AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaarasu Takami
Sous-chef du clan Mikari | Ptit maudit
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 2 Déc 2013 - 2:47

De fins flocons de neige virevoltaient joyeusement au gré du vent glacial, mais l'atmosphère n'avait rien de bien joyeuse. Kaarasu souffla dans son col pour se réchauffer, et leva doucement la tête, fixant son regard sur un point invisible dans le ciel incolore. Plus haut, son invocation, un grand corbeau au plumage lustré, décrivait d’immenses cercles au dessus de sa tête. Une esquisse de sourire apparu au coin des lèvres du jeune homme. Il examina longuement la façade du lycée qui allait être (pour une durée de temps indéterminée) son nouveau chez lui. Il fit quelques pas vers la porte principale, mais la sonnerie de son téléphone portable le stoppa dans sa marche solennelle. Avec un soupir condescendant, il tira l'appareil de sa poche pour s'apercevoir qu'il avait reçu deux textos. Tous les deux provenant de numéros dont il n'avait aucun souvenir. Il haussa les épaules et ouvrit le premier.

"Yukiko s'est réveillée" Disait-il.

Le sourire de Kaarasu s'étira en un rictus faussement désolé.

Et bien... Commença-t-il à voix basse. C'est pas de chance, Yuki-chan, nous n'auront pas pu disparaître ensemble...

Il secoua la tête comme pour chasser un mauvais souvenir, puis supprima le message et passa au second. Ah, tiens. Ce numéro là lui disait vaguement quelque chose.

"Vieux, t'es un homme mort"

Cette fois ci, il ne put s'empêcher d'éclater de rire. Un rire dément & distordu, qui sembla vraiment sortir de nulle part. Quiconque serait passé par là l'aurait prit pour un réel détraqué, mais bon, qui l'en blâmerait ?

Il prit quelques minutes pour lui puis se ressaisit brutalement. Une expression froide & méprisante se dessina sur son visage. Il jeta son téléphone dans la neige d'un geste désinvolte, marcha dessus et se remit à avancer en direction du lycée. Il s'arrêta à nouveau lorsqu'il fut à quelques centimètres à peine des portes. Son sombre volatile vint se poser sur son épaule avec un croassement sinistre.

Non. Décréta-t-il simplement, (sans doute a l'intention du corbeau, car il n'y avait personne d'autre pour l'entendre). Je n'ai aucune envie d'entrer par là.

Et c'est presque avec dégoût qu'il se détourna des portes principales et entreprit de faire le tour du bâtiment, cherchant une façon plus amusante de faire son entrée à Seikoku. L'endroit semblait assez grand et dégageait un certain prestige, une énergie spéciale qui vous attirait ou vous révulsait, selon votre nature. Du moins, c'est l'impression qui frappa Kaarasu alors qu'il se promenait tranquillement dans la neige. Il se sentait bien, léger. Une petite comptine lui vint en tête & il se mit à la fredonner distraitement. Étrangement, cette chanson toute simple prenait des accents très sadiques & menaçants, dans la bouche de ce jeune homme.

"Will you walk a little faster, said a withing to a snail
There's a porpoise close behind us, treading on my tail
See how eagerly the lobsters & the turtles all advance,
They are waiting on the shingle, will you come and join the dance ?"


C'est alors qu'il remarqua un grand arbre qui semblait très vieux, aux branches assez larges. Mais, ce qui attira le plus son attention fut la fenêtre entrouverte que cachait partiellement cet arbre. Quelqu'un avait du l'ouvrir pour prendre un peu d'air frais et oublier de la refermer. Le rideau oscillant mollement au gré du vent fit sourire Kaarasu.

- Que dirais-tu d'entrer par là, Wisely ? Demanda-t-il à haute voix.

Naturellement, le corbeau ne répondit pas. Il ne répondait jamais mais le brun aimait lui parler. Il lui faisait souvent part de ses pensées et s'adressait toujours à lui avec tendresse & affection.

Il n'attendit pas plus et sauta sur la branche la plus basse avec l'agilité d'un chat. Il avait toujours été plutôt habile. Sautillant de branches en branches avec une absurde facilité, il se retrouva assez rapidement en équilibre sur la plus haute branche. Un dernier bond lui permit de se glisser à l'intérieur du pensionnat par la fenêtre ouverte. Jugeant que Wisely aurait pu (par sa taille & sa carrure) causer pas mal de grabuges au sein de l'établissement, il décida (à contrecœur) de faire disparaître son invocation.

Bon. Dit-il, parlant vraiment tout seul cette fois. Quelle est la prochaine étape ?

Il tira de sa poche un bout de papier chiffonné et le déplia.

Clan Mikari. Lut-il en s'appliquant a bien articuler. Dirigé par Noe Kotasu. Sous chef ; Yuuzan Kaminosuke.

Il haussa les épaules. Comme il n'était pas particulièrement tenté par une partie de cache-cache, il opta pour une méthode assez simpliste, mais qui allait surement se révéler fructueuse.

Nooooooe ! S'écria-t-il en avançant dans les corridors de l'étage. Yuuuuuuuuzan ! Monsieur Kotasuuu ! Kaminosuke-sempaiii ?

Oui, bon ce sont les résultats qui comptent après tout. Quelqu'un devrait bien finir par vouloir le faire taire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noe Kotasu
Chef du clan Mikari | Tonton Noe/ Puissante mouche chiante
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:13

L’androgyne blond venait tout juste de se réveiller pour constater, par la fenêtre de sa chambre, la mauvaise température qu’il faisait à l’extérieur. Tout comme sa terrible invocation, un énorme boa nommé Etsu, il détestait lorsqu’il faisait trop froid ou encore trop chaud, le mettant dans une humeur désagréable. Le Kotasu continua de regarder encore un moment dehors, remarquant une poigné de jeunes imbéciles qui s’amusaient dans la neige. Il lâcha un discret râle de dégout, et se leva, repoussant les couvertures.


Dès qu’il posa un pied sur le sol, le long serpent escalada son corps maigre pour aller s’entourer autours de son cou, tel une écharpe. Il prit une douche rapide, sachant qu’il avait rendez-vous avec un des nouveaux membres du clan Mikari, qui devenait de plus en plus nombreux, à son grand plaisirs. Il brossa sa longue tignasse dorée, vérifiant mainte fois que chaque cheveu était en place.


Assez extravagant, le chef du clan de la mort mit de nombreuses minutes à se vêtir ~ Sa garde-robe étant exclusivement composé de rose, il entreprit de choisir soigneusement une robe avec des boucles et de la dentelles en abondance. Des chaussures mignonnes et deux énormes couettes, décorées avec bien trop de barrettes et de pinces. Noe était une vraie princesse ~ Une princesse mortellement dangereuse, soit, mais une princesse dans l’âme quand même.


Il sortit de sa chambre, de longues minutes d’avance pour sa rencontre avec le dénommé Kaarasu. Il devait se rejoindre à la bibliothèque pour discuter du clan et des différentes actions qui s’étaient faites les derniers temps. L’androgyne marchait au milieu du long couloir, les autres élèves, apeuré par son statue mais surtout par son clan, se poussait sur les côtés pour le laisser passer. Noe, pourtant, était quelqu’un qui semblait relativement sympathique, si on ne faisait pas attention à sa personnalité fourbe et manipulatrice.


Une fois rendu dans le lieu calme et apaisant qu’est la bibliothèque, il attendit longtemps, écraser dans l’un des fauteuils moelleux qu’on lui avait proposé. Du coin de l’œil, il pouvait voir un jeune homme avec de longs cheveux noirs discuté avec le chef des Kaminari, Kain Onichiro. Il était mal à l’aise de devoir discuté du sort des Mikari devant lui, et, au bout d’un moment, lassé de patienter pour son cher nouveau disciple, fini par ressortir.


Etsu grommelait des insultes au nouveau venu, dans l’oreille de son maitre, visiblement impatient. Noe lui-même, qui s’était réveillé déjà grognons, commençait à être vachement en colère. Une jolie demoiselle laissa tomber, par inadvertance, tous ses livres sur le sol, et eut droit à un long sermon assez méchant de la part du blond. Pour finir, il donna un violent coup de pied à la jeune fille, et repartit, toujours aussi fâché.
Ce ne fut que de longues minutes plus tard qu’il finit par entendre, visiblement de son nouveau compagnon, une voix joyeuse et enfantine crier au bout du corridor :


- Nooooooe ! Yuuuuuuuuzan ! Monsieur Kotasuuu ! Kaminosuke-sempaiii ?


Donc il s’était perdu ? La rage s’estompa un peu, mais l’énervement était encore bien visible au fond de son regard violet et venimeux. Il rejoint le jeune homme, lui mit son pied au derrière et replaça ses vêtements. Après avoir majestueusement envoyé une de ses longues mèches dorées par-dessus son épaule frêle, il dit d’une voix suave :


-Eh bien, mon petit chaton… Je n’aime pas trop jouer à la cachette, alors la prochaine fois tu viens directe, d’accord ?


L’androgyne offrit à son nouvel ‘’ami’’ un magnifique, mais bien peu réel, sourire. Il l’aida à se relever, et, de nouveau, replaça sa tenue. Il regarda autours de lui, pour être sûr qu’il n’y ait personne, et poursuivit, la voix basse mais toujours aussi mielleuse :


-Je suis Noe, Noemie Kotasu ~ Chef du clan Mikari. Bienvenue parmi nous. Il prit une courte pause, avant de reprendre : Ne perdons pas de temps ici, et voyons ce que tu sais faire.


Il tira le bras de son cadet et se mit à avancer dans le couloir sombre. Il avait visiblement une idée en tête et un sourire mauvais s’était peint sur son visage de porcelaine. Le blond fini par s’arrêter devant la porte de ce qui semblait être le dortoir d’un autre clan. Excité, il s’approcha de son oreille, et y murmura :


-Causons leurs des problèmes, mais ne te fait pas prendre… Surtout ne te fais pas prendre, chaton, ou je te… Punirais ~<3


Il sourit de nouveau, toqua à la porte ou un écriteau indiquait ‘’Yachiru’’, et se cacha rapidement, disparu dans les ténèbres du grand lycée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaarasu Takami
Sous-chef du clan Mikari | Ptit maudit
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:14

- Nooooooe ! Yuuuuuuuuzan ! Monsieur Kotasuuu ! Kaminosuke-sempaiii ?

Personne ne daignait se pointer, ça n’avait rien d’amusant. Kaarasu s’apprêta à changer de méthode lorsqu’il entendit une série de pas léger venir dans sa direction. Un demi-sourire satisfait pris place sur ses lèvres Il eut à peine le temps de se retourner vers la source des pas qu’il se retrouva au sol. On venait de lui mettre un coup de pied ?! Le rubis liquide de ses iris se figea & il darda sur son assaillant un regard des plus menaçants. Regard qui se changea vite en perplexité alors qu’il examinait la personne qu’il avait sous les yeux. Une… jeune fille vêtue principalement de rose, dans une robe de style lolita (avec tous les rubans & la dentelle qui vont avec), possédant de longs cheveux blonds coiffés comme une poupée et tout plein d’autres accessoires féminins. D’élégante façon, elle rejeta derrière son épaule une de ses mèches claires et s’adressa enfin au brun ;

- Et bien, mon petit chaton… Je n’aime pas trop jouer à la cachette, alors la prochaine fois tu viens directe, d’accord ?

Kaarasu ne porta aucune attention à ce que cette personne venait de dire. Il fut simplement frappé par sa voix… étrangement masculine. En le regardant de plus près, il était vrai que cet individu n’avais pas vraiment de poitrine, mais… sinon tout en lui portait à croire qu’il s’agissait d’une pure jeune fille. Même les traits de son visage étaient fins et délicats. Étonné, le jeune homme se laissa faire lorsque l’autre... hum... individu l’aida à se relever. Il (ou elle) prit le temps de replacer sa robe et de regarder autour de lui (ce qui laissa amplement de temps a Kaarasu pour se ressaisir) avant de poursuivre d’une voix suave ;

- Je suis Noe, Noemie Kotasu, chef du clan Mikari. Bienvenue parmi nous. 

Il s’arrêta un moment.

- Ne perdons pas de temps ici & voyons ce que tu sais faire. Reprit-il en tirant le brun par le poignet, l’entrainant à sa suite. 

Comme il lui tournait le dos, le jeune homme ne pouvait pas distinguer son expression, mais il était certain d’une chose ; le chef des Mikari avait quelque chose derrière la tête. Finalement, c’était une personne relativement amusante !

Il se laissa entrainer, fredonnant encore (sans vraiment en être conscient) un air enfantin, jusqu’à ce que son chef s’arrête devant une porte (visiblement, celle d’un dortoir). Dessus était posé un panneau sur lequel le mot « Yachiru » était clairement lisible. Yachiru, tiens ? Ce n’était pas le clan de l’eau, ça ?

- Causons leur des problèmes, mais ne te fais pas prendre… Surtout ne te fais pas prendre, chaton, ou je te… punirai.

Avec un sourire malicieux, Noe Kotasu cogna à la porte du clan ennemi & se dépêcha de s’éclipser dans les ténèbres des corridors. Ne sachant pas trop que faire d’autre, Kaarasu resta planté là un petit moment, mais voyant que personne ne venait ouvrir, il se décida à crocheter la serrure. Le crochetage avait toujours été un véritable jeu d’enfant pour lui qui, étant gamin, se permettait d’entrer ou bon lui semblait. Il y parvint facilement et pénétra dans le dortoir. C’était désert. Il jeta un regard vide aux alentours alors qu’il se demandait ce qu’il pourrait faire pour causer du tort a ce clan qui, jusqu’à date, semblait fantôme. Y avait-il seulement une chambre habitée ? Il se retrouva tout au fond face a une autre porte verrouillée. La crochetant de nouveau il entra dans ce qui semblait être, le seul endroit fréquenté de tout le dortoir. 

- Hmmm… Sans aucun doute la chambre du chef. Se dit-il.

Rien à faire, il se mettait à se parler à lui-même chaque fois qu’il se retrouvait seul. La chambre était, somme toute, assez sobre. Aucune décoration extravagante ou ameublement excentriques. Kaarasu poussa un soupir. Il sentait en lui une cruelle panne d’inspiration. Il observa la chambre à la recherche d’une quelconque idée géniale, mais ne trouvant rien, il alla s’asseoir sur le bord de la fenêtre et l’ouvrit pour prendre un peu d’air frais. Une bourrasque de vent glacé s’engouffra dans sa sombre chevelure. Il devait se dépêcher, le propriétaire des lieux pouvait entrer d’un moment à l’autre. À cours d’idées, il invoqua son fidèle corbeau qui se plaça sur le rebord de la fenêtre. 

Alors, Wisely… Commença-t-il doucement en caressant la tête de l’oiseau. Tu veux bien me montrer ce que tu as vu sur Noe Kotasu & le chef des Yachiru, jusqu’à maintenant ?

Le corbeau avait la particularité de pouvoir enregistrer certains évènements dans sa mémoire et de les faire voir à son jeune maître par la pensée, un peu comme une caméra. Il se posa donc sur son épaule et lui transmit ce qu’il savait. Kaarasu ferma les yeux et un sourire victorieux se mit à flotter sur ses lèvres. 

- Tiens donc, c’est intéressant… Kirito Rivers n’aime pas trop se faire comparer à un chaton, lui non plus… 

Il ouvrit les yeux & une lueur mesquine y brillait. Un plan venait de germer dans sa tête. Et justement, tout ce qu’il avait sur lui allait lui être d’une parfaite utilité. De plus, en cette lugubre journée d’hiver le soleil n’était pas à son meilleur et sur les murs de la chambre, les ombres s’étiraient en de longues bandes trainantes. Tout était parfait pour la mise en œuvre de son plan. 

Lentement & avec délice, il laissa les ombres le submerger, s’emparer de tous ses sens & le plonger dans un état second. Ses précieuses illusions allaient pouvoir prendre forme. 

- Allez-y, mes chéris… Murmura Kaarasu au bord du fou rire. 

Les ombres du jeune corbeau avaient plusieurs particularités, dont celle d’absorber les sons qu’elles captaient et de les distordre a volonté… Quelques minutes plus tôt, les ombres avaient pu très clairement capter la voix de Noe dans le couloir. Kaarasu se mit à rigoler sadiquement. Oh, oui. Kirito Rivers aurait toute une surprise en rentrant dans sa chambre. Avec délectation, il écouta les sons se déformer, créant un flot continu & infernal de « … mon chaton ? »

« Alors mon chaton ? Tu ne m’aides pas ? Bien joué, chaton. Viens par là, chaton… » 

Et le tout avec la voix enjôleuse de l’androgyne. Le chef des Yachiru en deviendrait fou. 

Mais il y avait autre chose ; il ne fallait pas se faire prendre. Et la moindre personne connaissant son pouvoir & son style saurait immédiatement que c’était lui. 

C’est là qu’intervenait l’aide matérielle. Il sortit de sa poche un sachet (cadeau d’un « ami à lui ») contenant une poudre très fine. Il l’ouvrit & en saupoudra un peu partout dans la chambre. Très faible drogue. Juste pour accentuer légèrement les hallucinations, histoire de semer le doute. Personne n’allait le soupçonner à présent. N’importe qui (avec un peu d’imagination) aurait pu se glisser dans le dortoir des Yachiru et y disperser une drogue hallucinogène. 

Il tira également autre chose de son manteau. Quelque chose de tout à fait anodin, qu’il avait ramassé à l’aéroport. Jamais il n’aurait vraiment pensé que c’aurait pu lui être utile. C’était un flacon contenant une espèce de parfum rafraichisseur d’air. À senteur de fleurs. Mais la véritable odeur était plutôt celle d’un bonbon à la cerise ou de caramel. Une odeur si écœurement sucrée qu’elle rappelait inévitablement le rose et la dentelle… Il en vaporisa généreusement et s’arrêta pour contempler son œuvre d’art. 

- Remarquable ! Souffla-t-il en souriant.

Il n’attendit pas davantage, sauta la fenêtre avec grâce et se retrouva dehors.

« Ne vous en faites pas, Noe-sama, je ne me ferai pas prendre. Vous, par contre… »

Et une nouvelle idée tordue germa dans sa tête. Il ricana et s’éloigna rapidement accompagné de son corbeau. La neige eu tôt fait de recouvrir ses empreintes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noe Kotasu
Chef du clan Mikari | Tonton Noe/ Puissante mouche chiante
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:16

- Et bien, mon petit chaton… Je n’aime pas trop jouer à la cachette, alors la prochaine fois tu viens directe, d’accord ?




Son pied venait de s’écraser contre l’autre éphèbe et celui-ci, toujours sur le sol, le regardait, ses yeux cramoisis écarquillés. Tous les deux s’observèrent durant de longues secondes, analysant chacun de leurs côtés, ce qui, forcément, était un de leurs alliés. Dans cette école, les clans signifiaient pour beaucoup faire partie d’une famille ou tout le monde à un point commun, soit les pouvoirs, et où l’on est accepté peu importe nos différences ~ Dans le clan Mikari, cependant, tout ça n’est que vulgaires mensonges car on ne fait confiance à personne. Un rassemblement de meurtriers qui nourrissent leurs ambitions du sang et des cris de douleur de leurs victimes… Peu de gens veulent familiariser avec de tels individus, même leurs camarades.


L’androgyne lui tendit la main, un sourire malsain peint sur ses jolies lèvres cerise. Le jeune homme était mignon, même plutôt beau, et Noemie aimait sa personnalité sombre dissimulée derrière ses jeux d’enfants. Le garçon se releva, avec son aide, et le blond put remarquer qu’il était bien plus grand que lui ~ Il sourit de plus bel, alors qu’il poursuivit, sur le même ton enjôleur :


- Je suis Noe, Noemie Kotasu, chef du clan Mikari. Bienvenue parmi nous. … ~ Ne perdons pas de temps ici & voyons ce que tu sais faire.


Il agrippa le poignet du Takami et entreprit une longue marche dans le lycée. Derrière lui, il pouvait entendre le jeune Mikari chantonner joyeusement, ne semblant pas se poser de question tant qu’aux agissements de ce qui était son chef, à présent. Le pas du blond était léger, et il lui tardait de voir qu’elle idée saugrenue de Kaarasu viendrait accompagner sa petite blague à Kirito, l’actuel chef des Yachiru.


Les deux éphèbes arrivèrent bien assez tôt devant la porte du dortoir du clan de l’eau. Le blond prit un moment pour la contemplé, se remémorant le combat qu’il avait perdu contre le Rivers ~ Ce n’était qu’une petite vengeance ‘’amicale’’ et ‘’amusante’’. Il sourit pour une énième fois et se retourna vers son nouveau compagnon, l’avertissant de la voix sensuelle qui lui allait si bien :


- Causons leur des problèmes, mais ne te fais pas prendre… Surtout ne te fais pas prendre, chaton, ou je te… punirai.


Il fixa l’espace d’une seconde l’autre garçon et disparu aussi vite qu’il était arrivé, après avoir toqué pour annoncer leur présence. Il ne savait pas si les membres de la famille étaient là, et si c’était le cas, ce ne serait qu’un problème supplémentaire à s’occuper pour le brun, il n’y avait qu’à voir comment il se débrouillerait.


Cependant, l’androgyne ne comptait pas rester là, à regarder Kaarasu s’amuser seul. Il saurait si la plaisanterie du Mikari était bonne s’il en entendait parler par la suite, et donc, parti le laissant vaquer à ses occupations.


Il était de nouveau dans les couloirs, discutant cette fois avec Etsu de la situation et de sa rencontre avec le nouveau venu. Quelques semaines auparavant, alors qu’il ne venait que d’arriver, il n’arrivait pas à parler avec le boa, et c’est lors du combat contre Kirito qu’il avait entendu un faible murmure, tel un râle, alors que le serpent s’adressait à lui. La voix sifflante de la dite bête résonna dans sa tête, alors qu’elle lui disait :


-Quel dangereux garçon… Méfie-toi, Noe, et cesse de t’amuser un peu…


L’invocation agissait toujours comme une figure maternelle pour le Kotasu, ce qui avait le don de faire rire le blond plus qu’il ne l’aurait fallu. Ce dernier n’avait jamais écouté un tant soit peu sa mère, il n’obéirait certainement pas à une bête, peu importe que ce soit lui qui l’a fasse apparaitre ou bien un autre.


-Tait toi, Etsu, ce n’est pas comme si il pouvait me poignarder dans le dos, si?


S’en suivit un long silence ou même les autre élèves autours d’eux semblèrent se turent. Depuis le combat qui l’avait opposé au Yachiru, il se demandait sans cesse comment il allait s’éteindre… Devait-il tenter de créer des liens plus forts avec les siens? Mais comment? Et s’ils se prêtaient au jeu mais n’y croyaient pas vraiment? ~ Car si cela devait finir par arriver, l’androgyne serait le dernier à avoir confiance en les membres de son équipe.


Il monta sur le toit ou il se laissa choir sur le sol sans sa grâce habituelle. Son expression avait si changer de par plus tôt que certains, si ça n’aurait été de l’accoutrement, ne l’aurait pas reconnu. Une haine vorace brulait au fond de son regard venimeux, alimenter de très vieilles rancunes qui vivait toujours au profond de son cœur que certain croyait glacé.


L’androgyne sorti un paquet de cigarettes, et en fuma d’innombrable. À l’origine, il comptait aller faire du grabuge chez un autre clan mais les avertissements d’Etsu, comme bien trop souvent, avaient eu raison de lui.


Il resta ainsi un moment, puis les jolis traits de son visage finirent par se détendre, alors qu’il s’endormit sur le toit, en proie au froid mordant qu’il faisait. C’est d’ailleurs pour cette raison que, quelques minutes plus tard, il se réveilla, totalement frigorifier. Les serpents meurent dans les températures extrêmes, et il ne fut pas surpris, donc, de ne pas retrouver Etsu à son réveil.


Il se releva et chassa les nombreux flocons qui étaient venus se poser sur sa tenue extravagante. Ses dents claquaient et il se maudissait se s’être assoupit. Les bras croisés sur son torse, pour se protéger du vent, il remarqua un élève qui sortait par la fenêtre de ce qui était censé être celle du dortoir des Yachiru.


D’un coup, il n’eut plus froid, puisqu’une rage intense vint faire battre son cœur beaucoup plus vite~ Le Takami se défilait-il? Habilement, il réussit à descendre la façade de l’école, non sans abimer ses mains si douces, comme celles de jeunes filles. Une fois rendu sur la terre ferme, l’androgyne se mit à chercher son nouveau compagnon.


Il ne le revit que bien plus tard et lui sauta dessus, les sourcils toujours froncés. Le blond était à califourchon sur son cadet et le regardait d’un air sévère. Il se calma étonnamment vite, comme à chaque fois qu’il se fâchait et sourit au jeune homme qui était toujours sous lui. Il expliqua, la voix mielleuse :


-N’essaie pas de te sauver, mon petit lapin ~ Il articula lentement la fin, comme pour se faire bien comprendre ~ Car je finirais toujours par te retrouver…


Ça avait été dit amicalement, mais c’était à prendre au sérieux. Il baissa son visage vers celui de l’autre jeune homme jusqu’à ce que leurs nez se touchent, puis lui vola un doux baiser. Il sourit de nouveau, et au creux de son oreille, susurra :


-C’est ta punition ~ Et je recommencerais autant de fois qu’il le faudra…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaarasu Takami
Sous-chef du clan Mikari | Ptit maudit
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:18

Kaarasu atterrit légèrement au sol après avoir sauté de la fenêtre du Yachiru. La neige absorba le son de ses pas et il ne s'inquiétait pas pour les empreintes, sachant pertinemment qu'elles allaient bientôt être entièrement ensevelies. Il se mit a s'éloigner du bâtiment d'un pas nonchalant lorsque quelque chose le fit tilter. Il avait la désagréable impression d'être observé. S'arrêtant l'espace d'un instant, il balaya les alentours d'un regard de prédateur, mais ne vit personne.

Le jeune homme haussa les épaules. Après tout, s'attirer des ennuis et s'en sortir de justesse était un jeu dans lequel il était passé maître depuis de nombreuses années. Il se remit donc à marcher d'un pas léger sans but précis. Il ne s'en serait jamais vanté, mais il était assez satisfait de sa petite mise en scène dans la chambre de Rivers. Dès qu'il passerait la porte, Kirito serait assailli d'illusions auditives des plus insupportables... Kaarasu aurait bien aimé pouvoir montrer les résultats a son chef (après tout, le blond avait été sa principale source d'inspiration pour ce coup, il en aurait été flatté), ou au moins, assister à la réaction de sa victime, mais demeurer sur les lieux du délit aurait été trop risqué. De même que de laisser son invocation en tant que témoin. Pour l'instant, il était encore étranger à la plupart des élèves mais bientôt, tout le monde saurait l'associer au corbeau. Et il serait démasqué. Mauvaise idée donc, de laisser Wisely assister au spectacle.

C'était bien le seul regret qu'il avait...

Grisé par le froid il décida de faire disparaître son invocation et de rentrer dans l'enceinte du lycée, avec en tête, une irrévocable envie de jouer du piano. Il n'était pas rare que de telles impulsions s'emparent de lui. Dans ces moments là, il ne se posait aucune question, se contentant de faire ce dont il avait envie, peu importe le contexte ou la situation dans laquelle il se trouvait.

Alors que le jeune brun était sur le point de demander a un élève passant par la ou il arriverait a dénicher un piano, il se retrouva (pour la deuxième fois aujourd'hui) plaqué au sol. Son rythme cardiaque accéléra d'un coup lorsque son regard croisa celui, dur & menaçant, de son chef qui était maintenant à califourchon sur lui. Avait-il été découvert ?! C'était sans doute la personne qui l'avait vu sortir par la fenêtre... Il savait bien qu'il avait été vu, son instinct ne l'avait jamais trompé. Qui avait vendu la mèche ?

Il fronça les sourcils, perplexe, lorsque Noe lui sourit et s'adressa a lui d'une voix toujours aussi doucereuse...

N'essaie pas de te sauver, mon petit lapin... Car je finirai toujours par te retrouver...


Alors finalement, personne ne l'avait dénoncé ? Un intense soulagement submergea Kaarasu. L'androgyne avait dû être celui l'ayant repéré à la sortie du dortoir et il en avait surement tiré de fausses conclusions. Il s'apprêta a lui fournir une explication mais fut stoppé par la soudaine proximité du visage de son supérieur. Il était si proche que leurs nez s'effleuraient. Le brun plongea son regard dans celui du blond, cherchant a sonder ses intentions, mais ses réflexions furent brutalement interrompues par le doux baiser que lui donna Noe. Il écarquilla légèrement les yeux sous la surprise, mais se reprit rapidement. Le Kotasu, arborant toujours le même sourire, se pencha pour lui murmurer à l'oreille;

- C'est ta punition. Et je recommencerai autant de fois qu'il le faudra...

Le brun lui offrit un mignon sourire des plus innocents, comme un enfant à qui on venait d'annoncer une journée au parc d'attraction. Il ne paraissait aucunement déstabilisé par le baiser.

Je dois avouer que je m'attendais a quelque chose d'un peu plus brutal, en guise de punition...Lui souffla-il avec amusement. Et puis d'ailleurs, je ne vois pas pour quelle raison vous me punissez. Vous ne vouliez pas que je me fasse prendre, mais vous ne vouliez pas que je m'en aille ? Allons, il faut vous décider, Kota-chin ~

Ce surnom lui était venu d'emblée. Naturellement. Le jeune corbeau avait toujours eu l'habitude de surnommer tous ceux qu'il rencontrait, peu importe sa relation avec ces personnes. Là, il n'avait pris que les deux premières syllabes de son nom de famille combiné a un suffixe affectueux, mais il se montrait parfois beaucoup plus créatif...

Il écarta gentiment le blond pour arriver à s'asseoir.

Je vous aime déjà beaucoup. Reprit-il, son adorable sourire étant de retour. Vraiment, vous êtes une personne très divertissante. Mais... je ne suis pas votre marionnette.

Kaarasu avait compris que son chef pouvait se montrer presque aussi manipulateur qu'il pouvait l'être. Et, en aucun cas il ne souhaitait devenir le pion de quelqu'un d'autre. Cependant, il avait également compris qu'il serait très difficile de faire de l'androgyne un de ses propres pions. Et s'il devait choisir, il préférait amplement être de son côté qu'avoir à engager une sourde guerre contre lui.

Il s'adossa au mur et passa une main dans ses cheveux, les ébouriffant encore davantage.

Et puis, Continua-t-il en haussant les épaules. Personnellement, je préfère les chatons aux lapins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noe Kotasu
Chef du clan Mikari | Tonton Noe/ Puissante mouche chiante
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:19

- N'essaie pas de te sauver, mon petit lapin... Car je finirai toujours par te retrouver...




Le blond était à califourchon sur l’autre Mikari, son souffle court créant de petits nuages de buées dans l’air froid de l’hiver. Il sourit à son compagnon, malgré la rage qui le tenaillait depuis qu’il l’avait vu sortir par la fenêtre. Ainsi dominant sur Kaarasu, il prenait finalement plaisirs à être Maitre du clan de la mort.


Il se pencha vers l’avant jusqu’à ce que sont joli visage de poupée soit très près de la belle bouille de son nouvel ami. Doucement, il posa ses lèvres sur l’autre éphèbe et lui offrit un tendre baiser. C’était la une des manie les plus fréquente de l’androgyne, embrasser toute personne qui croisait son chemin, que ça leurs fasse plaisirs ou pas ~ Kaarasu était très agréable à regarder, et rendait la chose encore plus amusante. La voix suave, il s’approcha de l’oreille du brun pour y susurrer :


- C'est ta punition. Et je recommencerai autant de fois qu'il le faudra...


Le garçon lui offrit un sourire adorable qui choqua le Kotasu, bien qu’il n’en montra rien, et il lui sourit à son tours. Tous les deux étaient très semblable, caché derrière leurs masques de gentillesse, il était évident qu’ils n’étaient pas si innocent et devenaient de véritable chasseur lorsque confronté à des situations bien sérieuse. Il aurait été intéressant de les voir se battre aux côtés de l’un et l’autre. Mais comme des prédateurs, ils avaient l’habitude de faire chacun de leurs bords. Le brun lui répondit, calmement :


- Je dois avouer que je m'attendais à quelque chose d'un peu plus brutal, en guise de punition... Et puis d'ailleurs, je ne vois pas pour quelle raison vous me punissez. Vous ne vouliez pas que je me fasse prendre, mais vous ne vouliez pas que je m'en aille ? Allons, il faut vous décider, Kota-chin ~


Kota-Chin? Voilà qui était bien mignon et qui fit plaisirs au ‘’Kota-Chin’’ en question. Mais bon, apparemment qu’il avait donc fait du grabuge et qu’il ne s’était pas sauvé de la ‘’corvée’’ ordonné par son maitre. Il poussa doucement le blond qui était toujours sur lui, et s’assit dans la neige, à ses côtés. Il poursuivit, sur le même ton enfantin :


- Je vous aime déjà beaucoup. Vraiment, vous êtes une personne très divertissante. Mais... je ne suis pas votre marionnette.


Il y eu un court silence ou tous les deux regardèrent dans les yeux de l’autre, s’évaluant. Kaarasu n’aurait pas le choix de finir par lui obéir, s’il voulait le bien du clan Mikari. Le brun se leva et s’appuya contre le mur, le blond toujours par terre, devant lui, en apparente soumissions. Cela ne déplaisait pas à l’ainé, qui en réalité, préférait avoir un maitre que le contraire. Il avait été choisi comme chef de clan, et avait caché son désarroi bien profondément dans son cœur. Ainsi placé, il lui semblait que le Takami ferait un meilleur patron que lui-même.


Le brun ‘’recoiffa’’ ses cheveux et ajouta, tout simplement :


- Et puis, personnellement, je préfère les chatons aux lapins.


L’androgyne laissa échappé un rire amusé, comme celui d’une petite fille et se releva à son tours, maintenant tout trempé par la faute de la neige qui tombait sans relâche. Il ferait comme suit, donc ~ Il demanderait conseil à Takami pour le clan, et lui obéirait au doigt et à l’œil. L’autre Mikari lui plaisait de plus en plus, et il détestait régner, il avait l’impression d’avoir beaucoup trop de responsabilité. Mais s’il n’était là que comme figure, joli représentant, ça lui allait beaucoup mieux.


Il s’approcha de nouveau, et, grelotant, se blotti dans les bras de son cadet. Il resta ainsi un moment, repensant à sa décision et décida qu’il en ferait part à l’autre éphèbe. Bien sûr, il y avait son sous-chef, mais le Kaminosuke était souvent absent et ne se préoccupait guère de la famille de la mort. Il releva la tête vers Kaarasu, et, une moue boudeuse imprimé sur le visage, se plaignit :


-J’ai froid, maintenant, à cause de toi, Kaa-Sama! Rentrons à l’intérieur, et discutons de choses plus sérieuses…


Il s’était ‘’venger’’ du surnom en lui en donnant aussi, plutôt flatteur. Il agrippa la main du brun et la tira vers le lycée, l’amenant dans leurs dortoirs, ou une salle leurs étaient attribuée comme salon.


Une fois rendu dans leur petit appartement, le blond se changea, et enfila de nouveau une tenue de femme. Cette fois un Kimono serré qu’il avait porté lors de son combat contre l’actuel chef des Yachiru. Le vêtement était rose et décoré de fleurs de la même couleur, dans d’autre teinte. Il dénoua ses cheveux et refit son visage avant de revenir s’installer avec le brun dans le boudoir. Une fois assis à ses côtés, encore à une proximité gênante, sois, la tête sur son épaule, il murmura :


-Je dois te demander quelque chose, Kaarasu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaarasu Takami
Sous-chef du clan Mikari | Ptit maudit
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:20

- Et puis, Ajouta-t-il avec un haussement d’épaules. Personnellement, je préfère les chatons aux lapins. 

Le chef des Mikari eu un petit rire alors qu’il se relevait également. Kaarasu sourit en voyant sa jolie robe rose toute détrempée par la neige. Décidément, Noemie Kotasu n’avait rien du chef du clan de la mort. Enfin, c’était peut-être une stratégie visant à se faire sous-estimer par ses adversaires… Peut importe, les gens bizarres avaient toujours été ses favoris.

Par contre, il fut plutôt surpris lorsque l’androgyne vint se lover contre lui, tremblant de froid. Quel était ce soudain changement d’attitude ? Il s’était lassé d’avoir le dessus ? N’étant lui-même pas très dominant de nature, il se contenta de se laisser faire, regardant son aîné d’un œil amusé. Cela faisait à peine une journée qu’il était arrivé dans ce pensionnat & il s’amusait déjà beaucoup. Visiblement, venir ici avait été une idée géniale. 

Le blond leva finalement les yeux vers lui et lui dit d’un ton boudeur ;

- J’ai froid, maintenant, à cause de toi, Kaa-sama ! Rentrons à l’intérieur, et discutons de choses plus sérieuses… 

Kaa… sama ? Il n’y avait pas à dire, le blond avait totalement changé de position face à lui. À peine une heure plus tôt, il lui mettait des coups de pieds & le menaçait, et maintenant le voilà qui s’adressait à lui avec un respect aussi nouveau qu’apparent. Le brun se dit qu’il essayait peut-être de le tester, afin de voir s’il avait vraiment une soif de pouvoir, mais il n’eut aucune notable réaction. Il se contenta d’acquiescer et de suivre son chef jusqu’à leur dortoir, dans une petite salle qui devait leur servir de salon. Le plus jeune s’installa dans un canapé alors que l’aîné prit quelques temps pour aller se refaire une beauté. 

Kaarasu prit quelques instants pour observer le dortoir qui allait tout de même devenir le sien. C’était un endroit plutôt élégant ; noble & épuré. Il ne manquait qu’un service à thé & quelques gâteaux pour compléter le tableau. Oh, et peut-être quelques roses de la couleur du sang, ça & là…

Alors qu’il était en train de mentalement redécorer le salon, son chef revint, vêtu d’un kimono rose fleuri. Ses cheveux étaient dénoués et le brun se rendit compte qu’ils étaient considérablement plus longs qu’il se l’imaginait. Il accueillit joyeusement l’androgyne avec un sourire alors que celui-ci venait s’asseoir à ses côtés. Posant sa tête sur l’épaule de son cadet, il lui murmura ;

-Je dois te demander quelque chose, Kaarasu…

Hm ? Il venait de piquer la curiosité du jeune homme qui releva la tête et posa sur lui un regard interrogateur. Il tenta de voir quel genre de regard arborait son aîné, mais les apparences étaient souvent trompeuses et les expressions de l’androgyne devaient l’être tout autant. Alors il se contenta de répondre d’un ton léger ;

- Oui, Kota-chin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noe Kotasu
Chef du clan Mikari | Tonton Noe/ Puissante mouche chiante
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:21

Le blond était toujours sur le sol, alors que son camarade avait le dos appuyé sur le mur du lycée, lui souriant amicalement. Ainsi, en infériorité, l’androgyne se sentait bien, et il se releva à son tour, à regret. Il s’approcha lentement et se colla contre le brun, enfouissant son visage dans son cou, alors qu’il était glacer.

Maintenant que le Kotasu avait une idée, il serait difficile de la lui sortir de la tête. Il ne dirigerait pas les Mikari et laisserais son cadet le faire à sa place, il détestait ça, de toute façon. Il releva la tête vers le Takami, et, boudeur, se plaignit :

- J’ai froid, maintenant, à cause de toi, Kaa-sama ! Rentrons à l’intérieur, et discutons de choses plus sérieuses…

Il rit intérieurement et agrippa la main de son nouvel ami. Ils marchèrent longtemps pour se rendre jusqu’à leurs dortoirs, et beaucoup de tête se retournèrent vers eux ~ Le duo était bizarre ~ Le maitre ‘’Barbie’’ des Mikari et l’autre garçon à l’air sombre, qui, pour une raison obscure, a toujours un sourire imbécile imprimé sur le visage.

Un bon moment plus tard, ils arrivèrent devant la porte de leurs maison : Tout semblaient mort autours des appartements Mikari, l’entré était sombre, et même la luminosité semblait différente. Dans l’air flottait une odeur de putréfaction qui éloignait les autres élèves courageux qui s’aventuraient jusque-là. Noe avait déjà chopé d’autre étudiants qui s’approchait de son clan, leurs faisant vivre une longue heure de torture.

En réalité, en entrant dans le dortoir, tout changeaient. C’était un environnement très noble, tout blanc et jolie. Le Kotasu appréciait les belles choses et avait été soulagé de voir que le sa maison était propre, contrairement à ce que laissait croire l’extérieur. Kaarasu s’installa dans un fauteuil alors que lui était parti se changer, ses vêtements actuels étant trempés.

Il revint un quart d’heure plus tard, totalement changé, quoi que toujours aussi princesse. Noe semblait être né pour vivre dans l’environnement royal dans lequel ils se trouvaient. Il y avait beaucoup d’autre fauteuils de vide, pourtant le blond alla s’installer aux cotés de l’autre Mikari, callant sa tête sur son épaule solide. À voix basse, quoi que toujours aussi mielleuse, il murmura à l’autre éphèbe :

-Je dois te demander quelque chose, Kaarasu…

Le brun se redressa pour observer le visage de son maitre, bien que le blond regardait dans le vide, sans émotion particulière. Il passa un petit moment avant que Kaarasu répondit, d’une voix mignonne :

- Oui, Kota-Chin ?

Noe ne dit rien, laissant sa tête appuyé contre le garçon. Il posa sa main sur la sienne et entrelaça leurs doigts. Il avait l’impression d’être une jeune gamine amoureuse, incapable d’avouer ses sentiments à l’homme qu’elle a toujours aimé ~ Il se fit pensé à une fille de Shoujo et dut se mordre l’intérieur de la joue pour ne pas rire.

Au bout d’un moment, il releva la tête, plantant son regard dans celui, cramoisi, de son compagnon. Il posa ses lèvres contre la joue de celui qui appelait amicalement ‘’Kaa-Sama’’ et, toujours les yeux dans les yeux, impératif :

-Dirige les Mikari à ma place, Kaa-Sama.

Ça avait été clair, et le blond se releva après lui avoir dit. Il était dos à l’autre assassin, et il avait croisé les bras. Il se retourna et le confronta de nouveau, poursuivant, sans lui laisser le temps de répliquer :

-Ce n’est pas pour moi… Alors utilise moi comme bon te semble…


Comme il avait été nommé, il serait plus facile de rester chef en laissant Kaarasu prendre les décisions que de se battre pour léguer sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaarasu Takami
Sous-chef du clan Mikari | Ptit maudit
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:22

- Oui, Kota-chin ? S’enquit le brun avec un regard empreint de réelle curiosité pour son aîné.

Dans un premier temps, le blond demeura silencieux, la tête toujours posé sur l’épaule de Kaarasu. Il semblait pensif. Le plus jeune attendit patiemment, alors qu’il sentit une main s’emparer de la sienne pour y entrelacer leurs doigts. Et bien… Noe était vraiment un chef très affectueux… Le Takami avait un peu de mal a « apprécier » les contacts physiques de ce genre. Ayant toujours été un garçon très solitaire, il n’avait pas l’habitude qu’on le touche. Tout le monde l’évitait de coutume & ses propres parents avaient peur de lui, alors, disons que les câlins, embrassades & tous autres démonstration d’affection lui faisait toujours un effet un peu drôle… Néanmoins, il essayait toujours de prendre ça à la légère, comme un jeu. 

L’androgyne eu tôt fait de le tirer de ses réflexions en plongeant son regard perçant dans le sien. Les duels de regards allaient bientôt devenir une habitude, chez ces deux là… Le chef des Mikari posa un baiser sur la joue du corbeau et lui souffla ;

- Dirige les Mikari à ma place, Kaa-sama.

Quoi ?! Kaarasu fronça les sourcils en cherchant la quelconque plaisanterie qui devait se dissimuler derrière ces paroles. Était-ce du sarcasme ? Ou encore un test visant à tester sa loyauté ? Il s’apprêta à interroger son supérieur du regard mais celui-ci venait de se lever & se trouvait désormais dos à lui. Il reprit ;

- Ce n’est pas pour moi… Alors utilise moi comme bon te semble…

Il semblait vraiment sérieux. Kaarasu avait pourtant, un peu de mal à le croire. Il arrivait dans ce lycée et le jour même, son chef (qui était d’ailleurs, celui du clan le plus nombreux de l’établissement) était prêt à lui laisser tous les pouvoirs ? Alors qu’ils venaient à peine de se rencontrer ? C’était d’une absurdité sans nom. Certes, il avait déjà prévu de trouver un moyen de manipuler son chef pour en faire l’un de ses pions sur l’échiquier mais là, c’était trop facile. Noe avait-il seulement conscience du guêpier dans lequel il se plaçait, de son plein gré ? Maintenant, il allait pouvoir endosser toutes les conséquences des actes tordus que poserait le brun. Il subirait les inconvénients sans vraiment profiter des avantages. Tout le lycée identifierait toujours Noemie Kotasu comme le chef des Mikari, donc même s’il était celui qui tirait les ficelles, Kaarasu ne risquait absolument rien ! 

Il ne put s’empêcher d’en rire. Rire qu’il essaya tant bien que mal de contrôler, quand même, il ne voulait pas que Noe décide de se raviser. Il se leva et s’approcha de l’androgyne. Il s’inclina devant lui en une petite courbette théâtrale et lui dit ;

- Ce sera avec grand plaisir, Kota-chin.

Le visage du clan de la mort serait toujours le même, mais désormais, il s’était lui-même réduit au rang de pantin articulé. Il souhaitait vraiment que son existence se résume à celle des jolies poupées qu’on aligne sur les tablettes pour attirer les regards ? M’enfin. Tout n’était pas gagné d’avance. Il lui faudrait aussi se mettre les 3 autres Mikari dans la poche, mais bon, ça faisait parti du plaisir. Un jeu trop facile n’est jamais bien amusant. 

Il s’approcha d’une fenêtre et fixa la neige qui tombait toujours lentement sur Seikoku. Comme si on cherchait à ensevelir le lycée pour le faire sombrer dans l’oubli. Oui, il faudrait tout de même qu’il garde un œil sur l’androgyne. Peut-être cette petite mise en scène n’était-elle qu’une mascarade visant à semer la pagaille au sein de son propre clan… Ou alors une stratégie plus sécuritaire pour pouvoir ensuite mieux le poignarder dans le dos… Bref, n’étant jamais trop prudent, le brun se jura qu’il garderait les agissements de son aîné à l’œil. 

Il se retourna et, voyant que le regard du blond était toujours fixé sur lui, il ajouta avec le sourire ;

- J’espère que les autres Mikari seront aussi gentils que vous !

Bon, il allait continuer à le vouvoyer, mais c’était juste pour la forme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noe Kotasu
Chef du clan Mikari | Tonton Noe/ Puissante mouche chiante
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:23

- Dirige les Mikari à ma place, Kaa-sama.

Il se releva, sans voir l’expression effaré qui s’était posé sur le visage de son cadet. Il y avait pensé ~ Diriger était pour lui une vrai torture et l’androgyne avait l’impression d’être coincer dans une prison de verre, obliger de réaliser des actions pour d’autres personnes. Il pensait donner son rôle depuis un bon nombre de semaines, mais ne voulait pas se passer du bel étal ou on l’avait posé, tel un joli bibelot. Il poursuivit, rapidement, pour que Kaarasu ne réplique pas :

- Ce n’est pas pour moi… Alors utilise moi comme bon te semble…

Il y eu un long moment de silence ou le brun semblait essayer de comprendre ce qui se passait, ce que le blond était en train de lui offrir. Ce n’était pas donné sur un coup de tête, le Kotasu lui avait y pensé, sans arrêt, encore et encore. Si le Takumi faisait une gourde, il était conscient qu’il subirait les conséquences.
Mais Noe était un Mikari, lui aussi, et les cinq ensembles, allaient faire des bêtises. Il avait songé à tous les mauvais côtés, et pourtant, l’idée lui semblait encore délicieuse. Son cadet pouvait bien penser qu’il était supérieur à l’androgyne, mais ce dernier savait qu’il n’en était rien. Il tenait les fils, mais était lui-même une marionnette car si le Kotasu décidait de changer d’avis, et de faire à sa tête, s’en était fini de lui.
Il éclata de rire, un rire de dément, et devint encore plus attirant aux yeux du chef Mikari. Il semblait vouloir se retenir, alors que Noe lui, aurait pu l’écouter pendant des heures et des heures. Il se mit à genoux, s’inclinant devant lui, et lui révéla, comme le fidèle chevalier qu’il allait devenir :

- Ce sera avec grand plaisir, Kota-Chin.

Il resta ainsi un moment, le blond le regardant de haut. Il lui sourit et se releva, se dirigeant vers la fenêtre ou il lui fit dos pendant un moment. Sa transformation commençait, et ainsi exposer devant tous, étant chef, ils pourraient tous admirer son talent. Kaarasu n’était pas si loin de la réponse, et Noe, avec son esprit tordu, souhaitait bel et bien devenir une poupée ~ Oh mais vraiment! Un corps blanc comme de la porcelaine, peut être sculpté dans des os, pour leurs solidités, et une beauté qui ne serait pas éphémère. Il deviendrait immortel. Noe avait besoin d’un maitre, de quelqu’un pour prendre soin de lui, pour jouer avec lui ~ Et ‘’Kaa-Sama’’ était celui qu’il avait choisi… Pour le moment. Ce dernier se retourna, et poursuivit :

- J’espère que les autres Mikari seront aussi gentils que vous !

Le blond s’approcha et posa doucement sa main sur la joue de celui qu’il respecterait plus que n’importe qui d’autre. Il le pinça, le visage stoïque, comme un joueur de cartes. Il fallait mettre certaines choses au claires, et vite. Il plaça son autre main de l’autre côté de son visage et l’embrassa de nouveau, chose qui allait devenir très fréquent. Le Kotasu regarda à son tour à l’extérieur, soulager d’un poids énorme. Calmement, la voix douce, il répondit, faisant fi de sa dernière réplique :

-Ne me vouvoyez pas, Kaa-Sama. Nous avons changé nos places… Non?

Il soupira, et se retourna vers son nouveau maitre, planquant son regard venimeux dans le sien, sanglant. Il appartenait, en quelque sorte, au brun, à présent, et l’image lui plaisait beaucoup ~ Ils partageaient un secret, tous les deux, maintenant, et cela les rendait plus proche, d’une certaine façon. Aucun coup bas ne serait permis, la vengeance de l’autre étant immédiate et douloureuse. Il continua, sur le même ton :

-N’agissez pas en enfant devant moi, Takami-Sempai. Je sais que vous ne pensez pas comme tel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaarasu Takami
Sous-chef du clan Mikari | Ptit maudit
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:26

Il se retourna et, avec le sourire, lança innocemment ;

- J’espère que les autres Mikari seront aussi gentils que vous !

Il eu un petit rire alors que Noe s’approchait de lui, posant une main sur sa joue et encrant son regard énigmatique dans le sien. Il pinça le brun qui retint une légère grimace. Qu’est-ce qu’il y avait encore ? Mais le blond n’ajouta rien. Son expression était étonnement neutre, presque vide, lorsqu’il mit son autre main sur sa joue et rapprocha son visage pour l’embrasser une seconde fois. Le plus jeune ne fut même plus surpris. Ce baiser était celui de deux être redoutables. Redoutables & égoïstes. Deux êtres qui, même s’ils se complétaient à la perfection, savaient pertinemment qu’ils seraient prêts à tout pour exterminer l’autre, quand le moment serait venu. Car leur soif de pouvoir avait largement pris le dessus sur leur humanité. En surface, ils avaient l’air de se respecter, voir même de s’aimer, mais très profondément, ils éprouvaient sans doute une haine amère l’un envers l’autre. Comme envers tous ceux qui auraient pu tenter de voler leur âme déjà rongée par l’obscurité. Étant tous deux des joueurs invétérés, ils comptaient bien s’utiliser chacun de leur côté, convaincu qu’ils avaient le dessus sur l’autre. La partie s’annonçait des plus distrayantes…

Ils se séparèrent finalement et, comme un seul homme, ils reportèrent leur regard vers l’extérieur. 

- Ne me vouvoyez pas, Kaa-sama. Souffla doucement l’androgyne. Nous avons échangé nos places… Non ?

Pas exactement… Dans l’esprit de Kaarasu du moins, il ne faisait aucun doute que Noemie Kotasu resterait à jamais le chef des Mikari. Le fait de laisser les décisions à un autre ne lui enlevait en aucun cas le titre de chef. Il ne comptait pas non plus, prendre tout en main et traiter le blond comme un vulgaire subordonné. Et puis, si un jour il avait envie de reprendre le pouvoir, le brun pourrait difficilement l’en empêcher.

- N’agissez pas en enfant avec moi, Takami-sempai. Reprit-il. Je sais que vous ne pensez pas comme tel.

Le brun le regarda un peu étonné, puis il haussa les épaules, avec un sourire condescendant.

- Allons, pourquoi tant de formalité aussi soudainement ? Le questionna-t-il, amusé. Remarques, pour le tutoiement, ça me soulage. Je n’ai jamais vraiment aimé vouvoyez les gens. Je ne le fais que pour qu’on ne me remarque pas trop…

Le brun marqua une pause et saisi une des mèches dorées de son chef pour en humer l’odeur… Une odeur sucrée, comme il le supposait. Il sourit (un peu plus pour lui-même que pour Noe) et retourna s’asseoir dans l’un des fauteuils meublant le salon, avant de poursuivre ;

- Je n’y peux rien si tu n’aimes pas mes manières, Kota-chin. Et sache qu’à l’inverse de ce que tu viens de dire, je n’agis pas en enfant, je pense littéralement comme tel. Laisse-moi t’expliquer ; Pour moi, la notion d’ « êtres chers » n’a jamais existé. Je me représente chaque personne qui croise mon chemin comme un jouet en peluche ou une poupée, que je pourrai facilement casser lorsque je serai fatigué de jouer avec. 

Il eut un sourire cruel et s’empara du fou sur le jeu d’échecs posé près du fauteuil, sur une petite table. Il le lança et le rattrapa dans sa main à quelques reprises. 

- Ce lycée, c’est comme un échiquier, tu vois ? Il faut réfléchir à la meilleure stratégie si on veut s’emparer du pouvoir. Il faut considérer chaque clan, non… chaque individu comme un pion et tenter de trouver comment il serait possible de l’utiliser a son avantage. Ceux qui ne gardent pas cette idée en tête se feront ridiculement manipuler. Mais ça… je crois que tu l’avais déjà compris, n’est-ce pas ?

Il sourit malicieusement à l’androgyne & lui fit un clin d’œil avant de saisir tous les pions noirs du jeu et de les disposer à sa manière sur l’échiquier.

- Voyons un peu dans quelle situation cela nous place. Reprit-il. Pour le moment, tu as le rôle du roi et, disons que je suis le fou. Dans un jeu d’échecs, le but premier est d’abord d’arriver à faire tomber le roi, tu me suis ? En acceptant d’endosser le rôle de visage des Mikari, tu devais savoir que tu serais la première cible de tous les ennemis. Mais ne t’en fais pas, je ne laisserais pour rien au monde, mon roi s’écrouler. Car cela équivaut à un échec & mat, et j’ai horreur de perdre... C'est pourquoi nous allons devoir tout faire pour avoir le dessus sur les autres. 

Les dernières phrases avaient été dites sur un ton beaucoup plus sombre qui ne ressemblait pas vraiment au Kaarasu habituel. Il demeura silencieux durant plusieurs secondes, le regard absent, puis se reprit brutalement. Comme si, soudainement, il venait de retomber dans la réalité. 

- Et je sais exactement par quoi nous allons commencer ! Ajouta-t-il avec l’enthousiaste d’un gamin dans un magasin de bonbons. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noe Kotasu
Chef du clan Mikari | Tonton Noe/ Puissante mouche chiante
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:31

- Ne me vouvoyez pas, Kaa-Sama. Nous avons échangé nos places… Non ?


Tous deux regardaient par la fenêtre, l’extérieur couvert de neige ou de jeunes élèves s’épuisaient, un sourire constamment peint sur leurs visages stupides. De misérables petits insectes, lui souffla Etsu, qui commencer à accepter le choix de son maitre. Le blond avait hâte que les formalités cessent et qu’enfin ils parlent affaires ~ La réunions des chefs avait lieu sous peu et il serait bien qu’il sache le point de vue de son cadet et maintenant supérieur, bien que ce soit leurs petit secret. Il poursuivit, la voix toujours aussi douce que du velours :


- N’agissez pas en enfant avec moi, Takami-Sempai. Je sais que vous ne pensez pas comme tel.


Le Takami sembla surprit, l’espace de quelques secondes, puis son visage changea du tout au tout, se déformant dans un masque magnifique, terriblement haineux. L’autre Mikari regardait le Kotasu de haut, un sourire hautain imprimé sur son visage pâle. Soudain, il se fit entendre, disant enfin ce qu’il pensait pour vrai :


- Allons, pourquoi tant de formalité aussi soudainement ? Remarques, pour le tutoiement, ça me soulage. Je n’ai jamais vraiment aimé vouvoyez les gens. Je ne le fais que pour qu’on ne me remarque pas trop…


En effet, Kaarasu, si l’on faisait abstraction de ses yeux, semblait être un adolescent normal, qui s’amusait tout le temps, du genre à avoir beaucoup d’amis ~ Et non pas un tueur de sang-froid, et c’était pourtant ce dernier coté qui charmait l’homme poupée.
Le brun saisit l’une des longues mèches couleurs de blé de son maitre, la sentant avec délectation, faisant rougir son ainé qui ne pouvait se passer de ce genre d’attention ~ La tendresse et la douceur avec laquelle on traite un objet d’une grande valeur, la façon dont on le regarde, incertain, de peur qu’un regard trop intense puisse faire briser sa peau de porcelaine. Il sourit et laissa retomber les cheveux, qui se replacèrent instantanément à leur place.


Il se laissa choir dans l’un des fauteuils si noble qui décorait leurs salon si différent de ce que laissait penser l’extérieur, et poursuivit, comme s’il révélait un secret à son nouvel ami, sa manière de pensé cacher et magnifique, charmant son ainé :


- Je n’y peux rien si tu n’aimes pas mes manières, Kota-chin. Et sache qu’à l’inverse de ce que tu viens de dire, je n’agis pas en enfant, je pense littéralement comme tel. Laisse-moi t’expliquer ; Pour moi, la notion d’ « êtres chers » n’a jamais existé. Je me représente chaque personne qui croise mon chemin comme un jouet en peluche ou une poupée, que je pourrai facilement casser lorsque je serai fatigué de jouer avec.


Le blond sourit à son tour, caché dans son dos. C’était jolie, bien sûr, et il était lui-même un de ses jouets à présent. Cependant, l’âme qui brûlait au fond de son être était bien présente, et il avait une volonté de fer, à la toute fin, soit ils régneraient ensemble, ou bien se serait lui seul, et il n’en doutait pas un instant. Mais mieux valait lui faire croire ce qu’il voulait voir, et être aussi fragile que la poupée dont il faisait référence. Il agrippa le fou, sur le jeu d’échec disposé devant lui, et le lança dans les airs, le rattrapant aisément, poursuivant, sans que le blond n’ait rien dit encore :


- Ce lycée, c’est comme un échiquier, tu vois ? Il faut réfléchir à la meilleure stratégie si on veut s’emparer du pouvoir. Il faut considérer chaque clan, non… chaque individu comme un pion et tenter de trouver comment il serait possible de l’utiliser à son avantage. Ceux qui ne gardent pas cette idée en tête se feront ridiculement manipuler. Mais ça… je crois que tu l’avais déjà compris, n’est-ce pas ?


Il offrit un sourire à son camarade, et lui fit un clin d’œil, le refaisant rougir comme une gamine. Il prit un moment pour changer l’endroit originel des pièces, comme si tous les élèves du lycée étaient disposés devant lui, et qu’il faisait une partie contre un joueur invisible. Le blond s’était approché, regardant par-dessus son épaule, sa façon étrange de jouer au échec ~ Noe était mauvais jouer et finissait toujours par perdre, mais si Takami possédait sa pièce, il risquait de rester sur le damier bien plus longtemps. Le brun devint soudainement bien taciturne et poursuivit, sur un ton glauque :


- Voyons un peu dans quelle situation cela nous place. Reprit-il. Pour le moment, tu as le rôle du roi et, disons que je suis le fou. Dans un jeu d’échecs, le but premier est d’abord d’arriver à faire tomber le roi, tu me suis ? En acceptant d’endosser le rôle de visage des Mikari, tu devais savoir que tu serais la première cible de tous les ennemis. Mais ne t’en fais pas, je ne laisserais pour rien au monde, mon roi s’écrouler. Car cela équivaut à un échec & mat, et j’ai horreur de perdre... C'est pourquoi nous allons devoir tout faire pour avoir le dessus sur les autres.


Il resta un moment sans bouger, fixant le jeu qui se trouvait devant lui, comme s’il analysait chaque pièce, chaque mouvement. Le blond se dit qu’il aimerait bien savoir contre qui ils joueraient, à la toute fin ~ Quitte à se débarrassé des pièces inutiles, comme il l’eut dit, du moment que le roi était toujours debout, la partie n’était pas perdu… Et contrairement à l’échec, les pions avaient des forces différentes ici, et le fou veillerait sur lui. Il revêtit son masque enfantin et ajouta, joyeux :


- Et je sais exactement par quoi nous allons commencer !


Le blond ne dit rien et, finalement, sorti de l’ombre pour venir exposer son joli visage au maitre du jeu. Il posa sa tête sur ses cuisses, repliant son bras sur lui-même, protégeant son cœur et ses idées sombres, son regard empli de haine loin de celui inquisiteur de son propriétaire. Il resta ainsi, immobile, de longues minutes, puis répondit à son tours, d’une toute petite voix :


-Et qu’allons-nous faire… Kaa-Sama?


L’androgyne s’en remettait totalement à lui, le laisser avancer à sa guise, défricher le sol pour lui, pour qu’il puisse avancer sans se blesser par la suite. Rien ne disait qu’à la fin il aurait encore besoin du brun, mais s’il pouvait le garder à ses côtés, il le ferait aussi longtemps qu’il le pourrait, jusqu’à ce que ce dernier devienne une menace.
Il sourit tendrement et fermi les yeux, demandant de cette même voix docile :


-La réunion avance à grands pas… Que devrais-je y faire? Que devrais-je y dire… Kaa-Sama ~ Éclairez moi sur le sujet….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaarasu Takami
Sous-chef du clan Mikari | Ptit maudit
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:32

Kaarasu avait le regard dans le vague, après avoir déclaré sa haine de la défaite. Ce genre d'absence le prenaient quelques fois, un peu comme s'il venait d'être transporté dans un quelconque "flash back". Par contre, la réalité le regagnait toujours aussi brutalement qu'elle l'avait quitté. Il cligna des yeux a quelques reprises, comme pour s'assurer qu'il nétait plus dans son rêve, puis sourit avec enthousiasme. 

- Et je sais exactement par quoi nous allons commencer ! Lança-t-il en se tournant vers Noe. 

L'androgyne ne répondit pas tout de suite. Il devait sans doute peser le pour & le contre de tout ce que son cadet venait de lui dire. Il posa sa tête sur ses cuisses et repliant son bras contre son corps, il demeura silencieux pour un bout de temps. Le brun lui lança un bref regard, mais pièce par pièce, son plan était en train de se construire dans son esprit, donc il n'accordait pas énormément d'attention a son supérieur. Son imagination macabre était comparable a une horde de machineries détraquées. Il s'imaginait une longue suite de scénarios, et analysait toutes les répercussions que chaque petite erreur aurait pu avoir. 

- Et qu'allons-nous faire... Kaa-sama ? Demanda subitement le blond. 

Il avait parlé si doucement & d'une voix si basse que son cadet se demanda s'il avait réellement entendu, ou s'il s'agissait seulement d'une autre illusion faisant irruption dans sa tête, par moments. Il baissa les yeux et vit que le blond avait fermé les siens. 

- La réunion avance a grands pas... Que devrais-je y faire ? Que devrais-je y dire... Kaa-sama, éclairez-moi sur le sujet...

Le brun eu un sourire satisfait, comme un professeur constatant la volonté d'apprendre de ses élèves. 

- Tu sais, Kota-chin, il n'y a personne en ce monde qui est capable de vivre toute sa vie en étant complètement incorrompu. Je veux dire, nous avons tous nos démons personnels... Toi aussi, tu dois bien avoir un ou deux secrets, hmm ? De ces secrets que personne ne doit connaître. Jamais. 

Il marqua une pause, puis secoua la tête avant de poursuivre avec un sourire en coin sordide ;

- Moi, j'aime jouer avec les démons. Les miens autant que ceux des autres. 

Le brun avait toujours clamé qu'il adorait les humains. Ce que la plupart des gens trouvaient plutôt étrange, surtout de la bouche d'un tel garçon. Il prétendait qu'il aimait beaucoup voir les humains réagirent lorsqu'ils étaient confrontés à des situations comme la panique ou le désespoir. Que cela l'amusait beaucoup. C'est en partie pourquoi ses parents avaient longtemps veillés a ce qu'il n'ait aucun contact avec ses deux petits frères, de crainte qu'il les corrompe... ou pire, qui sait ? Voila pourquoi l'idée de voir les élèves de Seikoku laissés face a leurs démons si profondément enfouis lui paraissait si séduisante. 

- Que dirais-tu de découvrir les secrets les plus horribles des élèves de ce pensionnat ? S'enquit-il avec excitation. Ce serait, pour nous, une arme ridiculement puissante, qui pourrait causer bon nombre de dommages sans verser la moindre goutte de sang... 

Les secrets avaient toujours été pour lui une sorte d'obsession. Étant un as du chantage, il était toujours en quête des vérités les plus laides, les plus honteuses. Le simple fait de voir les visages déformés par la haine & l'impuissance des gens en découvrant que leur plus comprommettant secret pouvait être, à tout moment, révéler au grand jour le faisait frissoner. Il adorait ça. 

- Naturellement ce n'est pas le genre de chose qu'il est très facile d'obtenir. Je me réserve donc cette partie, car j'en ai l'habitude. 

Et surtout parce que c'était sa partie préférée du jeu. 

- Pour l'instant, je voudrais simplement que tu me rendes un petit service... Lui souffla-t-il en prenant sa main dans la sienne. 

Visiblement, le blond avait de la difficulté a résister à ce genre d'attentions. Et s'il devait jouer la carte de la séduction pour monter dans son estime, alors pourquoi pas ? Plongeant son regard joueur & envoûtant dans celui de l'androgyne, il lui sourit et poursuivant sur sa lancée, lui expliqua doucement ce qu'il attendait de lui ;

- Je voudrais simplement que tu mémorise le plus d'information possible sur chacun des clans & chacune des personnes. Même si ça te semble anodin ou inutile, ce n'est jamais complètement sans intérêt. Chaque détail. Chaque paroles pourrait se révéler compromettante... C'est tout. Sinon, parle de ce que tu juges utile, mais essaie d'en dévoiler le moins possible sur les Mikari. D'accord ?

Il déposa un léger baiser sur la main de Noe et lui sourit innocemment. 

- Oh, et crois-tu que tu pourrais arrêter de me vouvoyer ? Ajouta-t-il avec un clin d'oeil complice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noe Kotasu
Chef du clan Mikari | Tonton Noe/ Puissante mouche chiante
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:34

- Et qu'allons-nous faire... Kaa-Sama ?


La tête du blond était confortablement installée sur les genoux de son cadet. Il était beaucoup plus doux et délicat avec ce dernier à présent, mettant tous les facteurs pour que celui-ci se sente puissant. L’androgyne avait les yeux clos, et attendit un moment avant de reprendre, sur le même ton :


- La réunion avance à grands pas... Que devrais-je y faire ? Que devrais-je y dire... Kaa-Sama, éclairez-moi sur le sujet...


Il ne vit pas le sourire satisfait de son compagnon, ce sourire rempli de joie, un plaisirs sal, empreint de mauvaises intentions. Les deux ainsi positionné propageaient le mal partout, comme une vilaine maladie incurable, une aura sombre semblant flotter autours de leurs deux corps. Il ouvrit les yeux lorsque le brun répondit, apparemment flatté :


- Tu sais, Kota-chin, il n'y a personne en ce monde qui est capable de vivre toute sa vie en étant complètement incorrompu. Je veux dire, nous avons tous nos démons personnels... Toi aussi, tu dois bien avoir un ou deux secrets, hmm ? De ces secrets que personne ne doit connaître. Jamais.


Le brun parlait avec une passion infinie, comme si la nature humaine était la chose la plus belle sur terre ~ Contrairement à lui, les faibles créatures nommés ‘’humain’’ dégoutait le Kotasu, qui ne croyait qu’en la beauté éphémère. C’était donc pourquoi il voulait se défaire de son corps qui lui semblait n’être qu’un fardeau, pour le remplacer par quelque chose de beaucoup plus jolie. Il le laissa poursuivre, cependant, sans lui faire part de ses idéaux :


- Que dirais-tu de découvrir les secrets les plus horribles des élèves de ce pensionnat ? S'enquit-il avec excitation. Ce serait, pour nous, une arme ridiculement puissante, qui pourrait causer bon nombre de dommages sans verser la moindre goutte de sang...


Même avec des buts différents, leurs désirs restait sensiblement le même, et c’était une assez bonne raison de s’allier. Tant qu’ils utiliseraient les pires cauchemars de leurs camarades de classes, ils pourraient les faucher rapidement, sans trop se faire remarquer. Car c’était le danger : Si les autres clans remarquaient que les Mikari faisaient beaucoup de grabuge, ils s’uniraient contre eux, les exterminant une bonne fois pour toute. Un damier d’échec, ou une arène, comme le blond le pensait, décrivait bien le lycée Seikoku. Le Mikari continua :


- Naturellement ce n'est pas le genre de chose qu'il est très facile d'obtenir. Je me réserve donc cette partie, car j'en ai l'habitude.


L’habitude? Il lui faisait confiance pour cette partie, mais il faudra faire attention à ses propres craintes. Il ne fallait surtout pas qu’il devienne vulnérable aux yeux du brun ~ Docile, oui, mais pas faible. D’une voix douce, presque un murmure, il confia :


- Pour l'instant, je voudrais simplement que tu me rendes un petit service...


Il avait pris sa main et le blond s’était redressé, rougissant. Leurs visages étaient très près l’un de l’autre, et lorsque Kaarasu planta son regard cramoisi dans le sien, il se senti fondre. Le Takami avait très bien compris comment obtenir des faveurs de l’homme poupée, et peu importe qui aurait découvert cela, en aurait abusé, il restait à voir comment le brun allait l’utiliser. Encore très tendrement, il lui demanda :


- Je voudrais simplement que tu mémorise le plus d'information possible sur chacun des clans & chacune des personnes. Même si ça te semble anodin ou inutile, ce n'est jamais complètement sans intérêt. Chaque détail. Chaque paroles pourrait se révéler compromettante... C'est tout. Sinon, parle de ce que tu juges utile, mais essaie d'en dévoiler le moins possible sur les Mikari. D'accord ?


Si c’était tout ce qu’il y avait à faire, alors il ferait sa tâche à la perfection. Il serait assez facile pour lui de simplement observer et de rester calme. Son invocation étant le serpent, tout comme la bête, il pouvait rester des heures et des heures sans bouger, analysant ce qui se passe autours ~ Il suffirait de dire une ou deux bêtises ici et là, pour qu’on ne le prenne pas trop au sérieux. Leurs tactique était presque parfaite ~ Car sans être les plus forts, ils pourraient tout de même avoir le dessus sur leurs ennemies. Le brun lui offrit un joli sourire et posa ses lèvres doucement sur sa main frêle, le faisant rougir une fois de plus. Sur un ton plus simplet, il demanda de nouveau :


- Oh, et crois-tu que tu pourrais arrêter de me vouvoyer ?


Ça ne lui plaisait pas, et il ne répondit pas tout de suite, analysant tout ce qu’il venait de se faire dire, l’apprenant par cœur dans un coin de sa mémoire. Bien que le blond paraisse puéril, il n’en était rien et, sans être un génie, il avait l’esprit terriblement vif. Tout était bien camouflé sous des heures et des heures de maquillage, que l’on attribuait généralement aux demoiselles inintelligentes.


-J’essaierais, Kaa-Sama…


Il ne promit rien, car il adorait être inférieur. Il se colla encore plus avec son nouveau maitre, et comme un petit chat, émit un son, presque inaudible, tel un léger ronronnement. Ce fut très bref, mais bien représentatif de, ô combien le blond aimait être blotti contre des hommes. Il mordilla l’oreille de l’autre Mikari, et y murmura, la voix rauque :


-Et…. Une quel qu’onques alliance pourrait-elle être à envisager?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaarasu Takami
Sous-chef du clan Mikari | Ptit maudit
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:35

- Oh, et crois-tu que tu pourrais arrêter de me vouvoyer ? S’enquit le brun d’un ton léger. 

L’androgyne ne répondit pas immédiatement. Il semblait légèrement contrarié par la requête mais ne fit rien pour contredire son cadet. Cadet qui se contenta de conserver son regard braqué sur lui avec une légère moue enfantine des plus adorables. L’aîné céda enfin (alors que de légères rougeurs naissaient sur ses joues);

- J’essaierais, Kaa-sama…

Bon, naturellement ce n’était pas une réelle victoire, mais c’était suffisant pour satisfaire le corbeau qui n’insista pas. En un sens, il trouvait le comportement du blond assez… fascinant. Il se demandait presque comment autant d’insécurité et de doutes pouvaient être dissimulés derrière cette couche de maquillage et de dentelle. Car oui, Kaarasu était persuadé qu’au fond de son âme souillée par les ténèbres, Noe était rempli de doutes. Du doute qu’un jour, il ne serait plus beau aux yeux de personne. Que plus personne ne s’arrêterait pour le regarder ou pour s’occuper de lui. Que son teint de porcelaine deviendrait poussiéreux & sec et que ses beaux cheveux d’or finiraient par s’emmêler ou tomber… Car bien-sur, rien (et surtout pas la beauté) ne dure éternellement. Et ça, oui, ça devait le faire douter. Jusqu’à quel point ? Kaarasu aurait bien aimé le savoir, mais il avait encore largement de temps devant lui pour ce genre de choses. 

Et alors que l’androgyne venait se presser davantage contre le corps (pas très très imposant) de son cadet, il se dit que pour l’instant, il devrait se contenter de demeurer près de lui. Que, même s’il croyait le contraire, le chef des Mikari pourrait lui fournir une protection non-négligeable auprès des autres clans, et ce, rien que par son statut prestigieux. Plus tard, peut-être, si le blond se montrait énervant ou inutile, il viendrait nourrir ces doutes qui devaient causer sa perte.

- Et… Commença Noe d’une voix un peu enrouée, alors qu’il venait mordiller l’oreille de son cadet. Une quelconque alliance pourrait-elle être à envisager ? 

Une alliance… tiens ? L’idée n’avait même pas effleuré l’esprit du corbeau avant que son supérieur ne lui rappelle. De coutume, Kaarasu préférait de loin semer la pagaille et regarder ses adversaires s’entretuer, mais il était vrai que si les Mikari choisissaient de rester en retrait alors que tous les autres clans se mettaient à interagir, cela pourrait paraître suspect et amener les autres à se méfier d’eux, ce qui était mauvais.

- J’ai cru comprendre que tu n’aimais pas trop ce « Kirito » et son clan, les Yachiru ? S’enquit-il finalement. Pour l’instant, je suggère que nous profitions du fait que nous n’avons pas beaucoup d’ennemis pour semer le doute au sein des autres clans. Par contre, il faut faire ça très discrètement. Pour que les autres ne se doutent de rien. Peut-être un léger sous-entendu que Kirito Rivers aurait quelque chose à cacher ?

Plonger ses ennemis dans l’incertitude était une étape essentielle. Comme ça, ils allaient se questionner, et seraient très curieux, voir prêts a tout pour se procurer les informations importantes que le brun comptait faire miroiter juste sous leurs yeux. Ils allaient se mettre à se méfier de tout le monde, et sombrer peu à peu dans une paranoïa étouffante… À ce stade ci, plus personne ne pourrait venir les secourir. Le piège de la mort se refermerait sur eux avec la vivacité d’une plante carnivore. 

Jusqu’à maintenant la réunion s’annonçait assez bénéfique. Par l’entremise de Noe, Kaarasu allait apprendre a mieux « connaître » ses rivaux alors qu’eux ne sauraient encore rien de lui. Cela allait lui donner un net avantage. Après ça, il lui suffirait de sympathiser avec ses autres « pions » que constituait le reste des Mikari, histoire de s’assurer qu’il ne se ferait pas poignarder dans le dos, puis il pourrait mener la partie à sa guise… Oui décidément, il se plaisait énormément dans ce lycée. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noe Kotasu
Chef du clan Mikari | Tonton Noe/ Puissante mouche chiante
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:37

Le blond se redressa et se colla contre le corps presque aussi maigre que le sien de son maitre ~ … Ils n’étaient pas très imposant, en apparence. D’abord Noe ressemblait à une poupée Barbie, et son camarade, à un jeune gamin. Le jeune brun semblait songeur et le brun le laissa se perdre dans ses pensées, avant d’ajouter :

- Et… Une quelconque alliance pourrait-elle être à envisager ?


L’androgyne avait mordillé l’oreille du Takami, qui n’avait eu aucune réaction notable, apparemment vite habitué aux étrangetés de Noe. L’idée ne semblait même pas l’avoir effleuré, et il y songea un moment, laissant le blond dans un silence froid, de nouveau. Le jeune enfantin préparait lentement un piège pour l’androgyne, en cas où celui-ci devenait un lourd fardeau. Ils étaient horrible, tous les deux, leurs cœurs glacés protéger par une muraille de pierres, et même s’ils faisaient partis de la même fraternité, ils n’arrivaient pas à se faire confiance. Leurs sourires, rires et embrassades étaient froides, fausses. Si le plan du Kotasu fonctionnait, cependant, il ne s’en sortirait pas trop mal aux attaques de l’autre Mikari.

La conversation était de nouveau devenue terriblement sérieuse, lorsque le brun répondit :

- J’ai cru comprendre que tu n’aimais pas trop ce « Kirito » et son clan, les Yachiru ? Pour l’instant, je suggère que nous profitions du fait que nous n’avons pas beaucoup d’ennemis pour semer le doute au sein des autres clans. Par contre, il faut faire ça très discrètement. Pour que les autres ne se doutent de rien. Peut-être un léger sous-entendu que Kirito Rivers aurait quelque chose à cacher ?


Pauvre Kirito ~ Yuuzan et Kaarasu semblaient pensé que les deux jeunes hommes se détestaient. En réalité, le brun avait aidé le blond en le ramenant à sa chambre après l’affrontement, et en pansant ses blessures. Pour Noe, qui était habituer de vivre dans un environnement ou même les attentions sont pour s’attirer des faveurs, ça avait été étrange ~ Oh, pas désagréable… Mais bizarre. Lorsqu’il s’était réveillé, dans sa chambre, le jeune homme à ses côtés, qui s’occupait de ses plaies, il l’avait d’abord repoussé, puis l’avait finalement laissé faire, les soins du Yachiru lui faisant le plus grand bien.

Mais il n’y avait pas de place pour la tendresse dans son cœur et il eut rapidement fait de chasser son amitié pour le Yachiru, si la était le souhait de son supérieur. Il rit intérieurement en pensant que, en effet, il en connaissait plus sur le garçon que sur les autres élèves. Les deux possédaient un serpent, et cela était un autre lien entre eux, que l’homme poupée eut vite fait de chasser.

À la pensé de Salimor, le serpent de Kirito, et Etsu, son propre boa, ce dernier apparut, s’enroulant autour du cou du Kotasu, fixant le nouveau compagnon de son propriétaire de œil mauvais. La bête apparaissait souvent à sa guise, mais le blond l’adorait tant que ce n’était plus un problème, à présent. Il caressa doucement Etsu, et garda le silence encore un moment, faisant languir son cadet. Il répondit finalement :

-Bien… Je me repasserais ce combat dans la tête, jusqu’à ce que je trouve ce qui pourrait le désavantagé face aux autres.


Il sourit à Kaarasu, et d’une voix fluette, ajouta :

-Faites-moi confiance!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaarasu Takami
Sous-chef du clan Mikari | Ptit maudit
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:37

Le jeune brun observa son supérieur un moment, et vit apparaître un grand serpent violet qui s’enroula autour de son cou frêle. Il fut d’abord sur ses gardes, mais voyant que le blond semblait trouver cette situation parfaitement normale, il se résigna. C’était sans aucun doute, son invocation. L’androgyne caressa longuement le reptile et, se tourna finalement vers son cadet.

- Bien… Commença-t-il. Je me repasserai ce combat dans la tête, jusqu’à ce que je trouve ce qui pourrait le désavantager face aux autres.

Le brun sourit. Si tout se passait comme prévu, le clan de la mort aurait bientôt un avantage considérable sur tous les autres. Son aîné lui sourit en retour, avant d’ajouter ;

- Faites-moi confiance !

Kaarasu fronça les sourcils.

- Je t’avais demandé de ne pas me vouvoyer. Lui rappela-t-il sur un ton presque menaçant. 

Cependant, il se ressaisit très rapidement, se laissant tomber sur le dos, (toujours sur l’un des canapés) une main derrière la tête & le regard songeur. 

- M’enfin… Soupira-t-il. Je suis tout de même content. Cette assemblée s’annonce des plus amusantes, et même si je suis un peu triste de ne pas pouvoir y assister, je suis persuadé que tu feras briller l’image des Mikari plus que jamais !

Il se redressa, offrant à son aîné l’un de ses plus irrésistibles sourires remplit d’une joie aussi insoupçonnée qu’inexistante, puis son regard retomba sur le gros serpent toujours enroulé autour de Noe. Délicatement, il effleura sa tête.

- Quel magnifique animal… Commenta-t-il sur un ton plus doux, presque nostalgique.

Kaarasu avait toujours bien aimé les reptiles. Et celui là, que ce soit par sa couleur ou sa carrure, se trouvait particulièrement remarquable. N’empêche, il préférerait toujours les oiseaux. Oh, justement, ça lui rappelait…

- Tu sais que les autres clans ne doivent rien soupçonner, pas vrai ? Fit-il remarquer. Il ne faut pas que ce soit trop clair, que nous tentons de rabaisser le Yachiru. Sinon, ils ne le croiront jamais.

Il soupira avant d’ajouter nonchalamment ;

- Mais, je ne vois pas pourquoi je m’inquiète ! Je suis sûr que tu les éblouiras !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noe Kotasu
Chef du clan Mikari | Tonton Noe/ Puissante mouche chiante
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   Lun 9 Déc 2013 - 0:38

-Faites-moi confiance !

Le blond souriait toujours, mais le Takami fronça les sourcils, visiblement mécontent de l’incapacité du blond à se souvenir de ne pas le vouvoyé. Mais bon, ce dernier n’ayant rien promis, il ne répondit pas à l’énervement de son maitre :

- Je t’avais demandé de ne pas me vouvoyer.

Le brun s’enfonça un peu plus dans son canapé, la tête confortablement appuyé sur son bras qu’il avait replié sous sa tête, il pensait encore, et l’androgyne se déplaça aussi, s’asseyant bien droitement pour ne pas écraser son ami reptile. Il caressait toujours la tête de son invocation poursuivit, en soupirant :

- M’enfin… Je suis tout de même content. Cette assemblée s’annonce des plus amusantes, et même si je suis un peu triste de ne pas pouvoir y assister, je suis persuadé que tu feras briller l’image des Mikari plus que jamais !


Le Kotasu sourit, heureux du compliment caché qu’on venait de lui faire. Bien sûr, il avantagerait les Mikari sans attirer de soupçons sur eux. Son nouveau camarade caressa doucement la tête du serpent, et les deux, lui et Etsu, eurent un mouvement de recul, le laissant faire, tout de même. D’un ton doux, presque un murmure, semblant être perdu dans de vieux souvenirs, il ajouta :

- Quel magnifique animal…

Ils s’éloignaient du sujet et l’homme poupée se doutait que leurs réunion tirait maintenant à sa fin ~ Oh, il n’était pas inquiet, ils se reverraient bien assez souvent, pour partager leurs idées tordues. Sans lui laisser le temps de répondre, il l’averti, le ton stricte :

- Tu sais que les autres clans ne doivent rien soupçonner, pas vrai? Il ne faut pas que ce soit trop clair, que nous tentons de rabaisser le Yachiru. Sinon, ils ne le croiront jamais.

Il sourit de nouveau, malgré l’énervement qui commençait à naitre. Bien sûr qu’il allait faire attention, il n’était pas un abruti. Son maitre soupira, et ajouta, lasse :

- Mais, je ne vois pas pourquoi je m’inquiète ! Je suis sûr que tu les éblouiras !


Le blond eut un rire adorable et se leva, cette fois, bien décidé à mettre fin à cette conversation. Replaçant son magnifique kimono, il répondit, le visage toujours heureux :

-Bien sûr, soyez sans crainte…

Il eut un sourire mauvais, fendent, ignorant froidement son énervement de plus tôt. Il se pencha vers le brun et lui vola un dernier baiser, lui faisant dos quelques secondes après. Il lui fit un simple signe de la main, en guise d’au revoir et ajouta, la voix glaciale, apparemment de retours dans son petit univers :

-Nous nous reverrons après la réunion. Moi et Etsu vous raconterons donc ce qui s’est passé, alors consolez-vous. Maintenant…. Bonne nuit, je suppose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et... que le spectacle commence ? (PV Noe) |FINI]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» [Pays du Thé] - [Menue Tâche] - Nées pour le Spectacle
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: RP :: Lycée :: Entrée-
Sauter vers: