AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Compte à rebours (Solo - Terminé)

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaarasu Takami
Sous-chef du clan Mikari | Ptit maudit
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : De l'autre côté du miroir

MessageSujet: Compte à rebours (Solo - Terminé)   Mar 7 Oct 2014 - 19:17

Pendant que Mizuri faisait du tapage dans le dortoir Mikari en scandant son prénom, Kaarasu se trouvait bien loin de là, s’enfonçant dans les bois en compagnie de son otage, ce cher garçon que le sous-chef de la terre cherchait tant à secourir. Sa détermination, bien que risible aux yeux de Kaarasu, aurait pu être admirable, dans un autre contexte.

L’otage marchait quelques pas derrière son ravisseur. Ce dernier lui faisait dos et ne lui parlait plus depuis un bon moment déjà, alors que son invocation sinistre traçait des cercles dans le ciel au dessus de sa tête, comme pour lui rappeler sa mort imminente. Il ne savait pas ou le Mikari l’emmenait, mais une certitude ne cessait de croître dans son esprit depuis qu’ils avaient perdu de vue le lycée : plus jamais il n’y remettrait les pieds. Cette forêt serait son tombeau. Cette vérité avait beau le faire souffrir, elle le rassurait également sous un certain angle. Il avait vécu un tel calvaire depuis son enlèvement, et il avait tellement honte des atrocités qui seraient commises par sa faute, qu’il préférait encore s’enfuir dans la mort. C’était lâche, certes, mais en cette journée ensoleillée qui serait sa dernière, il se dit qu’il n’avait jamais vraiment eu la trempe d’un héros.

Le corbeau dans les airs émit un croassement sonore et son maître eu un gloussement mauvais en retour.

- Ne t’en fais pas, Wisely, nous y sommes presque ! Lança-t-il à son intention.

Le sous-chef marchait d’un pas léger, sachant pertinnement ou il allait. Même les voix qui hurlaient dans sa tête plus fort que jamais ne pouvait gâcher sa bonne humeur. Il était fébrile et à la fois plein d’appréhensions : après des semaines de travail, le moment était finalement venu de tester son projet final.

Il avança encore quelques instants en silence, lorsque  les arbres s’espaçèrent et qu’un vent frais et salé vint s’engouffrer dans ses cheveux. Il avait enfin atteint l’endroit qu’il préférait sur toute l’île de Seikoku. C’était là ou la forêt se terminait, sur les bords d’une falaise escarpée surplombant la mer. C’était là aussi, qu’il avait précipité le corps de Rebekka Johannessen, ancienne chef des Suzuka, vers une mort certaine. Un frisson de plaisir le parcouru alors qu’il contempla le vide.

- Nous y voilà, Harry-kun. Déclara-t-il en se retournant joyeusement vers le garçon.

Harry Williams n’était pas un otage choisi au hasard. Il était, malgré son jeune âge (tout juste 14 ans) le Tochi ayant le plus haut QI et les meilleurs notes de tout son clan. La mécanique et la technologie électronique n’avaient pour lui aucun secret et ses inventions avaient toutes jusque là prodigieusement fonctionnées. C’était la moindre des choses car il s’agissait ici d’une tâche aussi importante que complexe. Kaarasu n’avait pu la confier qu’à l’élite.

- Que faisons-nous ici ? Demanda le garçon, incertain, n’osant pas trop s’approcher de la falaise de peur que le Mikari ne le pousse.

- Allons, c’est évident. Nous sommes venus tester notre invention.

- T-Tester ?

- Bien sur ! (Kaarasu eut un petit rire) Tu ne croyais tout de même pas que j’allais te faire aveuglément confiance, sans même prendre le temps de vérifier le fonctionnement du produit, si ?

Le cœur du Tochi se mit à battre à un rythme effréné alors que les plans du corbeau se mettaient en place dans son esprit. Comment avait-il pu ne pas voir ça venir ? Il était supposé être doté d’une intelligence hors paire, après tout ! Une rage muette se mit à naitre en lui, face à son bourreau mais surtout face à lui-même. C’était la conclusion parfaite à un plan aussi tordu. Ainsi, le sous-chef s’assurait qu’il avait bien travaillé et se débarassait de lui, seul témoin de ses machinations, par la même occasion. Il faisait d’une pierre deux coups.

- Tu commences à saisir ? C’est bien.

Sans réagir (que pouvait-il faire ?) Harry laissa Kaarasu le prendre par les épaules et le placer dos à la falaise, les pieds au bord du vide.

- Ne bouge plus. Lui dit-il.

Il n’avait pas mit trop de temps à accepter son état d’infériorité par rapport au sous-chef Mikari. Au début, bien sur, il avait tenté de résister, mais les 45 heures de torture qu’il avait subi au sein de ce que le corbeau nommait son « rêve » avaient suffi à lui faire abandonner l’idée. De plus, Harry Williams se complaisait dans la soumission. Il était terrifié, mais entretenait le sentiment malsain que plus il se comportait comme Kaarasu le désirait, moins ce dernier le ferait souffrir. Encore une fois, c’était assez lâche comme mentalité et il en avait pleinement conscience.  

Il sortit de sa pocha une petite bille de métal sophistiquée et la remit au corbeau qui le remercia d’un hochement de tête. Ses mains se mirent à trembler lorsqu’en retour, le brun déposa dans la paume de sa main une petite pilule aux reflets argentés. La même sur laquelle il travaillait depuis des semaines, avec acharnement. Il ne savait que trop bien ce qu’il attendait de lui.

- Une minute ! L’arrêta Kaarasu alors qu’il portait l’objet à ses lèvres. Juste avant… (il jetta un regard significatif au revolver doré qu’il gardait à sa ceinture) Donne.  

Le Tochi hésita, mais lui remit, un peu perplexe. Voyant sa confusion, le Mikari s’expliqua ;

- Ça fera moins mal de cette façon. Prends ça comme un remerciement pour service rendu.

Harry avala la pilule et déglutit difficilement. Il regarda Kaarasu jeter la bille à bout de bras vers la mer. Elle avait du aller se nicher quelque part dans le sable de la plage.  

- Prêt ?

Sans attendre une réponse, le sous-chef Mikari appuya le canon de l’arme contre le front de son otage. Un sourire se dessina sur son visage et ce fut la dernière chose qu’Harry Williams vit avant de fermer les yeux, son cœur se débattant sauvagement à l’intérieur de sa cage thoracique.

Kaarasu tira et le corps s’effondra comme une marionnette désarticulée. Il bascula de l’autre côté de la falaise et alla s’écraser dans les rochers pointus, à la même manière que celui de Rebekka, plusieurs mois plus tôt. La même satisfaction envahit le brun à ce moment, d’ailleurs, mais le plan était loin d’avoir été mené à terme.

En silence, il compta quelques secondes, le temps que le cœur du Tochi cesse définitivement de battre, le regard fixé sur l’océan.

Soudain, une violente explosion retentit sur la plage en contrebas. Des nuages de fumée s’élevèrent jusqu’à la falaise et Kaarasu dut reculer sous le choc de la détonation. Un long sillement aigue lui grisait les oreilles. Une fois l’onde de choc passée, il s’approcha de l’escarpement et constata que la bombe avait fait des dommages considérables sur une bonne partie de la plage.

Un sourire tordu et satisfait apparu au coin de ses lèvres.

- Bon travail, Harry-kun. Murmura-t-il, impressionné. Remarquable.

Il avait maintenant beaucoup de pain sur la planche.

D’un pas assuré, il fit le chemin inverse pour rentrer au lycée et se rendit directement à son dortoir. Le splendide chaos qui y régnait le laissa perplexe. Les meubles avaient été sauvagement massacrés, les pièces étaient toutes sans dessus dessous et plusieurs élèves gisaient sur le sol, paraissant gravement blessés. Le sous-chef prit le temps de s’agenouiller aux côtés de l’un d'entres eux pour lui demander ce qui s’était passé.

- C’est… le sous-chef Tochi… Il a… Il a complètement perdu la tête !

- Mizu-chan, hm ? Dit-il en posant sa main sur la tête de la jeune fille pour la plonger dans une douce illusion qui lui ferait oublier la douleur. Dans ce cas, nous sommes deux…

Il tenta la même manœuvre sur les autres blessés, histoire d’atténuer un peu ce mauvais quart d’heure. Cela ne les sauverait nullement, il en était conscient, mais au moins, ce serait déjà ça. Après tout, ils souffraient tous par sa faute. Kaarasu ne put s’empêcher de sourire ; il avait transformé un innocent bougre en monstre de violence. Quelle magnifique réalisation !

Il regagna ensuite sa chambre qui n’avait pas échappé au carnage, et fouilla dans les décombres de son placard. Mizuri avait été trop brusque, heureusement, il n’avait pas bien fouillé. Il retrouva ce qu’il était venu chercher : un petit sac de toile rempli de billes métalliques.

Cette acquisition faite, il quitta le dortoir Mikari et s’affaira, tout l’après-midi durant, à dissimuler les petites bombes que lui avait confectionné ce cher Harry, un peu partout dans le lycée. Son idéal aurait été d’en glisser une dans chaque dortoirs, mais c’était une tâche plutôt compliquée, alors il se concentra sur les lieux les plus fréquentés, comme le hall d’entrée, la bibliothèque, la cours, le dojo et la salle des fêtes. Lorsqu’il en eu terminé, il fut très satisfait de cette journée productive.

Avec un sourire, il prit une autre pilule, identique à celle qu’il avait fait avaler au Tochi, puis la porta à ses lèvres. En quelques secondes, l’établissement en entier batterait au rythme de son propre cœur. Et à la seconde ou ce dernier s’arrêterait de battre… Le chaos se déclencherait dans un fabuleux feu d’artifice.

~ ~ ~ ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Compte à rebours (Solo - Terminé)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deuxième tour, retour... double compte à rebours
» Compte à rebours des événements
» Compte à rebours
» COMPTE À REBOURS.
» Compte à rebours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: RP :: Lycée :: Forêt-
Sauter vers: