux, il peut être parfois difficile de se retrouver.

Soudain, ses pensées devinrent inexplicablement accessibles. Azuki pu y déceler plusieurs souvenirs entremêlés… Visiblement, il s’agissait de la première journée de classe du blond dans cet établissement, images qui la firent sourire. Avait-il délibérément choisi de lui montrer cela dans le but d’appuyer ses propos ? 

Cette brève intrusion ne dura que quelques secondes car, aussitôt, l’esprit d’Onichiro se bloqua entièrement, redevenant complètement impénétrable. Elle en conclut donc que c’était lui qui arrivait à faire ça et à choisir quand il laissait ses pensées à découvert. Chose qui l’étonna. C’était vraiment faisable, ça ? Il lui restait décidément des tonnes de choses à apprendre concernant ce mystérieux don de télépathie. 

- Tout le plaisir est pour moi, Onichiro-sempai. Lui dit-elle gentiment en se relevant.

Voilà une brillante façon de dissimuler le fait qu’elle avait oublié son prénom. 

La jeune fille se releva et épousseta sommairement ses vêtements. Elle portait une jolie robe chinoise d’un rouge sombre, brodée de motifs dorés. Quelque chose de plutôt moulant sans être vulgaire & qui faisait merveilleusement ressortir le noisette de ses yeux. Bref, elle avait veillé à adopter quelque chose qui la mettrait en valeur, pour cette première journée. Elle sourit à son chef &, lumineuse, lui répondit ;

- Et bien… je n’ai pas trouvé les dortoirs Kaminari, mais sinon ça va ! C’est gentil de demander. 

Comme on lui avait clairement fait comprendre que les Mikari n’étaient pas des personnes fréquentables, elle avait préféré ne pas s’aventurer seule dans ce secteur du lycée, par crainte de se retrouver chez eux par erreur. 

Azuki leva les yeux vers la cime des arbres gorgée de soleil et passa ses doigts dans ses cheveux bruns clairs pour les démêler. 

- Mais dis-moi… Commença-t-elle un peu distraitement. Comment fais-tu pour que je ne puisse pas lire tes pensées ?

Oups. Elle se rendit compte un peu trop tard qu’elle avait oublié de le vouvoyer. Espérant qu’il ne se fâcherait pas pour si peu, elle déglutit et se tourna vers lui.

C’était tout de même quelque chose d’assez fascinant. La moindre tentative d’intrusion dans l’esprit du blond se soldait par un brusque choc à une quelconque barrière. Ce devait être vachement pratique ! De plus, elle se demandait s’il était également possible de bloquer les pensées des autres… Effectivement, chaque fois qu’elle se trouvait en présence d’une foule ou dans un lieu public, toutes les pensées des gens présents affluaient dans sa tête en un terrible brouhaha qui lui donnait la migraine. 

Le don de télépathie avait beau être d’une remarquable utilité, il avait presque autant d’inconvénients que d’avantages… 







~~~~






La jeune fille c’était redressée avant de m’adresser un sourire qui se voulait charment, mais qui n’eut aucun effet sur moi. Je repris la parole pour dire.

-Je te souhaite la bienvenue à Seikoku. J’espère que tu ne t’es pas trop perdue dans les corridors tortueux du lycée, je sais que pour les nouveaux, il peut être parfois difficile de se retrouver.

Je remarquai le soudain intérêt que la jeune fille eut lorsque je lui permettais d’apercevoir ses images. De mes yeux froids, je continuais la regarder, elle, qui semblait concentrée à lire mon esprit. 

Puis l’étonnement lorsque je le refermai vivement. Elle avait fait exactement ce que je voulais qu’elle fasse et je la soupçonnais même d’avoir trouvé une hypothèse vis-à-vis ce mur mental. Cette jeune fille allait être une très bonne télépathe, il me restait juste à voir et surtout évaluer ses capacités à utiliser son pouvoir. 

- Tout le plaisir est pour moi, Onichiro-sempai. Me dit-elle en se relevant.

Onichiro-sempai? C’était une drôle de façon de me nommer. On m’avait appelé de différentes façons, mais ‘’Onichiro-sempai’’ c’était la première fois. J’en conclus rapidement en me disant que c’était surement à cause de ses origines japonaises, si elle utilisait des termes de ce genre. Mon regard croisa celle de Kanra et elle me sourit de nouveau, avant de dire.

-Et bien… je n’ai pas trouvé les dortoirs Kaminari, mais sinon ça va ! C’est gentil de demander.

J’haussai des épaules, sans grande conviction. Je ne savais pas que mes propos avaient été gentils. J‘avais dit cela que dans le but de la tester. En fait, il est vrai que les corridors sont tortueux et qu’il est difficile de s’y repérer, sauf pour ceux qui ont un bon sens de l’orientation.

Azuki porta son regard vers le haut des arbres et en passant ses doigts dans ses cheveux, dans le but de les démêler. Elle me demanda distraitement. 

- Mais dis-moi… Comment fais-tu pour que je ne puisse pas lire tes pensées ?

Je la regardais avec mes yeux bleus perçant. En essayant de savoir si c’était parce qu’elle ne comprenait pas ou simplement parce qu’elle voulait utiliser ma technique. Je refusai toujours avoir recours à la télépathie lors d’une rencontre face à face, me fiant davantage à mes sens et mon instinct pour connaitre ce que je veux savoir. J’avoue que parfois il y a des exceptions, il y en a toujours d’ailleurs. 

Bref, je n’essayai pas de trouver plus de raisons. Donc, je me contentai de répondre. 

-Je ferme mon esprit. ~ En gros, il faut que tu aies un esprit très fort, pour être en mesure de crée un genre de mur totalement impénétrable autour de toi. Si ton esprit est trop faible, le télépathe adverse risque de surmonté cette barrière et quand même être en mesure de lire tes pensées. Donc, tu as surement pu conclure que ma protection mentale était quand même assez forte.

Je soupirais et je me demandais si j’avais utilisé des termes trop compliquer, peut-être qu’elle ne comprendrait pas, et aussi comment essayer de lui montrer comment l’utilisé. C’était quelque chose qui me parait être tout à fait naturel. Pour moi, c’était comme respirer, marcher ou bien dormir. Bref... toujours en ne montrant aucune émotion, je lui ‘’demandai’’.

-Pense à n’importe quoi et essaie de fermer suffisamment ton esprit pour que je ne sois pas en mesure de l’entendre. Ça peut sembler difficile pour commencer, mais ne t’inquiète pas, ça devient de plus en plus facile avec le temps. 

Je restai donc à l’écoute des pensées de la jeune fille, sans essayer de forcer le mur fragile qu’elle allait essayer de créer. 







~~~~






- Mais, dis-moi… Comment fais-tu pour que je ne puisse pas lire tes pensées ?

Elle se tourna avec curiosité vers son nouveau chef & attendit qu’il lui explique. Le blond la regarda un instant de son beau regard bleu intense et répondit finalement, toujours aussi froid ;

- Je ferme mon esprit. En gros, il faut que tu aies un esprit très fort, pour être en mesure de créer un genre de mur totalement impénétrable autour de toi. Si ton esprit est trop faible, le télépathe adverse risque de surmonter cette barrière et quand même être en mesure de lire tes pensées. Donc, tu as surement pu conclure que ma protection mentale était quand même assez forte.

La brune hocha la tête à l’affirmative. Il était évident que son supérieur maîtrisait cette technique depuis des lustres, et qu’elle était devenue pour lui une seconde nature.

Le jeune homme soupira, et comme s’il se sentait forcé de détailler son explication, il poursuivit ;

- Pense à n’importe quoi & essaie de fermer suffisamment ton esprit pour que je ne sois pas en mesure de l’entendre. Ça peut sembler difficile pour commencer, mais ne t’inquiètes pas, ça devient de plus en plus facile avec le temps. 

Hmm ? Penser à n’importe quoi & essayer de fermer son esprit, rien que ça ? Pourquoi pas ? Après tout, elle ne perdait rien à essayer. 

Azuki baissa les yeux (pour plus de concentration) et tâcha de se focaliser au maximum sur son propre esprit. Ses propres pensées… Elle sursauta presque en réalisant qu’elle pouvait « ressentir » la présence étrangère qui y accédait. C’était la première fois qu’une telle chose se produisait, mais la japonaise savait ce qu’elle devait faire ; repousser cette présence & lui bloquer l’accès à sa tête. 

Tout d’abord, elle s’appliqua à stopper la progression du blond dans son esprit. Ses pensées actuelles lui étaient toujours audibles, mais il ne pouvait plus suivre leur fil. Puis, elle se concentra a brouiller ses pensées et à repousser la présence du jeune homme. Elle ne parvint pas à le chasser complètement de sa tête, mais bon, ce n’était là qu’une première tentative…

Elle sourit & releva les yeux, juste à temps pour apercevoir un éclair orange & noir sauter à la gorge de son nouveau chef. Oh non, pas encore !

Prise de panique, elle eut le réflexe de repousser le jeune homme alors que 250 kg de muscles, de griffes & de crocs s’abattaient sur elle. L’imposant tigre, ne voulant pas tuer sa propre maîtresse, s’écarta minimalement avec un grondement ténébreux. 

* Écarte-toi de mon chemin, idiote petite princesse ! J’ai des comptes à régler avec ce jeune homme*Rugit-il dans son esprit. 

Un peu sonnée par l’impact (elle venait tout de même d’être plaquée au sol par un tigre adulte) Azuki se redressa, se frotta la tête puis lança un regard dans la direction de son chef pour s’assurer qu’il n’avait rien. Mais, il devait avoir été plus surpris qu’autre chose.

*En voilà, des manières.* Rétorqua-t-elle, toujours mentalement. 

*Tu es consciente que si mon âme n’était pas ainsi liée à la tienne, je n’hésiterais pas à te broyer la tête d’un coup de mâchoire ? Écarte-toi !*


Durant un instant, l’émeraude meurtrier des yeux du félin chercha à confronter l’azur de ceux du chef Kaminari, et, montrant les crocs, le prédateur s’apprêta à lui sauter dessus une nouvelle fois. Cependant, Azuki avait anticipé le coup & choisit de faire apparaître un solide bouclier électromagnétique, créant comme une espèce de dôme au dessus de son invocation.

*Cesse de jouer au roi, Oz, tu n’es rien d’autre qu’un gros chat.*

Cet animal était invivable. Il passait son temps à apparaître & à disparaître à sa guise, à déchiqueter tout ce qui lui passait sous la dent & à clamer qu’il était un démon royal & que la race humaine au grand complet ferait mieux de lui obéir. Malheureusement pour eux, Azuki & son invocation ne s’entendaient absolument pas. 

Ignorant totalement sa maîtresse, le félin émit un mugissement féroce, puis s’adressa directement au blond ;

* Oh, toi, l’insignifiant mortel ! Je sais que tu entends les pensées & que tu m’entends aussi, par conséquent.*

*Oz, ça suffit.* Le somma la brune.

* Je te mets au défi de m’affronter, histoire de voir si tu vaux la peine que je mette mes majestueux pouvoirs au service de ton clan minable !* Lui lança-t-il en montrant ses crocs.

Q-Quoi ? Non, non, non… Très mauvaise idée ! Mais dans quel guêpier s’était-elle encore empêtrée ?!







~~~~






C’était intéressent. Je n’étais pas trop trop subtile dans ma façon de lire son esprit, mais il fallait commencer tranquillement pour pouvoir finir en attaquant férocement, quoique je ne pensais pas vraiment arriver à cette étape toute suite. D’une façon totalement disgracieuse, je restais sur les bords de l’esprit de la jeune fille, en captant autant que je le pouvais, les brides de ses pensées. 

Pour commencer je senti peu à peu une légère résistance, même si j’étais à la limite de son esprit, une force quelconque essaya de me repousser et ses pensées s’embrouillèrent. La force n’était pas assez puissante pour me repousser totalement, par contre, ses pensées m’avaient été complètement coupé pendent une fraction de seconde. 

Suite à ça, la jeune fille stoppa sa concentration, ce qui me laissa le champ libre. Je regardais de mes yeux froid la jeune fille relevé la tête et me sourire, puis un silhouette orange apparaitre. Je me fis pousser par Azuki. Mes pieds quittèrent le sol pendant quelques secondes et j’atterris un peu plus loin, avec délicatesse. Pendant ce temps-là, ma nouvelle compagnonne se fit plaqué au sol par la masse de poil orange. 

* Écarte-toi de mon chemin, idiote petite princesse ! J’ai des comptes à régler avec ce jeune homme*Rugit-il mentalement, je n’essayai aucunement de fermer mon esprit pour ne pas l’entendre, il semblait un peu en colère… 
Légèrement. 

Qu’avais-je fais pour qu’un tigre soit en colère contre moi? Je ne vis pas la jeune fille me regarder, le tigre cherchait mon regard et montrait ses crocs dans le but de m’intimider. Ce n’était qu’une simple bête. Pourquoi aurais-je peur? 

J’écoutais d’une oreille distraite la conversation qu’ils avaient un par rapport à l’autre. Je n’aimais vraiment pas l’attitude de ce ‘’Oz’’ vis-à-vis sa maitresse. Je n’avais jamais eu de problème de ce genre avec Raiku, bien qu’il soit un peu hautain par rapport aux autres humains, il n’était pas moins d’un calme et d’une intelligence irréprochable, comme moi. 

* Oh, toi, l’insignifiant mortel ! Je sais que tu entends les pensées & que tu m’entends aussi, par conséquent.* Entendis-je dans ma tête, comme si ça m’était directement adresser. 

Il me fallut quelques secondes avant de réaliser que c’était vraiment à moi qu’il s’adressait. Entretenir une conversation avec un autre esprit que le mien était toujours un peu déstabilisant, mais bon. J’entendis la jeune fille sermonné son invocation, mais c’était inutile. Il reprit la parole pour me dire. 

* Je te mets au défi de m’affronter, histoire de voir si tu vaux la peine que je mette mes majestueux pouvoirs au service de ton clan minable !*

Je ne pus pas réprimer le léger rire qui montait dans ma gorge. Un clan minableMajestueuxpouvoirs? Il se prenait pour qui, cette invocation? Personne n’avait autant de majestueux pouvoirs que moi et mon clan était certainement le meilleur. Il y a certaines choses que cette bête va devoir comprendre. 

Je fis apparaître mes katana et je le regardai dans les yeux, intensément, une lueur de défi dans mes yeux.

-Si tu penses que j’ai peur d’un petit chat comme toi, tu peux toujours rêver. 

Je levai Ten’shi dans les airs, un nuage plus foncé que les autres apparut dans le ciel bleu et un éclair s’abattit entre moi et le chaton. Un léger sourire insolent apparut sur mes lèvres, que venait-il de ce passer? Je venais tout juste de placé un piège en face de moi. Au moment où le chat poserait une patte sur la zone une légère explosion se déclencherait et j’aurais le temps de, soit en poser d’autres pour éviter tout contact au corps à corps soit profité de l’effet de surprise pour attaquer. 

-Tu vas découvrir ce qu’est être un Kaminari, Oz. Azuki, tu ferais mieux de t’écarter, si tu ne veux pas être blessée. 


J’électrisais la lame de mes katana, ayant opté pour la seconde option. J’allais foncer sur le chaton après qu’il ait pilé son mon pièce, je présentais qu’il allait faire ça. 







~~~~






* Je te mets au défi de m’affronter, histoire de voir si tu vaux la peine que je mette mes majestueux pouvoirs au service de ton clan minable !*

Comme la plupart des jeunes hommes approchant de la vingtaine, Kain semblait assez intrépide et orgueilleux (d’ailleurs, le fait d’être un chef respecté ne devait pas venir nourrir sa modestie). Il ne n'avait donc pas du tout l'air apte à refuser cette provocation… Il eut d’ailleurs un léger rire méprisant qui venait tout confirmer & fit apparaître dans ses mains deux superbes katanas que la jeune fille ne put qu’admirer. Alors qu’une lueur arrogante scintillait au fond de son regard d’azur, le chef des Kaminari lança ;

- Si tu penses que j’ai peur d’un petit chat comme toi, tu peux toujours rêver. 

Le tigre répliqua d’un grondement menaçant, se mettant dans une position de chasse. Cependant, la manœuvre ne sembla pas vraiment intimider le blond qui leva un de ses katana dans les airs & fit apparaître un imposant nuage sombre au dessus de leurs têtes, faisant tache dans le ciel dégagé. Sans prévenir, la foudre frappa le sol entre les deux adversaires. Oz eut un mouvement de recul alors que Kain souriait toujours, exhibant sa supériorité. 

- Tu vas découvrir ce qu’est être un Kaminari, Oz. Déclara-t-il. Azuki, tu ferais mieux de t’écarter, si tu ne veux pas être blessée. 

Les lames du jeune homme s’électrisèrent, il semblait totalement prêt & en confiance. Mais l’invocation d’Azuki ne se laissait pas impressionner facilement. Toujours appuyée contre le tronc du grand chêne, la jeune Kaminari observait tour à tour, les deux attaquants. Elle avait eu dans l’idée d’empêcher ce combat, mais au fond, elle n’en voyait plus l’intérêt. Il y avait beaucoup plus de points positifs que négatifs à cette bataille improvisée… Tout d’abord, elle venait d’entrer dans ce clan, et se dit qu’elle ne pourrait se trouver qu’avantagée par une démonstration des pouvoirs de son chef. Elle tâcherait d’en apprendre le plus possible sur sa façon d’attaquer. De plus, se prendre une raclée par le blond arrogant serait peut-être suffisant pour remettre à sa place l’insupportable félin qu’était Oz. Azuki choisit donc de demeurer en retrait et d’observer attentivement ce curieux affrontement, se disant qu’elle n’interviendrait que si Kain semblait en difficulté, ce qui, selon elle, ne risquait pas trop d’arriver…

De son côté, le tigre était furibond. Il bouillait littéralement de colère. Il faut dire que l’attitude du blond y était pour quelque chose. Cet animal n’avait pas l’habitude de se faire ainsi snober et le traitement ne lui plaisait pas du tout. 

* Pour qui te prends-tu, sale humain ? Je suis un demi-dieu moi ! Je devrais être au service de la mort, du feu, de la destruction ! Tu crois sincèrement m’impressionner avec tes petits courts-circuits ?*

Sur ces pensées insolentes, le grand prédateur s’élança, tous ses muscles se tendirent et il bondit vers le jeune homme. Cependant, lorsque ses pattes avant touchèrent le sol à l’endroit ou la foudre avait frappée, il fut projeté sur le flanc à quelques mètres de là, par une inexplicable explosion. Comment ?! Furieux, il se redressa très vite et chercha Kain de ses yeux perçants. 

De son côté, Azuki suivait le combat soucieusement. Elle observait particulièrement les faits et gestes de son chef, s’efforçant que ses pensées ne le déconcentrent pas trop. Le jeune homme se battait avec autant d’aisance que s’il prenait une simple marche dans un parc. C’en était déconcertant. 

Le chef Kaminari se jeta sur l’animal, son katana électrisé toujours en main. Violemment, le tigre s’élança de nouveau sur lui et sa mâchoire se referma sur la lame. Il fut parcouru d’un puissant choc électrique, mais ça ne l’affecta pas beaucoup, comme il possédait une incroyable résistance à la douleur. Cependant, il était désormais prêt à passer aux choses sérieuses.

*Tu te défends plutôt bien, je te l’accorde…*

Azuki se mordit la lèvre inférieure, appréhendant ce qui allait suivre.

*Mais tu n’es pas encore à la hauteur !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Première rencontre (PV Kain) [fini]   Jeu 29 Mai 2014 - 15:19

- Tu vas découvrir ce qu’est être un Kaminari, Oz. Azuki, tu ferais mieux de t’écarter, si tu ne veux pas être blessée.

Des petits filaments bleus s’échappèrent de mes lames. Dans mes yeux émanaient une lueur de défi, je n’espérais pas perdre et j’étais confient, j’allais gagner. Si dans mes yeux il y avait du défi, dans celle du chaton il y avait tout autre chose. La colère était clairement perceptible. Je suis convaincu que s’il avait pu m’arracher la jambe à l’instant même, il l’aurait fait. Non, je devais plutôt dire, essayer, parce qu’il ne réussirait jamais. 

* Pour qui te prends-tu, sale humain ? Je suis un demi-dieu moi ! Je devrais être au service de la mort, du feu, de la destruction ! Tu crois sincèrement m’impressionner avec tes petits courts-circuits ?*

Un demi-dieu? Si c’était véritablement le cas, je devais être un dieu à part entière. D’ailleurs, il sous-estimait beaucoup trop mes pouvoirs en disant que c’était de petits courts-circuits… Il allait être surprit toute à l’heure. 

Comme défaite, le tigre bondit devant moi, exactement à l’endroit où j’avais installé mon piège. L’explosion fut immédiate. Le chat fut propulsé quand même loin, mais il se releva aussitôt, me cherchant du regard. Il n’eut cependant aucun mal à me trouver, je n’avais pas bougé d’un seul centimètre. Nos regards ce croisa, j’ose à peine décrire toute la détermination que je lus dans ses yeux, mais qui devait a peine être égale au mien. 

Quelques secondes s’écoulèrent, ce qui semblait être une éternité, je décidai alors de passer à l’action. D’un mouvement gracieux, je fis une légère feinte vers la gauche, ayant anticipé que le tigre allait aussi passer à l’attaque dans les secondes à venir. Une attaque violente, c’est ce que j’ai essayé de faire. Malheureusement pour moi ou bien pour lui, il para mon attaque avec ses crocs. Certes, mon attaque n’avait pas atteint la cible, mais l’électricité passa de la katana au chaton, ce qui avait dû lui procurer un petit moment de déplaisir. 
Grâce à un petit saut, je m’éloignai. Faisant passer à nouveau du courant dans les lames de mes katanas, au cas où. 

*Tu te défends plutôt bien, je te l’accorde…*

Je le regardais intensément. Je voulais presque dire la même chose, mais puisque c’était un animal, mes paroles n’auraient probablement pas eu la même valeur. 

*Mais tu n’es pas encore à la hauteur !* Dit-il en se jetant sur moi, griffes sorti. 

D’un léger bond sur le côté, j’esquivai cette attaque rudimentaire. Il enchaina ensuite les attaques avec une férocité sans limite. J’esquivai et je déviai les griffes tranchantes de manière à ce que les lames touchent ses griffes ou sa peau, de sorte à ce qu’il ait quelques chocs par-ci par-là. Puis, il attaqua frontalement, à l’aide de ses crocs, j’en profitai pour faire une roulade sur le côté et, rapidement, je plaquai la lame de Ten’shi sur le dos du jeune chat. En un instant, une décharge violente passa de ma main, parcourra la lame avant de déferler sur le tigre. 

Je m’écartai de la créature, à l’aide d’un saut, laissant la pointe d’Akuma trainer sur le sol. J’atterris un peu plus loin, laissant le temps à mon opposant de se ressaisir. 

-Tu sais que je ne fais que jouer avec toi, là. Tu ne peux rien faire contre moi, demi-dieu. Apprend à me craindre au même titre que la mort, le feu ou la destruction, parce que je suis probablement pire que les trois réunis. 

La ligne que j’avais tracée avec mon katana se mit à briller. Des centaines de petits orbes s’en détachèrent, volant ici et là. Rapidement, le jeune tigre s’en trouva entourer. 

-Tu vois ma main, dis-je en lui montrant ma paume, si je la ferme, toute ses billes s’agglutineront autour de toi et exploseront, comme le piège que j’avais installé toute à l’heure. Abandonne, soumets-toi à moi et je serai clément à ton égard. 

J’étais totalement sérieux. Un seul mouvement et toutes ses boules colleraient sur le tigre et exploseront. 






~~~~






*Tu te défends plutôt bien, je te l’accorde…* Fit remarquer le prédateur dans l’esprit de son adversaire. *Mais tu n’es pas encore à la hauteur !*

Sur ces pensées dégoulinantes de provocation, le tigre s’élança une nouvelle fois sur le jeune homme. Visiblement, les attaques de front n’avaient pas vraiment d’effets sur Kain, car il les esquivait toutes avec une apparente facilité. Durant un moment, tout ce que distingua Azuki fut une masse de fourrure, de peau & de vêtements se déchaînant l’un sur l’autre. C’était d’une extrême & impressionnante rapidité ! 

Le félin souhaitait ardemment pousser à bout le jeune chef des Kaminari. Pas seulement parce qu’il désirait gagner, mais surtout pour tester ses capacités et sa faculté à supporter la puissance. Selon lui, les corps humains étaient beaucoup trop fragiles pour canaliser un pouvoir comme celui de la force électrique. 

Pour le moment, les deux combattants semblaient à peu près en position égales. L’animal recevait souvent de désagréables chocs électriques, mais il avait aussi réussi à infliger une panoplie de griffures à son vis-à-vis & pouvait voir perler son sang aux endroits les plus touchés. Pour le moment, aucun des deux n’avait été gravement atteint. 

Après avoir encaissé un choc plus vigoureux que les précédents, l’invocation remarqua un geste inhabituel chez le jeune blond. On aurait dit qu’il traçait quelque chose au sol avec l’une de ses lames… Oz se dit qu’il y avait là de quoi se méfier et resta sur ses gardes. 

Azuki l’avait remarqué également et observa la manœuvre avec curiosité.

- Tu sais que je ne fais que jouer avec toi, là. Déclara Kain, s’efforçant de paraître en parfait contrôle (même si son assaillant avait remarqué qu’il était un peu fatigué comparativement au début du combat). Tu ne peux rien faire contre moi, demi-dieu. Apprends à me craindre au même titre que la mort, le feu ou la destruction, parce que je suis probablement pire que les trois réunis. 

Comme de fait, le « dessin » que le chef Kaminari venait de tracer au sol à l’aide de son katana se mit à luire d’une lumière inquiétante et une myriade de petits globes scintillants s’en détachèrent. Oz grogna, montrant qu’il n’était pas intimidé, mais tout de même très méfiant. Il se retrouva bien vite cerné par ces petits objets suspects.

- Tu vois ma main, Dit le jeune homme en présentant celle-ci au tigre. Si je la ferme, toutes ces billes s’agglutineront autour de toi & exploseront, comme le piège que j’avais installé tout à l’heure. Abandonne, soumets-toi à moi & je serai clément à ton égard. 

Azuki sourit devant ces menaces. Son chef lui plaisait de plus en plus. Avec ses répliques hautaines et ses beaux regards intenses, il dégageait une certaine force de caractère que l’on ne pouvait qu’admirer. Décidément, la jeune fille était heureuse de l’avoir comme allié plutôt que comme ennemi…

Pour sa part, Oz était passablement irrité par l’arrogance de son adversaire, et laissa échapper un terrible rugissement. Qu’il abandonne, se soumettes ? Lui ? Pff, et puis quoi encore ! Cependant, il savait qu’il ne pourrait pas repousser cette attaque de front. Il devrait user d’une autre technique s’il voulait démontrer au jeune chef l’étendue du pouvoir qu’il détenait. 

*Il y a quelque chose que tu ne sembles pas comprendre, Onichiro…* Lui dit-il en se tournant vers sa jeune maîtresse, toujours adossée à un arbre.

Dès que leurs regards se croisèrent, Azuki devina tout de suite ce que son tigre avait derrière la tête. Elle écarquilla les yeux et allait protester, mais ne put prendre la parole car elle fut stoppée par une série de douloureux spasmes qui la firent s’écrouler au sol. 

- Oz… je t’en prie… Maugréa-t-elle en serrant les dents. 

Mais le tigre n’était pas prêt de retenir cette attaque. Il ignora les protestations de la jeune fille alors que tout son corps était parcouru de puissants courants électriques tout à fait visibles sous la forme de lumineux filaments blancs.

*Cette fille possède en elle un pouvoir phénoménal que son corps d’humaine est trop fragile pour contenir… Si je le libère, elle sera totalement hors de contrôle.*

Le regard furieux par ce qu’elle voyait comme une trahison, Azuki parvint à se relever, toujours secouée de convulsion. Son corps était de plus en plus submergé d’énergie blanche aveuglante produisant un léger bourdonnement électrique. Elle retomba à genoux sous les décharges, et la terre se fissura légèrement à cet endroit. En rassemblant toutes ses forces, elle parvint à concentrer l’énergie électrique dans la paume de sa main droite, créant comme un orbe au voltage impressionnant, dont le bruit s’apparentait à un millier d’oiseaux hurlant en même temps. Avec un regard déterminé, elle s’élança dans le tas de petits globes de Kain, directement sur son tigre. L’impact fut d’une suprême brutalité. Durant un instant, la lumière blanche fut trop éblouissante pour distinguer quoi que ce soit, mais elle s’estompa ensuite rapidement, laissant la jeune fille au centre du trou fumant qu’elle avait créé dans le sol, sans aucune trace du tigre… 

*Tu vois… * Continua néanmoins sa voix dans l’esprit du blond. *Elle n’est qu’une arme… Un être qui ne vit que pour détruire. Je t’accorde cette victoire, Onichiro. Tu m’as battu, cette fois. J’estime que tu es suffisamment intelligent pour utiliser cette force à bon escient. Considère maintenant sa vie comme un précieux atout. Si tu sais bien t’en servir & que tu écoutes mes conseils, je te promets qu’elle deviendra ton arme la plus meurtrière.* 







~~~~






- Tu vois ma main, avais dis-je en lui montrant ma paume de main. Si je la ferme, toutes ces billes s’agglutineront autour de toi et exploseront, comme le piège que j’avais installé tout à l’heure. Abandonne, soumets-toi à moi et je serai clément à ton égard.

Ma détermination était sans faille, je n’aurais aucunement hésité à fermer ma main pour éliminer ce petit chat narcissique et hautain. Dans ma main reposait mon katana de façon horizontale que je retenais grâce à mon pouce, je n’avais pas eu le temps de le déposer, mais ce n’était pas pour autant que je n’arrivais pas à garder la main ouverte. 

Le tigre poussa un rugissement qui se voulait terrible. Chose qui ne m’intimidait guère, il en fallait beaucoup plus pour me faire peur. Du genre, s’il aurait rugit, que des flammes serait magiquement sorti de sa bouche et que des ailes apparaissent sur son dos, LÀ, j’aurais probablement eu plus peur, mais il ne pouvait rien contre moi, il était faible. 

*Il y a quelque chose que tu ne sembles pas comprendre, Onichiro…* Dit le tigre en se tournant vers sa maîtresse adossée sur le même arbre depuis le début. 

J’hésitai à cette instant et je pense que cette hésitation me marquera pendent un moment. Si j’avais fermé la main pour faire disparaître le tigre, peut-être que ce qui allait se passer n’aurait jamais eu lieux, mais nous ne le saurons jamais. Du coin de l’œil, j’aperçu la jeune fille qui fut prise de spasmes. Ne pas avoir été dans une situation si peu délicate, j’aurais probablement courut pour l’aider ou simplement voir ce qui n’allait pas, mais lors d’un combat, ce genre d’action est un peu dur à placer.

- Oz… je t’en prie… Murmura la jeune fille, d’une manière qui ne me disait rien qui vaille. 

Si mon électricité était d’une couleur bleu saphir, celle de la jeune fille était d’un blanc lumineux. Je pris une petite note mentale, malgré le fait que la situation était critique, me renseigner si la couleur de notre pouvoir avait un quelconque rapport avec l’individu. 

*Cette fille possède en elle un pouvoir phénoménal que son corps d’humaine est trop fragile pour contenir… Si je le libère, elle sera totalement hors de contrôle.* 

Lors d’un combat il y a des notions supers importantes, l’une d’elles est de ne jamais perdre des yeux son ennemie.

Si l’électricité avait des inconvénients, c’était bien sa puissance. Ce qu’il disait était quelque chose que je n’acceptais pas, mais c’était vrai. Bref, toujours du coin de l’œil, j’aperçu la jeune fille se relever difficilement. L’électricité devenait de plus en plus puissant, un son puissant commençait à se faire entendre, il était évident qu’il lui serait de plus en plus impossible de le maintenir cette énergie sous contrôle. 

La jeune fille eut tellement d’énergie qu’il lui était impossible de garder son équilibre, c’est pourquoi elle tomba à genou. Elle eut la bonne idée de faire affluer l’énergie vers un point. Sa main droite. L’énergie était tellement intense dans cette partie que même si la principale source se trouvait à l’intérieur, on pouvait clairement identifier une boule d’un volume impressionnant composé d’énergie, un genre d’aura qui l’enveloppait. D’ailleurs, le bruit sembla s’être intensifié et il commençait à devenir légèrement agaçant. 

D’une action que je ne compris pas, elle fonça dans les sphères, sur son tigre. Je levai rapidement ma main et je la fermai, comprenant à la dernière seconde ce que voulait faire la fille. Pour ma part, j’avais propulsé les orbes loin dans le ciel et je les avais fait éclater, pour ne pas qu’elle retombe et explose au sol ou bien que la jeune fille les fassent éclater avec son action kamikaze. Parallèlement à mon action, une lumière éclatante avait apparu pendent quelques secondes. Transformant un tigre majestueux à un simple trou. La jeune fille était en son centre et semblait essoufflée, épuisée. Les paroles du tigre disparut résonnèrent dans mon esprit. 

*Tu vois… Elle n’est qu’une arme… Un être qui ne vit que pour détruire. Je t’accorde cette victoire, Onichiro. Tu m’as battu, cette fois. J’estime que tu es suffisamment intelligent pour utiliser cette force à bon escient. Considère maintenant sa vie comme un précieux atout. Si tu sais bien t’en servir & que tu écoutes mes conseils, je te promets qu’elle deviendra ton arme la plus meurtrière.*

D’un claquement de doigt je fis disparaître mes deux lames. Pour être honnête, quelque chose me préoccupait plus que ces paroles pleines de promesses qui n’avaient aucun sens. Jamais au grand jamais je n’utiliserai un de mes compagnons comme arme! Et jamais je ne considérerais une vie comme un atout! C’était mal me connaitre.

Je m’approchai du trou que la jeune fille avait créé avant de m’y glisser tranquillement à l’intérieur. Je m’accroupi à ses côtés pour vérifier si elle allait bien. Omis le fait qu’elle soit extrêmement épuisée, elle ne semblait aucunement blessée. Le tout devrait être psychologiquement. Je posai une légère main sur son épaule. Essayant de lui montrer qu’elle n’était pas seule. 

Ce n’est qu’à cet instant que je pris conscience des multiples entailles qui couvrait mes bras et mon torse. Mes vêtements étaient déchirer et du sang perlait ici et là. Il m’avait eu à quelques endroits, mais ce n’était rien, vraiment.

-Azuki… Commençais-je sans vraiment rien trouver d’autre à dire. J’essayai de lui montrer que j’étais compatissant, ce qui se voulait être une expérience nouvelle pour moi. Elle avait pris l’attaque de son tigre comme une trahison et c’était compréhensible.

Je fis passer le bras de la jeune fille autour de mon cou et tranquillement, je nous fis sortir du trou, si au moins elle devait se reposer, j’espérais qu’elle ne le fasse pas dans un cratère. J’emmenai la fille au pied de l’arbre, ou elle était quelques minutes à peine et je la fis s’assoir, le dos appuyé sur l’arbre. Je fis la même chose, je m’assis à ses côtés. 

-Je suppose que tu as entendu les paroles d’Oz. Sache que tu n’es pas une arme et que je ne te considèrerai jamais comme telle. S’il y a bien une qualité que j’aie, c’est bien de me faire du souci pour mes compagnons, dis-je le regard perdu au loin, ce qui dura quelques secondes. 

Le dos appuyer sur l'arbre, je portai mon attention sur mes bras, surtout sur le sang qui coulait légèrement. Je regardais les gouttes descendre, ne voulant pas l’essuyer avec mes mains, pour ne pas les salir et je soupirai légèrement.







~~~~






L’impact avait été très puissant, et durant un moment, Azuki se sentit comme enveloppée dans cette lumière éblouissante qui était la sienne. Un bouclier électromagnétique se forma de lui-même autour d’elle, pour la protéger des débris que sa technique aurait pu créer. 

Elle avait mis beaucoup de temps à développer cette technique qu’elle avait théâtralement baptisée de « Raikiri » (l’éclair pourfendeur). Tout d’abord, elle n’avait voulu que trouver un moyen de canaliser tout l’énergie électrique qui surgissait parfois en elle de manière incontrôlable… Elle avait essuyé d’innombrables échecs, détruit d’innombrables choses et s’était entraîné d’innombrables heures pour finalement en venir au fait qu’il était possible de créer une attaque beaucoup plus précise en concentrant l’énergie dans une certaine partie de son corps. Naturellement, les mains étaient ce qu’il y avait de plus pratique. C’était toujours destructeur, mais au moins cela permettait de concentrer la force à un endroit précis, et donc de réduire considérablement les dommages collatéraux. 

Le souffle haletant, la jeune fille s’écroula à genoux, laissant la poussière retomber autour d’elle. Ce satané tigre s’était donc encore poussé ! Elle serra les dents & fronça les sourcils. Pourquoi tous les élèves de cet établissement (enfin, ceux qu’elle avait rencontré jusqu’à présent) semblait avoir une super complicité avec leur invocation alors qu’elle était constamment en guerre avec la sienne ? C’était injuste, à son humble avis. 

Soudain, elle sentit ses cheveux être agités par une brise légère & réalisa que son bouclier s’était désactivé. Elle poussa un soupir las, alors qu’elle sentit une main se poser doucement sur son épaule. 

- Azuki… Commença Kain avec quelque chose qui sonnait comme de la compassion.

La brunette sursauta légèrement. Elle avait un peu oublié qu’il était là, lui ! Elle se mordit la lèvre, espérant secrètement qu’elle n’avait pas fais une terrible gaffe en s’adonnant à pareille technique devant son nouveau chef… 

Azuki lui sourit gentiment & tenta de se relever, mais, étrangement, son corps semblait coulé dans le béton, et ses membres refusait d’obéir aux signaux de son cerveau. Le chef Kaminari parut se rendre compte que quelque chose clochait, & il eut la bonté d’âme d’aider son nouveau membre à se relever, faisant passer son bras autour de son cou. Elle se contenta de le remercier mentalement, un peu surprise de le voir soudainement si attentionné. 

Kain la conduisit jusqu’à l’arbre ou elle avait observé son précédent combat contre le tigre, et la fit s’asseoir dans l’herbe, au même endroit, avant de s’installer à ses côtés.

- Je suppose que tu as entendu les paroles d’Oz. Dit soudainement le jeune homme, l’air songeur.Sache que tu n’es pas une arme & que je ne te considérerai jamais comme telle. S’il y a bien une qualité que j’aie, c’est bien de ne faire du souci pour mes compagnons.

Ahh… Elle n’avait en vérité rien entendu des paroles de son tigre, mais c’était tout à fait le genre de discours qu’il avait l’habitude de servir. La jeune Kaminari se dit que Kain devait faire un chef admirable, avec autant d’intégrité & de noblesse de caractère. 

Elle se permit de l’observer un peu alors que son regard océanique semblait perdu dans le vague. Le vent qui commençait à se lever fit danser ses mèches blondes autour de son visage & la jeune fille se dit que, à ce moment précis, elle aurait tout donné pour pouvoir lire dans ses pensées. 

Soudain, elle se rappela que lui le pouvait parfaitement & détourna le regard, passablement gênée pour se concentrer sur quelque chose de totalement anodin (tiens, c’était un colibri, ça ?) histoire de faire diversion. C’était une diversion assez pitoyable (d’ailleurs elle eut presque envie de rire d’elle-même), mais c’était mieux que de ne pas en avoir. Elle se mit donc à jouer distraitement avec la pointe de ses cheveux &, au bout de quelques secondes de silence, déclara ;

- Si je suis venue dans cette école, c’est d’abord & avant tout pour apprendre à maîtriser ce pouvoir qui me dépasse, & ainsi arriver à ne plus blesser personne, sans le vouloir… 

Elle repensa aussitôt à ce jeune homme qu’elle avait envoyé à l’hôpital lors d’une des fois ou elle avait perdu le contrôle… Sa main se porta automatiquement à son cou & à la bague d’émeraude qu’elle portait sur une chaînette en or. 

- Alors, merci. Continua-t-elle. Sincèrement. Et puis, ne t’inquiètes pas pour moi, tu sais, il en faut plus pour me mettre à terre ! 

Elle lui fit un radieux sourire pour dissiper toutes ses inquiétudes (si inquiétudes il y avait) & remarqua le sang qui s’écoulait en fines gouttelettes le long des bras du blond. Ce qui lui valut un soupir. Son chef ne semblait pas vraiment souffrir, mais il n’en demeurait pas moins minimalement blessé.

- Je suis désolée… pour tout ce qui est arrivé aujourd’hui. S’excusa-t-elle, légèrement honteuse.Ce… Cet animal est insupportable, il n’en fait toujours qu’à sa tête & je n’ai aucun contrôle sur ses agissements. 

Azuki se disait sans arrêts qu’elle devrait s’entraîner plus durement, dans le but d’établir une certaine complicité avec ce félin exécrable. Après tout, leurs âmes n’étaient-elles pas supposées êtres reliées ? Ils devraient bien devoir apprendre à travailler en équipe, tôt ou tard. 

- Je devrais avoir de la pommade pour les griffures dans mes affaires. Si tu veux bien me montrer ou se trouvent les dortoirs Kaminari, je te la donnerai. 







~~~~






-Je suppose que tu as entendu les paroles d’Oz. Sache que tu n’es pas une arme et que je ne te considérerai jamais comme telle. S’il y a bien une qualité que j’aie, c’est bien de me faire du souci pour mes compagnons, dis-je le regard perdu au loin, ce qui dura quelques secondes.

Le dos appuyé sur l'arbre, je portai mon attention sur mes bras, surtout sur le sang qui coulait légèrement. Je regardais les gouttes descendre, ne voulant pas l’essuyer avec mes mains, pour ne pas les salir et je soupirai légèrement.

En même temps, j’entendis les pensées de la jeune fille. Je découvris qu’elle n’avait pas entendu également les paroles de son tigre et que selon elle j’étais un chef admirable… 

Cette stupide créature. Elle avait du culot de traiter son maître ainsi. Un jour, si jamais il persiste dans cette voie-là, je jure que je le détruirais… Pour le bien de mon clan. 

Un chef admirable… Non, je n’étais pas spécialement ça. L’avoir été, j’aurais probablement sauvé ce jeune garçon, qui s’est fait lâchement assassiné devant mes yeux, il y a quelques temps. Avoir été le chef que tout le monde espérait que je sois, j’aurais tué ce Noemie Kotasu, ce jour même. Peut-être que ça ne paraissait pas, mais j’étais troublé intérieurement. 

J’essuyai tranquillement une goutte de sang qui se voulait rebelle avec ma main et je passai celle-ci rapidement sur mes pantalons, au diable les tâches. Je restais silencieux, la confrontation avec le tigre m’avait quelque peu ébranlé, surtout la fin, lorsqu’il avait parlé d’utiliser un individu. La jeune fille ce dit qu’elle aurait tout donné pour lire dans mon esprit, ce qui me fit légèrement sourire, mais à quoi bon? J’aurais beau lui montrer toute les éléments de mon passé, lui partager mes pensées, je doute qu’elle puisse comprendre. 

Vint le moment où elle réalisa que je pouvais entendre ce qu’elle pensait. Elle détourna son attention ailleurs, mais je restai perdu dans les miennes. Il me fut, par contre, impossible de pas entendre le changement radical de sujet mental. Puis, plus rien. Quelques secondes s’écoulèrent avant que la jeune fille décida de briser le silence. 

-Si je suis venue dans cette école, c’est d’abord & avant tout pour apprendre à maîtriser ce pouvoir qui me dépasse, et ainsi arriver à ne plus blesser personne, sans le vouloir… Dit-elle pensive. 

Entendre la voix réelle d’Azuki eut pour effet de me faire sortir de ma genre de stupeur, me ramenant au présent. Le présent… Oui, je devais regarder vers l’avant et arrêter de montrer ce genre de faiblesse. 

- Alors, merci. Continua-t-elle. Sincèrement. Et puis, ne t’inquiètes pas pour moi, tu sais, il en faut plus pour me mettre à terre !

Je lâchai enfin mes bras pour poser mon regard sur celui d’Azuki. Suite à ce qu’elle venait de dire, un jolie sourire c’était dessiné sur son visage. Ce fut en son tour de regarder mes bras et de soupirer. Elle semblait être fâchée ou bien simplement triste de l’attitude de son esprit.

-Je suis désolée… pour tout ce qui est arrivé aujourd’hui. Ce… Cet animal est insupportable, il n’en fait toujours qu’à sa tête et je n’ai aucun contrôle sur ses agissements. Me dit-elle dans le but de s’excuser. 

D’ailleurs, je ne comprenais pas. Ce n’était aucunement de sa faute, alors pourquoi s’excuser? Je comprenais le fais qu’elle croyait que c’était un peu de sa faute, puisque le tigre était relier à son âme, mais ce n’était vraiment pas cas. 
Je devrais avoir de la pommade pour les griffures dans mes affaires. Si tu veux bien me montrer ou se trouvent les dortoirs Kaminari, je te la donnerai. Me dit-elle gentiment. 

Tranquillement, je me relevai. Je tandis une main vers la jeune fille pour l’aider à se relever. Ce n’est que lorsque je lui lâchai que je lui dis d’un ton neutre, qui n’était ni méchant, ni gentil, j’avais remis mon masque de froideur. 

-J’ai pas besoin de la pommade, mais merci quand même. Sinon, je veux bien te les montrer, je dois impérativement changer de vêtements, avant de retourné à la bibliothèque. 

Je me dirigeais vers la porte d’un pas décidé. Faisant exprès pour ne pas revenir sur les propos de la jeune fille, car si je le faisais, j’aurais été obligé de lui de tout lui dire et je ne m’ouvre pas si facilement au nouveau arrivant. D’ailleurs, personne ne connaissait véritablement mon passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première rencontre (PV Kain) [fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Première rencontre (PV Kain) [fini]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sa première souris et sa première cérémonie du partage [Libre] (FINI)
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: RP :: Lycée :: Cours de récréation-
Sauter vers: