AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre en salle de musique (PV HellRoy) [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaarasu Takami
Sous-chef du clan Mikari | Ptit maudit
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Rencontre en salle de musique (PV HellRoy) [FINI]   Lun 2 Déc 2013 - 2:46

La neige tombait toujours. Incessamment, c’était cette fois ci de gros flocons duveteux qui recouvraient le lycée comme pour essayer d’y endormir ses occupants. Kaarasu n’aimait pas ce genre de météo. Sortir sous la neige (surtout lorsqu’elle était aussi épaisse et enveloppante) était pour lui quelque chose de plutôt désagréable & cela le gênait dans ses activités. De plus, en se levant ce matin là, il avait remarqué qu’aucun autre Mikari n’était là pour le distraire. Noe devait sans doute se trouver à la réunion et les 3 autres étaient toujours introuvables. Cette journée avait tous les critères pour que le jeune brun s’ennuie atrocement. Mais n’ayant pas vraiment sommeil et trouvant l’ambiance plutôt déprimante dans le dortoir Mikari vide, il avait décidé de sortir et de visiter un peu les endroits du lycée qu’il connaissait moins. 

Cela devait faire presque 20 minutes qu’il errait sans but dans les couloirs sans croiser personne (ou du moins, personne qu’il jugeait digne d’intérêt). Les heures de cours étant commencées pour les élèves dits « normaux » & tous les chefs de clans étant à la réunion, il ne restait plus immensément de possibilités… 

Il passa tout à coup devant une salle qui retint son attention. Elle était vide, aucun cours ne s’y donnait. Mais ce qui accrocha son regard fut le somptueux piano à queue qui trônait près de la vitre. C’était une classe de musique. Un sourire mignon se dessina sur les lèvres du brun. Il s’approcha du piano & y prit place. Les touches n’étaient pas poussiéreuses (contrairement à la plupart des instruments présents dans cette salle), le jeune homme en conclut donc que quelqu’un avait l’habitude de venir jouer du piano ici. Il embrassa le paysage enneigé du regard, ayant un peu l’impression d’être en face d’une carte de Noël. Il secoua la tête avec un rictus sardonique, et finalement, il se mit à jouer.

Le piano avait toujours été son art de prédilection. 

Il commença doucement, comme s’il désirait « apprivoiser » l’instrument. Les simples notes se transformèrent rapidement en magnifiques accords, et une mélodie envoûtante et noble résonna bientôt dans toute la pièce (et surement au-delà). 

Lorsqu’il était enfant, le brun avait découvert qu’il arrivait à contrôler ses illusions grâce à la musique qu’il jouait. Car, à l’origine, elles lui échappaient totalement. Elles sortaient de l’ombre à tout moment et faisaient ensuite tout ce qu’elles désiraient, causant de nombreux dommages aussi matériaux qu’humains. Étrangement, la musique semblait les attirer, les fasciner & les contenir. Le jeune Kaarasu, à 7 ans déjà, passait ses après-midi pluvieux dans une salle confinée, devant un piano et entouré de ses « amis imaginaires » comme les appelaient ses parents. Naturellement, ils savaient que ce n’était pas que son imagination car ils pouvaient tout de même voir ces illusions, mais ils avaient trop peur de leur fils pour considérer cette étrangeté comme un don. 

Pour l’instant, les illusions n’étaient pas vraiment au rendez-vous, bien que les imposantes ombres crées par les fenêtres pratiquement bloquées par la neige étaient frémissantes, comme sur le point d’exploser. Un seul signal de leur maître et elles auraient déferlées dans la salle de musique, se déchainant de manière chaotique. C’était le genre de moments que Kaarasu préférait. Le calme avant la tempête. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Rencontre en salle de musique (PV HellRoy) [FINI]   Jeu 29 Mai 2014 - 13:55

Le taciturne c’était levé très tôt ce matin-là, prévoyant beaucoup travaillé. D’abord, bien sûr, il avait eu ses cours, et ensuite, au midi, un entrainement spécial avec d’autre Kurasu, visant à améliorer leurs compétences en soin. Ce n’avait pas été trop dur, puisque tout comme ses camarades, il aimait soigner ~ Le brun serait probablement devenu médecin s’il avait dû vivre normalement en communauté. 

Avec Canna et Camille, il s’amusait beaucoup ~ Bien qu’il ne connaissait que très peu la jeune fille aux cheveux bleu et qu’il ne le montrait pas. C’était donc ses yeux jaunes froids qui se posaient sur les deux demoiselles, bien les appréciaient beaucoup. L’ainé ne parlait pas beaucoup, et tout comme lui, était très sombre. Heureusement, la jolie blonde était là pour leur remonter le moral, qui semblait toujours à plat. 

Le génie, malgré le fait qu’il soit très bon élève, sécha son dernier cours, celui-ci étant l’éducation physique ~ Il n’était pas très doué en sport et détestait la sueur, préférant de loin rester parfaitement propre. Le professeur de d’exercices le détestait, vu son non-talent, et il se sentait honteux après chaque cours ~ Un jeune homme comme HellRoy, visant toujours la perfection, c’était infâme de ne pas réussir quelque chose qui semblait si simple pour les autres.

C’était donc pourquoi il marchait dans les couloirs vides, sa longue tresse fouettant son dos à chacun de ses pas. Corridors vide? Bien sûr, les autres avaient été sages, et s’étaient présenter à leurs obligations. Il était assez heureux, en réalité ~ Lui qui détestait le bruit était choyé puisque le silence régnait. Cette école était remplie d’imbéciles énervés qui criaient sans cesse, lui donnant des envies de meurtre. 

Il refixa ses vêtements, déjà impeccables ~ Un long kimono noir qui trainait derrière lui, le tissu cramoisi créant de petites vagues à chacun de ses pas élégants. Il portait avec classe un serre-tête fait de corde, un magnifique rubis tombant dans le milieu de son front. Le Kurasu avait une aura de noblesse, ce dernier venant effectivement d’une longue ligné d’aristocrates. 

C’est pour cette dernière raison qu’il fut surpris lorsqu’il entendit une jolie mélodie jouer au piano ~ Il avait pris la mauvaise habitude de juger sans même avoir rencontré la personne, mais cette fois ci, impossible, aucune fausse note. Le chinois jouait lui aussi du piano, bien qu’aujourd’hui, il avait prévu utiliser son violon dans la salle de musique. 

C’était une vieille pièce qui n’était que très rarement utiliser et le taciturne avait du dépoussiérer le piano lorsqu’il était venu, la première fois. Il était un des seuls à s’y présenter, les autres venant simplement faire les cancres dans la salle sans surveillance. Mais c’était tout de même jolie, et l’ambiance feutré lui plaisait bien ~Le mettait à l’aise. Un peu comme dans un bibliothèque, ou les seuls ‘’bruits’’ acceptables étaient les jolies mélodies qui s’élevaient des instruments ~ Et encore, il fallait savoir bien en jouer, et le génie était sévère, mais l’inconnue qui était entrer dans son petit nid confortable était doué, et le Jadziah avait hâte de voir de qui il s’agissait. 

Une fois arrivé dans la classe, il s’appuya contre le cadre de la porte, observant l’homme qui semblait assez fou, au final, assis au piano. Il n’avait pas des traits époustouflants et devait passer assez inaperçu dans l’énorme lycée, à l’inverse de son cadet, qui attirait les regards, serré dans ses vêtements de soie. 

Il s’approcha, et, posant son violon sur un pupitre, sa voix froide s’éleva, coupant la jolie mélodie :

-Il est rare qu’il ait quelqu’un d’autre que moi assis au piano ~ Heureusement que vous jouez bien. 


Son regard glacial s’encra dans celui, rouge, de sa nouvelle rencontre : Ce même regard et attitude avait failli l’envoyé chez les Mikari, malgré le fait qu’il soit spécialisé dans les soins. Le brun avait un trop bon fond, au final, et avait été retenu chez l’opposé du clan de la mort. Il poursuivit, sur le même ton cassant : 

-Je suis HellRoy, HellRoy Jadziah. C’est un honneur.







~~~~






Le Mikari était presque envahi par la musique qu'il jouait. Un espoir que la pièce musicale ne se termine jamais était toujours présent en lui, lorsqu’il en jouait une parmi ses favorites. Les notes coulaient d'elles-mêmes, et il avait l'impression que ce n'était même plus lui qui faisait naître ces mélodieux accords, qu’il était possédé par le démon rongeant son âme. Il adorait cette sensation d'abandon de soi, de perte de contrôle... Ça le faisait frissonner de plaisir. Alors qu'il en était à l'apogée de son morceau, une voix austère le fit brusquement stopper. 

- Il est rare qu'il y ait quelqu'un d'autre que moi assis au piano ~ Heureusement que vous jouez bien. 

Quelques secondes de silence passèrent ou Kaarasu jugea plus sage de se taire. Il garda la tête baissée sur les touches du piano, ses mèches sombres dissimulant son regard des plus assassins. Il était énervé. Irrité, même. Qui arrêtait quelqu'un dans sa lancée juste pour lui dire qu'il était doué ? C'était d'un ridicule...

Le brun prit une ou deux minutes pour se calmer et il leva les yeux vers le nouvel arrivant. Il fut plutôt surpris de découvrir ce réel... personnage. Un peu plus grand que lui, il s'agissait d'un jeune homme mince, vêtu d'un somptueux habit traditionnel asiatique. Ses cheveux noirs & longs étaient retenus dans une tresse et un scintillant rubis pendait sur son front. Kaarasu le considéra d'un œil perplexe. Il avait l'air d'un quelconque empereur chinois tiré d'un jeu vidéo. Il eut un léger rire (un peu méprisant), se disant qu'il fallait vraiment être en manque d'attention pour s'habiller de la sorte. 

- Je suis HellRoy, HellRoy Jadziah. Se présenta le drôle de type. C'est un honneur. 

HellRoy... Jadziah ? Une expression plutôt neutre se dessina sur le visage du Mikari et il lui répondit tout simplement, en haussant les épaules ;

- Ce nom sonne comme une marque de shampooing. 

Il gratifia le nouveau d'un regard totalement indifférent, et voyant que celui ci ne rétorquait rien, Kaarasu l'examina encore un moment, creusant sa mémoire à la recherche du fameux jeu vidéo ou il avait vu un personnage semblable. Il baissa les yeux vers le piano, mais se rendit vite compte qu'il n'avait plus très envie d'en jouer. Le nouvel élève représentait une source de distraction un peu plus intéressante. 

- Au fait, Lui dit-il d'un ton toujours un peu grinçant. Si je suis si doué, n'est-ce pas un peu stupide de m'interrompre juste pour me le dire ?

Il planta son regard dans celui de son vis-à-vis, tentant d’analyser ses intentions. Mais les yeux dorés de Jadziah étaient aussi froids et durs que de la glace. 

Le Mikari balaya la salle encombrée d’instruments de musique inutilisés et reposa son regard sanglant sur le chinois.

- À moins que tu ne veuille m’accompagner, Hell-Roy-Kun ?

Pour l’instant, il ne lui avait encore attribué aucun surnom, mais ça viendrait sans doute bientôt. C’était quelque chose d’inévitable lorsque le brun rencontrait quelqu’un. Ça lui permettait en quelque sorte, de cataloguer les gens dans sa tête. Dès qu’une personne retenait suffisamment son attention, il devenait rapidement familier, ne s’embarrassant jamais de politesses superflues. 

Naturellement, Kaarasu ne comptait pas lui céder le piano, mais un duo musical aussi contrasté et distordant qu’eux deux pourrait se révéler d’une surprenante beauté. 

Le reste attendrait. 







~~~~






-Je suis HellRoy, HellRoy Jadziah. C'est un honneur.

- Ce nom sonne comme une marque de shampooing.


Le pianiste n’avait eu aucune réaction alors que l’autre éphèbe avait froncé les sourcils, un peu énervé ~ Jadziah était une famille très noble, notamment connu pour le talent des membres et aussi pour leurs méthodes tyranniques visant à aider les enfants à perfectionner dans tous ce qu’ils entreprendraient. 

Les deux jeunes hommes se fixèrent pendant un moment, tous deux sans émotion notable. Son ainé semblait l’analyser, regardant tour à tour ses vêtements de soie. Il prit lui-même un moment pour observer l’effronté ~ Il était plus petit et plus frêle que lui, malgré le fait qu’il soit plus jeune. Dans ses yeux rouges brulait ce qui semblait être une grande folie et HellRoy se dit que le musicien devait être déranger. D’une voix qui lui donna des frissons de dégouts, il poursuivit : 

- Au fait, si je suis si doué, n'est-ce pas un peu stupide de m'interrompre juste pour me le dire ?


Quel personnage désagréable! S’il l’avait arrêté, c’était parce qu’il attendait depuis déjà un moment, et que le brun avait fait une fausse note ~ Rien de gros, oh non, mais le Jadziah étant lui-même un joueur de piano, il avait remarqué la bévue~ Ainsi, il n’avait plus eu l’intérêt d’écouter le petit brun. Le taciturne allait faire comprendre à l’autre jeune homme le fond de sa pensé, mais celui-ci l’en empêcha, ajoutant sur un ton un peu plus vivable : 

- À moins que tu ne veuille m’accompagner, Hell-Roy-Kun ?

……. Kun? Il échappa un soupire de dégout, tel un chat. On ne lui la faisait pas, celle la ~ Il aurait pu vivre avec si ça avait été avancé par Canna, Johanna ou même Camille, qui étaient des gens influant dans le lycée, mais par un petit imbécile invisible? Oh non. Néanmoins, malgré la haine qui pouvait se lire, à présent dans son regard ambré, il décida de passer par-dessus. Bien sûr, l’éphèbe avait fait une erreur, mais il l’avait interrompu, et ainsi, ils étaient égaux. 

Le génie vit que son ainé ne se retirait pas du magnifique piano à queue, ce qui le dérangea encore plus ~ L’instrument était de la meilleure des qualités et puisque le Jadziah n’avait pas pu amener le sien, puisque ça aurait été un peu encombrant, il aimait jouer sur celui du lycée Seikoku. 

Mais bon, il avait apporté son violon, une pièce d’une grande beauté, blanc comme la neige, sertie d’or ~ Un présent que son paternel lui avait fait, un des seuls avec Hizashi, son faucon. Il regarda l’autre garçon de haut, lui jetant un regard glacial dont seulement lui avait le secret et agrippa le bel instrument. Sa voix grave et froide répondu celle plus léger de son nouveau compagnon : 

-Bien, je t’accompagnerais ~ Mais oubli le ‘’Kun’’, petit malappris. On se présente, lorsqu’on rencontre quelqu’un… Ne te l’on jamais enseigné? 


Il se positionna et décida de lancer quelque chose d’assez connu pour sa grande beauté mais aussi par sa difficulté, il restait avoir si le pianiste saurait suivre. 







~~~~






- À moins que tu ne veuilles m'accompagner, Hell-Roy-Kun ? S'enquit le brun d'un air malicieux. 

L'autre garçon soupira, presque comme s'il était répugné par les manières de Kaarasu, et, toujours aussi froid & méprisant, il lança ;

- Bien, je t'accompagnerais. Mais oublie le "Kun" petit malappris. On se présente, lorsqu'on rencontre quelqu'un... Ne te l'as on jamais enseigné ?

Un rictus mauvais apparut sur les lèvres du Mikari. Il soupira avec condescendance, et s'apprêta à répondre, mais son cadet avait déjà entamé une douce mélodie au violon. 

Il sourit et se mit donc a l'accompagner. Une belle harmonie complexe naquit entre les deux éphèbes. Presque rageusement, Jadziah menait le morceau, avec une autorité sans réplique. Kaarasu ne suivait pas vraiment la partition (de cette pièce qu'il connaissait par coeur), il se permettait quelques détours, quelques fantaisies, rendant la mélodie assez psychédélique, mais pas laide pour autant. 

Sans prévenir, la musique s'arrêta subitement.

Une lame tranchante venait de s'enfoncer dans le mur de bois, frôlant au passage la joue du chinois & lui coupant une mèche de ses cheveux de jais. Un silence assourdissant tomba sur la pièce jusqu'à ce que Kaarasu se mette a rire légèrement. Un rire distordu, aliéné, presque hystérique. C'était à se demander dans quel monde vivait ce jeune homme... Finalement, de peine et de misère, il parvint a calme son fou rire et s'adressa à l'asiatique sans même se retourner ;

- Je suis désolé, Ōji-san... Mais cette mélodie m'ennuyait atrocement. 

HellRoy avait de quoi être flatté, il venait de se faire attribué le surnom de "prince", bien que le Mikari l'ait interpellé sur un ton tout à fait sarcastique. 

L'aîné se retourna finalement, son sourire mi-sadique, mi-satisfait, toujours collé aux lèvres. Il toisa son vis-à-vis de son regard rouge perçant, se disant que ce "Jadziah" avait le potentiel d'un adversaire intéressant. 

Se levant sur le banc ou il était assis, il sauta sur un bureau poussiéreux non loin de là, avec la grace et la légèreté d'un chat, donnant la vague impression d'être un enfant qui faisait comme si le sol était constitué de lave. Il se sentait soudainement d'humeur joueuse & comptait bien en faire part à son cadet. 

- Je n'ai plus envie de faire de la musique. Déclara-t-il nonchalament. Et si on changeait de jeu ?

Il sauta sur un autre bureau et continua sur sa lançée ;

- Je te propose quelque chose. Un duel. Si je le remporte, tu devras me révéler un secret te concernant. Quelque chose que personne d'autre ne sait. Et si c'est toi qui gagne, je te laisserai me poser toutes les questions que tu veux sur moi ou sur les Mikari. Tu vois, c'est équitable, non ?

Il s'assit sur le dernier bureau ou il venait de sauter. Passant une main dans ses cheveux sombres pour en déloger toute la poussière qu'il venait de secouer, il soupira. 

- Et pour te prouver que je suis bon joueur, je te laisse choisir la nature de notre affrontement. Tu peux me défier sur à peu près tout, j'arrive a m'adapter. 

Son regard d'enfant prit un éclat beaucoup plus sadique et méthodique lorsqu'il plongea dans les yeux dorés de son cadet, remarquant avec délice le mince filet de sang que son couteau avait fait naître en effleurant sa joue. 

- Alors, Ōji-san... Commença-t-il dans un murmure. À quoi as-tu envie de jouer ? 







~~~~






Le brun se perdait corps et âme dans la jolie mélodie alors que son ainé semblait se plaire à la détruire, y ajoutant des tonnes de ‘’froufrous’’ inutiles et pas du tout harmonieux. S’il voulait faire les choses à sa manière, qu’il les fasse bien, ou alors pas du tout. Il menait donc, essayant de garder un certain équilibre avec la musique infernal que créait l’autre éphèbe, les yeux fermé, contenant sa rage. 

Très soudainement, le Mikari cessa de joué, et avant que son cadet puisse riposter quoi que ce soit sur son ‘’non professionnalisme’’, il éprouva une douleur aigue au visage et ne put réprimer un mince râle de douleur. Sur le sol, il put apercevoir une de ses longues mèches tant entretenue et il releva la tête vers son nouvel adversaire, les sourcils froncés en haut de son regard plus que glacial. 

Le pianiste ne sembla pas le remarqué, puisqu’il riait à s’en fendre les côtes, ne faisant plus du tout attention à lui. La pièce était remplie de son éclat désagréable et il prit un moment au jeune homme pour se ressaisir, retournant finalement son attention sur son cadet. La voix empreinte d’une fausse culpabilité suintante, dégueulasse, il laissa entendre au chinois qui bouillonnait : 

- Je suis désolé, Ōji-san... Mais cette mélodie m'ennuyait atrocement.


Prince ? C’était déloyal, se battre ainsi et agir aussi puérilement par la suite. Il ne fallait pas trop attendre des Mikari en ce qui était des règles, ils ne les respectaient apparemment jamais. Agilement, il sauta du banc de piano jusqu’à un bureau, créant un petit nuage de poussière, lors de son 
atterrissage. L’ainé encra son regard rouge dans celui ambré du Kurasu, et poursuivit, tel un enfant : 

- Je n'ai plus envie de faire de la musique. Et si on changeait de jeu ?

Un jeu? Mais quel gamin ~ Son caractère enfantin énervait le taciturne au plus haut point. Il ne comptait pas jouer, non, mais bien éclater le sale visage du pianiste, coute que coute. Le Mikari sautait de bureau en bureau, le génie le suivant des yeux. Le pianiste se faisait penser lui-même à un chat agile alors que l’autre éphèbe voyait plutôt en lui un horrible petit singe grimaçant. Il finit par s’asseoir et passa nonchalamment sa main dans ses cheveux, poursuivant sur le même ton qui rendait son cadet en colère : 

- Je te propose quelque chose. Un duel. Si je le remporte, tu devras me révéler un secret te concernant. Quelque chose que personne d'autre ne sait. Et si c'est toi qui gagne, je te laisserai me poser toutes les questions que tu veux sur moi ou sur les Mikari. Tu vois, c'est équitable, non?


Il était donc bien un Mikari ~ Il avait bien deviné en découvrant sa nature fourbe et perverse. Les Kurasu…. Que pouvait-il bien vouloir savoir sur ceux-ci? Il ne se passait rien de bien grand au saint du clan de la vie, du moins, rien qu’il était au courant de ~ Il n’était ni chef, ni sous-chef et connaissait que très peu de secret sur le clan bienfaiteur au contraire de son adversaire qui semblait en connaitre une tonne sur le clan de la mort. Il continua, sans laisser le soigneur répondre : 

- Et pour te prouver que je suis bon joueur, je te laisse choisir la nature de notre affrontement. Tu peux me défier sur à peu près tout, j'arrive à m'adapter.


Il était clair qu’ils allaient se battre, et pourtant, il avait le culot de proposer une autre forme de duel après l’avoir si sournoisement attaqué. À cette pensé, HellRoy posa ses doigts sur la coupure et grinça des dents en remarquant le sang sur ses doigts alors que l’autre protagoniste souriait. Il était bien stupide s’il pensait qu’une simple blessure allait lui faire peur. Doucement, Kaarasu ajouta : 

- Alors, Ōji-san... À quoi as-tu envie de jouer ?

Une douce lumière émana du bout des doigts de chinois, lumière qu’il posa sur la plaie peu profonde qui se soigna rapidement, assurant qu’il était membre du clan Kurasu ~ C’était un duel épique, entre les deux familles les plus distancé de par leur pouvoirs. Le génie positionna sa main à la hauteur de son torse, huit longues griffes argentées sortant de ses jointures. Leurs lames étaient acérées et il ne faisait aucun doute qu’elles couperaient n’importe quoi sur leur passage. Constatant le silence de son ennemie, il répondit, la voix hautaine et froide :

-Je veux bien me rabaisser au niveau d’un enfant cancre dans ton genre, et jouer à tes jeux stupides…

Hiashi, son énorme faucon se matérialisa alors se poser sur son épaule, lâchant un cri perçant. Ce n’était pas la première fois que le brun se battait, son clan l’y forçant depuis sa plus tendre enfance, et l’idée d’un combat ne semblait pas le mettre le moindre du monde mal à l’aise. Il poursuivit :

-Tu peux retirer ce sourire stupide de ton horrible visage ~ Sois sérieux, un peu… 


Il fonça avec une agilité insoupçonnée vers le Mikari, réussissant à le griffer de sa main droite au niveau du nombril, alors que ce dernier sautait pour se sauver de l’attaque. Il sourit, bien qu’il fut dos au Takami, et ajouta, la voix grave : 

- Concentre-toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Rencontre en salle de musique (PV HellRoy) [FINI]   Jeu 29 Mai 2014 - 13:56

- Alors, Ōji-san... À quoi as-tu envie de jouer ?

Le brun avait l'âme légère, joueuse en ce début d'après-midi. Son sourire trahissait un morbide amusement & il attendait avec impatience la réponse de son cadet. 

Celui ci était en train de refermer sa plaie à la joue, grâce aux pouvoirs de guérison typiques des Kurasu. Voilà qui confirmait les suppositions du Mikari. Ces deux jeunes hommes étaient diamétralement opposés. 

Sous le regard cramoisi du corbeau, Jadziah fit sortir de longues "griffes" métalliques de ses jointures. Elles brillaient d'un éclat malsain sous la lumière froide du soleil hivernal. Kaarasu eut un sourire, intéressé devant un tel dispositif de défense. 

- Je veux bien me rabaisser au niveau d’un enfant cancre dans ton genre, et jouer à tes jeux stupides… Dit HellRoy d’un ton arrogant.

Il acceptait donc le marché ? Une vague d’excitation & d’appréhension envahit l’aîné alors qu’un majestueux faucon apparut sur l’épaule de son adversaire, clamant sa présence par un cri primal. Le regardant toujours avec une sempiternelle expression dégoutée, le Kurasu reprit ;

- Tu peux retirer ce sourire stupide de ton horrible visage. Sois sérieux, un peu…

Kaarasu ricana, mais il dut retenir une réplique cinglante, car son adversaire s’était rué vers lui à une vitesse prodigieuse. Il tenta de l’éviter, mais n’ayant vraiment pas prévu ce coup, il se fit lacérer le ventre par les lames de Jadziah. La vive douleur qu’il ressentit suffit à enclencher son imagination sadique. Dos à lui, le Kurasu lui souffla un bref ;

- Concentre-toi.

Un sourire en coin naquit sur les lèvres du corbeau alors qu’il essuyait sur son jean sa main souillée de sang. Autour de lui, les ombres traînantes s’agitèrent furtivement. Frémissantes, elles s’étirèrent sur les murs, recouvrant les meubles & instruments qui étaient dans la classe. Puis, une à une, des formes tordue s’extirpèrent de la masse sombre. N’étant d’abord que de simples renflements inquiétants, elles prirent rapidement une forme beaucoup trop humaine, et, en quelques secondes, une nuée de copies conformes de Kaarasu venait d’envahir la salle. Se mêlant pour encercler le Kurasu, il était maintenant impossible pour lui de différencier le vrai des illusions. D’ailleurs, le Mikari lui-même venait à douter de sa nature lorsqu’il utilisait pareille technique. N’y avait-il vraiment qu’un seul Kaarasu ? Ou ces apparitions n’étaient-elles que les représentations confuses des divers démons qui le rongeaient de l’intérieur ? 

Une chose était sure, les nombreuses paires d’yeux rouges sang braquées sur le chinois ne présageaient rien de bon. 

- Alors, Ōji-san, veux-tu toujours jouer avec nous ? Lança l’un des mirages, (à moins que ce ne soit le vrai… La frontière entre l’illusion et le réel était devenue si floue…)
- Nous en sommes si heureux ! Renchérit un autre, avec un sourire innocent.

Plusieurs se rapprochèrent, souriant de façon inquiétante. Puis, sans prévenir, une des copies s’élança vers Jadziah, tirant de sa veste le couteau de boucherie acéré qui était l’un des favoris du corbeau. Rapidement, il lui fit une profonde entaille dans le bras gauche, ayant manqué la gorge quand le chinois avait esquivé. 

Naturellement, les illusions de Kaarasu ne pouvaient pas causer de réels dommages au corps de leur adversaire, l’impression de douleur et la vue de la blessures n’étant donc rien d’autres que de simples mirages (qui s’estomperaient d’ailleurs peu de temps après), mais c’était suffisant pour déstabiliser l’ennemi, le temps que le vrai se dissimule parmi les faux-semblants et lui assène le coup fatal. Et puis, entre vraie douleur, et sentiment de… Qui distinguait la différence ?

S’esclaffant, une des illusions se glissa derrière le Kurasu et lui murmura un ;

- Et maintenant, pourrais-tu dire… Lequel de nous hallucine ?






~~~~






- Concentre-toi. 

Le petit brun sourit alors qu’autour de lui, les ombres escaladaient les murs, créant de sombres monstres. Rapidement, elles devinrent à l’image de l’horrible garçon ~ Un était déjà assez dur à gérer, une dizaine du Takami lui semblait insupportable. Toutes les créations fixaient de leurs grands yeux sanguins le génie, le mettant terriblement mal à l’aise. Les illusions lui parlèrent tours à tours, leurs voix grinçantes lui donnant froid dans le dos : 

-Alors, Ōji-San, veux-tu toujours jouer avec nous? 


Ils sourirent tous, et poursuivirent :

-Nous en sommes si heureux! 

Ses nouveaux ennemis s’approchèrent dangereusement de sa magnifique personne, le faisant reculer d’un pas prudent. Un des Mikari s’élança vers son opposé, un énorme couteau à viande ~ grossier ~ dans la main. Il était évident que le Takami visait sa gorge, cherchant à le tuer, et le chinois réussit à éviter à la toute dernière seconde, recevant tout de même une profonde blessure au bras, lui faisant échapper un râle rauque. 
Le Kurasu posa le bout de ses doigts sur l’entaille, cette dernière ne se soignant pas ~ Il ne put réprimer un mince sursaut de surprise. Le Jadziah se ressaisit rapidement se remettant rapidement sur ses gardes. Furtivement, l’une des ombres du jeune éphèbe se glissa derrière lui, susurrant : 

-Et maintenant pourrait-tu me dire … Lequel de nous deux hallucine? 


Violement, le brun se retourna et planta ses lames dans le crâne du Mikari, sans résultat visible, sinon le fait que le corps devint un peu flou, comme si un épais brouillard c’était installé autour de l’imitation. Il s’élança à son tours, passant ses lames dans les corps fantomatiques, jusqu’à ce qu’il tombe finalement sur le vrai. 

Le génie agrippa le pianiste par le poignet, le forçant à se mettre à genou, dos à lui. Sans pitié, il déchira le dos de son ainé, lui cassant le poignet par la même occasion, un bruit creux résonnant dans la pièce. Il posa son regard froid, regardant de haut le personnage qu’il considérait rustre et grossier, et de sa voix glaciale, il prononça : 

-Sale impertinent, prend pour leçon et apprend à respecter les gens qui te sont supérieur!

Le brun se releva agilement, et, sans que le génie ne puisse rien faire, lui entailla le visage au niveau de l’œil, l’aveuglant à moitié et le faisant lâcher un cri assourdissant de douleur, alors qu’il posait sa main sur sa blessure. Avant de partir hâtivement, il réussit à le blesser de nouveau à la hauteur du cou, se sauvant par la suite, amoché. HellRoy resta un moment sur le sol, son plasma coulant incessamment sur le sol dallé, comme si le génie pleurait son propre son sang. 

Le Kurasu attendit que la douleur s’atténue légèrement avant de se relever, n’osant pas regarder son visage dans les fenêtres qui lui reflétait son reflet. Il partit aussi vite que son ennemie, quelques minutes avant lui, et rejoignit le dortoir, prêt à recevoir des soins. Il finirait par avoir sa Revenge, et elle serait sanglante. 







~~~~






Discrètement, Kaarasu s’était glissé parmi la masse de ses illusions qui étaient toutes à son image, le rendant impossible à détecter pour son adversaire. Le combat qui s’annonçait promettait d’être inoubliable.

Déjà, son vis-à-vis semblait passablement mal-à-l’aise devant toutes ces copies, ce qui fit naître un sourire satisfait au coin de ses lèvres. Jadziah ne s’attendait visiblement pas à un tel spectacle. Il recula, se renfermant un peu sous la prudence, et considéra ses ennemis d’un nouvel œil.

À une vitesse désarmante, l’une des illusions tira un imposant couteau (dont la lame qui luisait sous la pâle lumière trahissait le tranchant) & sauta à la gorge du chinois, étonnant légèrement Kaarasu. Évidemment, il était responsable de cette attaque, mais la férocité de son double était surprenante. 

Jadziah était parvenu à protéger ses points vitaux, mais son râle de douleur confirma au Mikari qu’il avait tout de même été touché.

- Et maintenant, pourrais-tu dire… Lequel de nous hallucine ?

Le jeune brun eu un rictus cruel à ces mots. Il adorait jouer avec les limites du « réel ». Faire douter ses adversaires, les déconcerter, les manipuler jusqu’à un point ou eux-mêmes n’étaient plus certains d’exister…

Bref, il reporta son attention sur son ennemi.

Le dernier assaut avait beau avoir été rude, le Kurasu répliqua tout aussi sauvagement. Il tenta d’enfoncer ses « griffes » dans la tête de son attaquant, le rendant par le fait-même imperceptiblement flou, comme lointain. Manœuvre que le jeune brun (l’authentique) trouva plutôt habile. Il décida donc que c’était le moment pour lui d’agir.

Il s’approcha furtivement parmi la mêlée, tirant de sa veste l’un de ses plus pointus couteaux, tranchant aussi bien qu’une lame de rasoir acérée. Mais, quelque chose de très étrange se produisit à ce moment, l’empêchant d’aller plus loin. D’abord, ce ne fut qu’un fort tintement. Un bruit métallique, comme une cloche résonnant à travers tout le pensionnat. Le Mikari, perplexe, s’arrêta et attendit une quelconque réaction, une suite, quoique ce soit… Mais rien ne vint. Ce n’est qu’en relevant les yeux qu’il remarqua que quelque chose clochait vraiment. Les murs étaient en train de fondre. Littéralement. Ils se liquéfiaient en une informe trainée noire (un peu comme du goudron) qui venait s’étaler sur le plancher. Le Mikari sursauta. Que se passait-il ? Ses illusions échappaient-elles à son contrôle ? 

Il se rendit vite compte que son adversaire ne voyait rien de tout ça. Et ce son de cloches qui s’intensifiait…

Brusquement, il se sentit agrippé par le poignet et se retrouva à genoux au sol. Violent retour à la réalité. Un rapide coup d’œil l’informa que, pendant ce cours laps de temps ou il avait été ailleurs, le chinois avait neutralisé toutes ses copies et le tenait maintenant à sa merci. Une cuisante douleur lui lacéra le dos, lui arrachant un grognement rageur et plaintif. Il serra les dents et tenta de se défaire de cette emprise, mais il n’y parvint pas et se fit casser le poignet dans un bruit répugnant. Se résignant à rester à genoux (du moins pour le moment), il frissonna de colère lorsque, d’une voix froide et méprisante, Jadziah lança ;

- Sale impertinent, prends ça pour leçon & apprend à respecter les gens qui te sont supérieurs !

Il ne put en prendre plus. Lui, supérieur ? Tsk. Il n’avait eu l’avantage que parce que le Mikari avait été pris dans sa propre folie. Voyant que, dans sa main valide se trouvait toujours le fin couteau effilé, il s’appuya au sol pour se relever, et, violemment, il taillada le visage de son ennemi. Nul doute que son œil avait été crevé. 

Kaarasu se savait mal en point et ne tenta donc rien de trop risqué, se contentant de le poignarder à l’épaule, histoire d’être certain que Jadziah ne se lancerait pas à sa poursuite. Puis, il s’éclipsa rapidement (malgré son lamentable état), alors que le bruits des cloches, inexplicablement insupportable, se remit a lui marteler le crâne. 

*****

Fini !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre en salle de musique (PV HellRoy) [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre en salle de musique (PV HellRoy) [FINI]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le rapprochement [PV Luka Morel] (début à la salle de musique) [Tereminé]
» Salle de musique
» La musique peut rendre les hommes libres {Hope}
» Fleur de Musique ( FINI )
» Toute musique qui ne peint rien n'est que du bruit || enfin fini

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: RP :: Lycée :: Salles de classe-
Sauter vers: