AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kaa' & sa forte volonté de ne pas finir en brochette ! (PV Minh) (FINI)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ

avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Kaa' & sa forte volonté de ne pas finir en brochette ! (PV Minh) (FINI)   Jeu 29 Mai 2014 - 19:41

Kaarasu ne fut pas mécontent de voir les rayons de soleil se pointer à l'horizon. Sa première nuit dans le lycée de Seikoku n'avait pas été de tout repos. Mais bon, cette insomnie maladive était devenue plutôt habituelle chez lui donc il n'en fit pas de cas. De coutume, il avait la manie de se promener la nuit, pour passer le temps, mais il s'était dit qu'il se ferait plutôt remarquer (et pas néccéssairement d'une bonne façon) s'il se mettait a déambuler dans les couloirs, en pleine nuit tel un revenant. Cependant l'idée demeurait séduisante.

Il se leva donc, un peu inconfortable (comme après chaque nuit passée a ne pas dormir) et parti prendre une douche, histoire de se remettre d'aplomb. Le puissant jet d'eau eu tôt fait de le rendre aussi alerte que s'il était parfaitement reposé. Il s'habilla ensuite comme à son habitude, de façon sobre & élégante. Il enfila un t-shirt bleu sombre, un jeans noir & une veste de la même couleur dont le design rappelait très vaguement la noblesse victorienne. Passant ensuite une main dans ses cheveux en bataille histoire d' "équilibrer" le désordre, il se jugea fin prêt. Son apparence physique était pour lui, quelque chose d'assez secondaire. Il savait bien qu'il n'était pas le genre de garçon faisant tourner toutes les têtes a son entrée dans une pièce, mais ça lui convenait bien comme ça. Il n'aimait pas trop attirer l'attention. Et puis, il savait bien que, sans être irrésistible, il était tout de même relativement mignon, ce qui était juste parfait. Il s'offrit un léger sourire dans le miroir.

Mais la glace déforma lentement son reflet. Ses yeux devinrent vides, morts, injectés de sang. Des chaines rouillées s'enroulèrent autour de ses chevilles, poignets & gorge. Des éclaboussures sanglantes lui couvrirent les mains, sa peau vira presque au gris et un rictus inhumain déchira son visage.

Le jeune homme ne fut nullement surpris par cette affreuse image de lui. Il avait l'habitude. Son pouvoir d'illusion était certes, très utile & pratiquement imparable, mais il devait également en payer le prix. Il avait été, de façon irréversible, enfermé dans son rêve. La frontière entre la réalité et l'imaginaire devenait de plus en plus floue à mesure qu'il créait ses illusions. Ce reflet, ce n'était que son âme rongée par les ténèbres, une façon comme une autre de lui rappeler qu'il était éternellement enchaîné a ce rêve.

Avec un subtil ricanement sardonique, il secoua la tête et releva les yeux sur son refltet, de nouveau normal. Il sourit et quitta sa chambre.

Il voulait sortir mais ne put s'empêcher de s'arrêter, l'espace d'un instant, devant la porte de Yuuzan, le sous-chef des Mikari dont il ne savait pratiquement rien. Il était très impatient de faire la connaissance du mystérieux jeune homme, ainsi que de voir comment il pourrait le disposer sur son échiquier, mais il se dit que cette rencontre devrait attendre. Un rire s'empara de lui alors qu'il s'imaginait débarquer dans la chambre du sous-chef à cette heure. Le brun était, certes téméraire, mais pas a ce point. Il haussa les épaules et quitta le dortoir.

Considérant l'heure très matinale, les corridors étaient déserts. Le Mikari en profita pour invoquer Wisely, avec lequel il n'avait pas pu discuter depuis déjà plusieurs heures. Le corbeau se mit a voler près des hauts plafonds des couloirs, déchirant le silence par ses bruissements d'ailes.

N'aimant pas vraiment ce calme trop plat, le jeune homme se mit a chantonner doucement, se sentant impatient de faire la connaissance de ses ennemis potentiels.

"I invite you to a world where there is no such thing as time
And every creature lends themselves to change your state of mind
And the girl that chased the rabbit, drank the wine & took the pill
Has locked herself in limbo to see how it truly feels..."


Il était particulièrement de bonne humeur. Sa première journée dans l'établissement de Seikoku n'aurait pas pu se passer mieux. Il avait déjà un pouvoir considérable sur le plus nombreux des clans et son adorable chef lui laissait faire pratiquement tout ce qu'il voulait ! C'était une situation des plus amusantes.

Il brûlait d'envie de rencontrer les autres clans.

L'ennui commençait a se faire ressentir lorsqu'il passa devant de grandes fenêtres donnant vue sur les jardins de l'école. La neige ne tombait plus, mais une fine couche de givre recouvrait tout, à l'extérieur. En quête de fraîcheur, Kaarasu ouvrit tranquillement l'une de ces fenêtres et sauta à l'extérieur, laissant son volatile explorer a sa guise ce nouvel environnement. Il n'y avait personne dans les jardins, mais c'était prévisible.

Le brun sauta sur une branche, dans le premier arbre qu'il vit, et s'adossa au tronc, sous le lever du soleil. Il s'étira & s'emplit les poumons d'air frais.

- Regarde Wisely, une autre journée qui s'annonce cruellement drôle ! Déclara-t-il joyeusement a son corbeau qui venait de se percher près de lui.

Au loin, le soleil, en grosse boule rouge et sanglante, se levait sur le lycée.






~~~~






Minh s'étira longuement, encore dans les vapes. Il jeta un œil face au réveil, qui indiquait quelque chose de bien trop tôt pour se réveiller. Mais il ne se sentait pas réellement fatigué, alors il se leva finalement, et regarda par sa fenêtre. Le soleil allait bientôt se lever, et l'idée de faire un tour dans le y èé encore sombre lui titilla l'esprit. Il n'aimait pas vraiment le monde, alors ces horaires la étaient parfaites pour lui. Gilbird apparu sur sa tête comme a son habitude, mais lui décida de terminer sa nuit. Minh termina de se préparer, et sortir dehors, fringuant et de bonne humeur cette fois la. Bon, il faisait un peu froid, effectivement, mais il n'avait pas trop froid sous son énorme manteau emmitouflé et rembourré. 

Avant de sortir il regarda sa boîte au lettre ; un colis, avec une lettre écrite de la main d'une personne qu'il reconnaîtrait entre mille. Huê.

«Ha, une bonne nouvelle. Je le demande bien ce que peux m'envoyer ma sœur, pas toi Gilbird ? 
-ZZZzzzZZZzzzzz...
-Je vois...»

Il ne prit pas le temps de se découvrir, et s'arrêta dans le salon pour découvrir ce qu'on pouvait bien lui offrir. Il lis d'abord la lettre, qui ne contenait qu'une unique phrase "Après avoir vu la dernière photo que tu nous a envoyée, on s'est dit que ce truc serait super utile. Bisous de tout le monde." . Il haussa un sourcil, mais ne tiqua pas tout de suite, occupé à déballer la boîte qui était bigrement bien emballée. Ce qu'il vit le stupéfia. 
C'était...
Une brosse. 

«... Tssss... »

Il soupira longuement avant de remettre la brosse dans sa chambre. Il avait oublié ce côté taquin de ses sœurs et frères. Mais il était de bonne humeur. Oui. De b-o-n-n-e h-u-m-e-u-r. Voilà. Donc il répondra plus tard. 

Il ressortit dehors, appréciant la fraîcheur du matin, et de ce temps sec et sans vent. Bon, il aurait apprécié un temps d'été ou de printemps, mais ce n'était pas mal non plus quand même. Gilbird termina de s'étirer, lové au creux de ses cheveux, et Minh le caressa. Sérieusement, ce Piaf avait beau être insupportable, il était terriblement mignon. Surtout quand il dort. 

Minh longea le lycee, se baladant un peu partout, profitant du calme. Ha, du calme. Il n'y avait vraiment que le matin comme période de la journée ou l'on pouvait vraiment profiter du silence. La journée était rythmée par les allées et venues des eleves, et la soirée par les oiseaux de nuit. Mais les gens matinaux étaient beaucoup plus rares. Voir inexistants. 

Il sifflota rapidement un air de musique, emporté par cet volupté matinale. Mh, vraiment c'était une bonne journée. Ses pas le dirigèrent vers les jardins, ou les rosiers étaient sous leurs manteaux, et les autres dormaient en attendant le printemps. Quelle agréable journée, vraiment... On, personne ne pourrait troubler cette matinée qui avait si bien commencée... Non... ... 

Son sourire s'affaissa un peu lorsqu'il croisa une autre personne dans les jardins. Dans un arbre. Encore un original, ça ne manquait pas dans ce lycée de toute façon. Il s'approcha de l'arbre, tout de même curieux, mais n'osa pas prendre la parole...

Le genialissime Gilbird s'en occupa a sa place. 

Il sauta de la tête de son invoqueur, et prit la taille d'une grosse oie, avant de prendre son envol (difficilement) vers le corbeau, car il voulait faire connaissance. Minh plongea son visage dans ses mains, consterné, avant de dire :

«Oh, Gilbird, laisse le tranquille tu veux. -il regarda l'homme sur la branche- désolé pour le dérangement. Cet oiseau est stupide 
-Cui. 
- Si. »







~~~~






Le lever du soleil n'était pas quelque chose que Kaarasu aimait vraiment. Il préférait nettement voir cette grosse boule de feu sombrer dans les ténèbres (chaque soir) que de la voir en émerger. En fait, c'était surtout qu'il adorait le crépuscule. Le moment de la journée ou les ombres dominaient tout, s'étiraient, se tordaient, se chevauchaient... jusqu'à ce qu'elles laissent place a la nuit. La nuit, le moment ou ses illusions pouvaient prendre d'incroyables proportions, son moment favori, en somme. Mais le matin... Le matin toutes les ombres rétrécissaient jusqu'à disparaître complètement, vers midi, lorsque le soleil atteignait son zénith. 

Enfin bref, il n'aimait pas trop le matin. Mais bon, son humeur était légère en cette deuxième journée dans cet établissement, et il se sentait d'attaque pour toutes les surprises qu'elle lui réservait.

- Je me demande si Kota-chin a l'intention de mettre le reste du clan au courant de notre entente...Se questionna-t-il à voix haute, parlant a son fidèle corbeau. 

Idéalement, il espérait que non. Demeurer dans l'anonymat & la discrétion était toujours l'option qu'il préférait. Contrairement au chef Mikari, il n'aimait pas se donner en spectacle, préférant de loin que les autres le fasse pour lui. Tirer les ficelles de tous ces pantins pour créer un théâtre chaotique... Car oui, il avait bien l'intention de changer cette école en théâtre, ou chaque acteur contribuerait à sa pièce insensée. 

- C'est bientôt, d'ailleurs, que le rideau devrait tomber... Murmura-t-il avec amusement. Qui sera le premier à entrer en scène ? 

Il s'esclaffa d'un rire moqueur & propre à lui alors que la lumière du matin prenait de l'envergure. 

C'est alors qu'il remarqua une petite forme humaine qui longeait le bâtiment de Seikoku. Tiens, un autre lève-tôt ?

- Regarde Wisely... Souffla le brun avec un sourire espiègle. Serait-ce notre premier acteur ?

Il observa donc curieusement le nouveau venu se faufiler jusque dans les jardins couverts de givre. À mesure qu'il se rapprochait, Kaarasu put l'entendre siffloter un air joyeux. Ça alors, un autre point commun. 

Lorsque l'étranger fut assez près pour le voir, le Mikari détourna le regard, faisant mine qu'il n'avait pas du tout remarqué sa présence. Il était intrigué de voir s'il viendrait lui parler de lui même, ou s'il dressait un portrait trop détraqué pour qu'on ose s'approcher de lui. 

Mais ce ne fut pas le garçon qui l'aborda. 

En effet, une espèce de poussin de la taille d'une oie venait de voler (sautiller difficilement serait peut-être plus juste) jusqu'à la branche ou se trouvait le jeune homme & son corbeau, le faisant sursauter. 

- Oh, Gilbird, laisse-le tranquille tu veux. Gémit le nouveau venu, visiblement gêné. Désolé pour le dérangement, cet oiseau est stupide. 

Un piaillement offusqué lui répondit, mais l'inconnu ne flancha pas. 

L'oiseau bizarre était maintenant sur la même branche que Wisely, et il semblait très enclin à... disons établir des rapports amicaux entre volatiles. Le corbeau lui lança un regard assassin (autant que ses petits yeux perçant le lui permettaient) et lui prodigua un agressif coup de bec avant de s'envoler sur l'épaule de son maître. Kaarasu soupira.

- D'où l'expression "cervelle d'oiseau" Commenta-t-il sèchement. 

Il secoua la tête et reporta son attention sur le propriétaire de cet étrange animal. C'était un jeune garçon (un peu plus jeune que lui, semblait-il) pas très grand ni très costaud, à la peau mate & aux cheveux sombres. Il semblait, somme toute, plutôt banal. 

Une fois n'était pas coutume, le Mikari décida de se présenter en bonne & due forme. 

- Je m'appelle Kaarasu Takami. Dit-il en balançant distraitement ses jambes dans le vide. À qui ai-je l'honneur ?

Il fit un sourire enfantin & malicieux à son vis-à-vis, ne voulant pas semer la méfiance dès le début. Ce serait, assurément moins drôle.







~~~~






Le corbeau n’entendit pas vraiment l’appel à l’amitié que piaillait Gilbird, et après lui avoir lancé un regard noir de haine –enfin, toute la haine que pouvait lancer ses petits yeux- lui asséna un coup de bec cruel avant de s’envoler sur l’épaule de son maître, apparemment, qui soupira. 

D'où l'expression "cervelle d'oiseau" Commenta-t-il sèchement. 

Merci bien, Minh en était la victime chaque jour. Il ne reconnaissait pas la tête de l’homme qui était en face de lui, surement ‘un des nombreux nouveaux qui venaient dans le lycée, Minh en croisait chaque jour. Mais pas des si matinaux, alors il le portait en considération tout de même. Il leva la tête pour mieux voir son interlocuteur, un simple possesseur de cheveux brun et d’yeux ... Rouges. Lentilles ? Véritable apparence ? Ce lycée ne possédait pas de gens avec une tête normale ? 

« Je m'appelle Kaarasu Takami. Dit-il en balançant distraitement ses jambes dans le vide. À qui ai-je l'honneur ? »

Minh avait appris à se méfier des gens qui lui souriaient sans aucune raison. C’était toujours louche. Toujours. Mais il décida de se présenter aussi, histoire de ne pas créer d’embrouille dès le matin. Parce qu’il était de bonne humeur, oui, oui. 

« Je suis Minh, Minh Lê. Je ne suis pas le seul matinal, à ce que je vois. »

Il se frotta les cheveux, encore un peu ensommeillé. Gilbird était vexé, et quand il revint sur la tête de Minh, il gonfla ses plumes en signe de : « Je me vengerai ». Il lui somma intérieurement de ne rien faire, mais Gilbird avait déjà prit son envol. Et sauta sur le corbeau, en prenant une taille démesurément grande. 

Cet oiseau était stupide, il avait un poix-chiche à la place de la cervelle ? Il le tira par la queue, et Gilbird qui ne pouvait plus avancer, fut attiré vers la tête de Minh comme si on tirait un élastique. Ce ne fut qu’au dernier moment qu’il claqua des doigts pour le faire disparaître. A deux doigts de mourir sous un poussin géant. Quelle mort stupide. 


« Il ne vaudrait mieux pas confronter nos deux oiseaux un petit moment, je pense... »

Bientôt aurait lieux la réunion des clans, et il s’en fichait complètement. Il soupira lui aussi. Le soleil terminait de se lever indéfiniment, et Minh décida lui aussi de grimper dans l’arbre pour mieux le voir se lever, se demandant un instant s’il le dérangeait, puis en fait non, il s’en fichait. Et puis parler à quelqu’un qui était au dessus de soi était très déplaisant, Minh préférait parler en face des gens. Heureusement que l’arbre était solide. 

« Dans ces cas là, je suppose qu’il faut trouver un sujet de conversation. –Il secoua la tête en soupirant- Qu’est-ce qui t’as motivé à pointer le nez à cette heure là ? »







~~~~






- Je m'appelle Kaarasu Takami. À qui ai-je l'honneur ?

Il regardait le jeune garçon un peu comme s'il s'agissait d'un numéro de cirque et non d'un "camarade de classe", mais bon il ne semblait pas trop avoir remarqué & se contenta de répondre ;

- Je suis Minh. Minh Lê. Je ne suis pas le seul matinal à ce que je vois. 

Oh ? Était-il déçu ? Qu'est-ce qu'un jeune homme comme lui pouvait bien avoir a faire, dans les jardins de si bonne heure, qui nécessitait une absolue solitude ? Kaarasu sourit soudain avec une curiosité non-feinte. Les gens qui avaient quelque chose à cacher étaient ses favoris... 

Cependant, un détail le fit tilter. Minh Lê, hm ? N'était-ce pas le nom du chef des Haiko ? Kaarasu reconsidéra le garçon avec une légère confusion. Le chef du clan du feu..? Ce petit ? Il aurait pu en rire. S'étant toujours imaginé le clan Haiko comme l'un des plus redoutables & leur chef comme une espèce de colosse invincible, il fut plutôt déstabilisé. Ce "Minh" n'avait, à première vue, rien de bien méchant. 

Justement, son invocation ayant décidé de tenter une revanche contre Wisely vint appuyer ses pensées. Le volatile (qui était apparemment très stupide) venait de prendre une taille assez impressionnante, et il s'élançait vers l'arbre avec toute la détermination dont il pouvait faire preuve. Alors que son maître tentait désespérément de le retenir, il eut la brillante idée (peut-être un peu tard, mais bon il a le point pour l'effort) de faire le faire disparaitre. 

- Il ne vaudrait mieux pas confronter nos deux oiseaux un petit moment, je pense... Fit-il remarquer.

Le Mikari eut un bref éclat de rire sarcastique en signe d'approbation, alors que son corbeau, toujours perché sur son épaule, émit un son hautain & presque arrogant. Kaarasu lui sourit & le caressa tendrement. Cet animal était si haineux & malveillant qu'il était impossible de ne pas l'aimer... 

Sans demander l'avis de quiconque, le présumé chef des Haiko sauta soudainement dans l'arbre & vint s'installer près de son aîné. Sans doute avait-il envie d'observer le lever du soleil auprès d'un parfait inconnu... Chacun son truc, après tout. Kaarasu ne fit aucun commentaire et le laissa s'installer. En vérité, il était plutôt intrigué par ce jeune garçon & était impatient de voir ou mènerait cet échange. 

- Dans ce cas je suppose qu'il faut trouver un sujet de conversation... Soupira-t-il comme s'il s'agissait là d'une atroce corvée. Qu'est-ce qui t'as motivé à pointer le nez à cette heure là ? 

Visiblement, il n'aimait pas le silence. 

S'adossant au tronc de l'arbre, le Mikari tenta de choisir quel genre d'attitude il valait mieux adopter envers lui... 

Le soleil était complètement levé désormais, ce qui lui donnait très peu de chances de gagner si jamais il venait à se battre... Mais en même temps, il n'avait pas vraiment envie d'une banale conversation. M'enfin, il se dit que, pour le moment, c'était dans son intérêt de se montrer aimable envers le jeune Haiko. 

- Pour être honnête je dors très peu. Répondit-il finalement en haussant les épaules. 

Les cernes présents en quasi-permanence sous ses yeux en étaient une assez bonne preuve. 

- Mais toi, dis-moi… Tu es bien le chef du clan du feu, n’est-ce pas ? 

Il le regarda un moment, une lueur d’intérêt brillant dans ses pupilles écarlates. Le feu était quelque chose qu’il affectionnait beaucoup, lui rappelant son petit frère si irritable et explosif, celui qu’il aimait tant martyriser. D’ailleurs, ce garçon ressemblait presque à ses frères. Avec ses cheveux décoiffés & ses grands yeux bruns… 

Avec un demi-sourire pour ses cadets qui l’aimaient tant (notez l’ironie), le jeune homme sauta sur une branche voisine, agilement et se mit à marcher dessus en préservant son équilibre précaire. 

- D’ailleurs, si tu es venu ici de si bon matin, c’est que tu espérais être seul, pas vrai ? Qu’étais-tu venu faire, à l’abri des regards ? Lui demanda-t-il sur un ton presque complice.






~~~~





« - Pour être honnête je dors très peu, répondit son interlocuteur en haussant les épaules. » 

Minh remarqua les cernes sous ses yeux et conclu que cela devait-être vrai, en se demandant s’il y avait une raison, ou juste que ses mirettes aimaient regarder le plafond en deçà du cerveau qui préférerait dormir. Et ça c’est pas cool. 

Le soleil était bien levé, et Minh apprécia les rayons réchauffant du soleil sur ses joues, sans qu’il ne soit pour autant aveuglant. Car malgré son pouvoir, qui s’apparentait à la chaleur, le soleil et tous ces trucs là, il préférait rester à l’ombre, et regarder le soleil de loin. S’il devait vivre quelque part, ça serait surement dans une grotte en fait. Avec le wifi. 

Minh jaugea son interlocuteur, qui ne semblait en apparence pas bien méchant. Mais il fallait toujours se méfier des apparences, toujours. La dernière fois qu’il n’avait pas fait attention, avec un membre des Mikari –ils lui donnaient toujours du fil à retordre ces psychopathes-, il était resté au lit 3 jours après empoisonnement par un gâteau qui semblait mignon-tout-plein, avec ses paillettes, ses oiseaux en pâte d’amande... Il y en a qui ne savent pas quoi faire de leur vie sérieusement. Du coup, il ne savait pas vraiment à qui s’en tenir. Peut être était-ce un membre des Kurasu. Ou pas. 


« - Mais toi, dis-moi… Tu es bien le chef du clan du feu, n’est-ce pas ? »

Si lui le reconnaissait, Minh n’avait aucune idée de qui Kaarasu pouvait bien être. Bon, peut être que le fait d’être chef aidait surement, même si ça l’embarrassait quelque peu, car avec sa mémoire qui n’était pas mauvaise, il se souvenait des têtes qui peuplaient le lycée. Et se faire une idée de ce mec bizarre, entre autre. L’autre le regardait avec un intérêt plutôt palpable et Minh fut un peu gêné d’être ainsi le centre d’attention, faisant souvent en sorte de ne pas se faire remarquer ; sa devise était « Vivons mieux, vivons caché », et même si la présence des autres ne le dérangeait pas outre-mesure, ne pas entendre leurs piaillements (déjà yavait Gilbird) était tout de même beaucoup mieux. 

Minh se remémora la fois où son ancien chef s’était fait remarqué en demandant un duel avec le chef des Kaminari... C’était il y a assez longtemps maintenant, mais même s’il aimait bien son prédécesseur, cette manière de se montrer ne lui correspondait pas vraiment. Le feu, ça avait beau faire des étincelles, Minh c’est pas vraiment ce qui le préoccupait. 

Kaarasu fit une sorte de sourire bizarre que Minh ne releva pas –de toute faon, tout ce qui était bizarre ici devenait automatiquement normal par une force mystérieuse de la nature-, et sauta sur une branche voisine de celle-ci, plutôt agilement, à –vrai dire, et fit son suicidaire en marchant dessus sous les yeux mi-médusé-mi-blasé de Minh qui ne savait pas vraiment réagir en une telle situation.

« - D’ailleurs, si tu es venu ici de si bon matin, c’est que tu espérais être seul, pas vrai ? Qu’étais-tu venu faire, à l’abri des regards ? Lui demanda-t-il. »

Le ton semblait peut être complice, mais venant d’un mec bizarre, Minh décida de ne pas y faire attention.

« Oui oui, je suis bien chef du clan du feu, même si c'est pas bien important au final... dit-il en hochant la tête, s’étant tourné vers lui. »

Il marqua un temps en se grattant l’arrière du crâne, en se demandant s’il était sorti pour faire reellement quelque chose au départ, ou seulement errer comme il en avait l’habitude. Il tentan une touche d’humour, puisqu’il fallait qu’il réponde tout de même quelque chose. 


« Et si je suis ici à cette heure là, c’était pour planquer un cadavre... »

Il souri en notifiant qu’il plaisantait toutefois, mais il ne savait pas vraiment comme l’autre allait-il le prendre. Minh n’avait pas vraiment une tête à planquer des cadavres, donc Kaarasu ne se fourvoierait surement pas. 

En fait il était aussi curieux de ce que l’autre pouvait bien faire ici : Errer comme lui ? 


« Et toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Kaa' & sa forte volonté de ne pas finir en brochette ! (PV Minh) (FINI)   Jeu 29 Mai 2014 - 19:43

- D’ailleurs, si tu es venu ici de si bon matin, c’est que tu espérais être seul, pas vrai ? Qu’étais-tu venu faire, à l’abri des regards ? S’enquit le jeune Mikari d’une voix complice.

Minh semblait le trouver de plus en plus étrange, mais il ne s’en souciait pas outre mesure. Il était plutôt rare que les gens le trouvent normal, après tout. Il poursuivit donc sur la branche son petit numéro d’équilibriste, attendant la réponse de son vis-à-vis. 

- Oui oui, je suis bien chef du clan du feu, même si c’est pas bien important au final… 

Kaarasu eut un bref sourire. Il était chef donc ? Quelqu’un d’influant au sein de cette école…

Le jeune homme tenta de se souvenir de ce que lui avait dit Noe au sujet des Haiko, mais il avait de plus en plus de trous de mémoire, ces derniers temps… Il ne fut donc pas en mesure de dire si les clans de la mort & du feu étaient ou non en de bons termes. Bah… Il faudrait bien qu’il se fasse connaître un jour ou l’autre, le jeune chef jugerait alors de lui-même s’il l’aimait bien ou non.

- Et si je suis ici à cette heure là, c’était pour planquer un cadavre… Compléta Minh.

Kaarasu se tourna vers lui et remarqua (à la vue de son sourire) qu’il s’essayait à l’humour ironique. Dommage, le jeune corbeau aurait préféré une information réelle et croustillante.

- Et toi ? S’enquit-il curieux.

Bon, apparemment, ce jeune homme avait envie de faire la conversation. Soit, le Mikari ferait avec, n’ayant pas envie de se retrouver seul face à l’ennui qu’occasionnait le matin. Et puis, en discutant il pourrait sans doute apprendre des choses intéressantes sur certaines personnes ou certains clans. Et pour lui, il n’y avait pas d’informations inutiles. Il regagna donc la branche solide sur laquelle Minh était installé et prit place à ses côtés.

- Et bien, Commença-t-il sur un ton plus joyeux. Pour le cadavre, tu as fais un travail remarquable, je n’aurais rien soupçonné !

Il eut un petit rire, se la jouant aussi sarcastique que son interlocuteur alors qu’il embrassait le paysage du regard. Vraiment… Il se demandait quel genre d’informations il pourrait tirer du petit chef du feu. C’est alors qu’il se rappela que lui aussi lui avait posé une question.

- Si je suis venu ici, c’est parce que je m’ennuyais, tout simplement. Répondit-il plusieurs minutes en retard. 

Et il s’ennuyait toujours. Ce jeune homme n’avait-il pas quelque chose d’intéressant à lui confier ? Une information qu’il, pourrait utiliser à son avantage pour détruire certaines personnes… 

Kaarasu avait toujours été joueur dans l’âme, doublé d’un tricheur invétéré, & il eut donc envie de jouer à un de ses petits jeux avec le jeune chef des Haiko. Cependant, dans l’immédiat il ne voyait pas du tout ce qu’il pourrait lui proposer… M’enfin, place a un peu d’improvisation !

D’une voix calme & songeuse, il lança un anodin ;

- Dis-moi, te considères-tu comme une personne intelligente, Hibana-kun ?

Dans sa langue maternelle (soit, le japonais) « hibana » signifie « étincelle », ce que le corbeau estimait, représentait très bien le jeune brun. Une petite flammèche pas bien menaçante, qui se dressait comme si elle était une éternelle bougie. N’empêche, ce sont avec les étincelles qu’éclatent les plus gros incendies.

Oui… Il lui avait déjà trouvé un surnom. 






~~~~






Kaarasu regagna la branche sur laquelle Minh était resté et s'installa à ses cotés ; l'autre branche l'avait ennuyé ou bien? 

Et bien, Commença-t-il sur un ton plus joyeux. Pour le cadavre, tu as fais un travail remarquable, je n’aurais rien soupçonné !

L'autre était allé dans le sens de la blague pas marrante de Minh, même si le petit rire avait quelque chose de flippant. Serait-ce finalement un bon matin? Ce Kaarasu n'avait rien de spécial à cacher, peut être qu'il était normal sous ces yeux rouges et cet air psychopathe, quoi que curieux. Non. N'importe qui dans ce lycée est un psychopathe en puissance. 

Au final, il ne savait toujours pas dans quel clan il était, ce clampin. ça l'arrangerait vraiment s"il n'était pas Mikari, parce que c'était la branche de desequilibrés mentaux par excelence, et que par experience, valait mieux ne pas s'en approcher. Il avait pas l'air typique bisounours Kurasu, ni niais des Yachiru. 

Minh continua de reflechir... Il arrivait même plus à réflechir à quelque chose d'interressant, il s'ennuyait lui même. Son interlocuteur décida de répondre après plusieurs minutes de flottement pour briser le silence. 

Si je suis venu ici, c’est parce que je m’ennuyais, tout simplement. 

Ah tient, lui aussi? Se lever tôt le matin n'avait pas que des avantages... Minh étant plutôt solitaire, même s'il arrivait à parler normalement aux membres de son clan, il préférait errer là où il n'y avait pas beaucoup de monde. Mais dans les deux cas, il s'ennuyait. Aujourd'hui ne faisait pas tellement exeption. Cette venue fortuite venait peut être un peu egayer son quotidien, mais pas tellement en fait, puisqu'il n'avait rien à lui dire. 

Son interlocuteur s'en chargea une seconde fois, en lançant d'un ton presque anodin. Mais vu sa tête, ça n'avait rien de tellement anodin en fin de comptes. 


Dis-moi, te considères-tu comme une personne intelligente, Hibana-kun ?

Ah, qu'est-ce que l'intelligence finalement, une bien grande question... Eh mais s'était-il fait appelé "Hibana-Kun"? Un surnom au bout de quelques échanges? ça avait l'air d'être du Japonais, mais Minh n'en connaissait pas un traître mot.

"Intelligent? Je ne sais pas. C'est trop vaste comme question, car après tout je ne pense pas qu'on puisse réelement definir l'intelligence. J'ai peut être sauté une classe, mais je ne me sens pas plus intelligent que toi... Elle tient du regard de l'autre, on sera toujours l'imbécile de quelqu'un malgré tout ce qu'on peut faire. C'est un peu fataliste mais bon..."

S'ils partaient sur un discours philosophique sur l'intelligence, le matin allait peut être passer vite, mais ils n'en sortiraient jamais. Au moins, ça devenait un peu plus interressant. 


"Je te retourne la question. Et que signifie "Hibana-kun"? C'est un peu étonnant de surnommer quelqu'un au bout de quelques phrases..."







~~~~






Distraitement, (comme perdu dans ses pensées) Kaarasu s'enquit au près du jeune chef ;

- Dis-moi, te considères-tu comme une personne intelligente, Hibana-kun ?

Le surnom lui était venu presque automatiquement. Mais le Haiko semblait à peine avoir remarqué, visiblement en grande réflexion sur ce qu'il pourrait bien lui fournir comme réponse. Il déclara finalement ;

- Intelligent ? Je ne sais pas. C'est trop vaste comme question, car après tout, je ne pense pas qu'on puisse réellement définir l'intelligence. J'ai peut-être sauté une classe, mais je ne me sens pas plus intelligent que toi... Elle tient du regard de l'autre, on sera toujours l'imbécile de quelqu'un malgré tout ce qu'on peut faire. C'est un peu fataliste, mais bon... 

Voyez-vous ça... Ce gamin qui semblait se foutre de tout avait en réalité toute une façon de raisonner. Kaarasu le trouva nettement plus intérrssant que ce que sa première impression avait pu lui laisser croire. Il sourit alors que son cadet reprit ;

- Je te retournes la question. Et que signifies "Hibana-kun" ? C'est un peu étonnant de surnommer quelqu'un au bout de quelques phrases...
- Étonnant ? J'imagine qu'il y a pire au sein de cette école. Répondit le Mikari avec un léger rire.Enfin, en japonais -qui est ma langue natale- Hibana signifie "étincelle"... Tu peux voir ça comme un compliment ou pas, c'est a toi d'en juger. Les étincelles ne sont pas bien impressionnantes, mais c'est avec elles que se déclanchent les incendies. 

Il était, en réalité, assez surpris par cette requête. Il était bien rare que les gens lui demandent d'expliquer ses surnoms... La plupart du temps, ils se contentaient d'être énervés ou alors l'ignoraient tout simplement. 

- Et puis, pour tout te dire... J'estime seulement que je raisonne à l'inverse de la plupart des gens. Je ne pourrais pas dire que c'est de l'intelligence... 

Il porta son regard vers le lycée qui commençait peu à peu à se réveiller. Au travers des grandes vitres envahies de lumière, il était déjà possible de distinguer quelques étudiants (les plus matinaux) qui commençaient leurs activités de la journée. 

- Tu vois... Reprit Kaarasu jugeant que son explication précédante n'était pas tellement claire. La majorité des gens dirigent leurs pensées en fonction de la loi de la jungle. Manger ou être mangé. Moi, je préfère nettement pousser les uns à dévorer les autres.

Il haussa les épaules comme s'il venait de faire une remarque sur la météo et fut rapidement distrait par un duo d'élèves venant de sortir dans les jardins. Il s'agissait manifestement d'un jeune couple, croyant être seuls, à quelques dizaines de mètres de l'arbre ou se trouvaient les deux jeunes bruns. Mais ce qui attira davantage l'attention du jeune homme fut les réactions de l'environnement à l'approche de ces jeunes gens. Visiblement, ils étaient très jeunes et ne contrôlaient pas encore très bien l'étendue de leurs pouvoirs... Un spectre rouge-orange, très visible, entourait la jeune fille (un peu comme lorsqu'on regarde un trottoir brûlant sous le soleil d'été). C'était une Haiko, ça ne faisait aucun doute. Alors que le garçon qui l'accompagnait provoquait de légères bourrasques de vent à chacun de ses pas. Un Suzuka, donc. Intéressant, considérant le fait que ce soit deux clans ennemis et que l'un de leurs chef se trouvait justement là. Comme le hasard fait bien les choses, parfois. Le hasard... oui, bien sur.

- Regarde, Hibana-kun. Souffla-t-il avec un ricanement méprisant. Les membres de ton clan fricotent avec l'ennemi... C'est le genre de chose qu'il vaut mieux éviter, à ce qu'on dit. 

Une petite idée tordue venait de germer dans son esprit, et il comptait bien s'en servir pour se désennuyer. 

- M'enfin, ça laisse place a un peu de distraction, qu'en dis-tu ? Tu crois que tu pourrais blesser le Suzuka sans que la Haiko ne soupçonne rien ? 

Kaarasu était persuadé que Minh serait capable d'une telle prouesse. Après tout, il était un chef (ce qui n'était tout de même pas négligeable) et paraissait assez vif d'esprit. Cependant, il restait à voir s'il allait accepter de participer aux jeux malsains du Mikari. Ce dernier d'ailleurs, était très curieux de voir ce que le jeune chef lui répondrait. Il ajouta simplement, histoire de lui donner un peu plus de motivation ;

- Si tu y arrives, je te promet de te laisser me poser toutes les questions que tu veux sur le clan Mikari, dont je fais partis...

C'était une chance à ne pas manquer.







~~~~






- Étonnant ? J'imagine qu'il y a pire au sein de cette école. Répondit le Mikari avec un léger rire. Enfin, en japonais -qui est ma langue natale- Hibana signifie "étincelle"... Tu peux voir ça comme un compliment ou pas, c'est à toi d'en juger. Les étincelles ne sont pas bien impressionnantes, mais c'est avec elles que se déclenchent les incendies. 

Il n’était donc pas vraiment impressionnant ? Vraiment... C’est tout ce qu’il demandait au final. Comme ça on ne viendrait pas l’embêter, il serait tranquille. L’éclat de ceux qui voulaient se faire voir du monde n’était pas le sien, le raisonnement de son interlocuteur avait du bon ; et puis il pouvait faire mal quand il le voulait. Enfin, ça, il le supposait, puisqu’il ne voulait pas vraiment faire de mal aux gens, -sauf si on le cherche, et alors là, il pouvait soufrir- juste qu’on puisse le laisser dans son coin. 

- Et puis, pour tout te dire... J'estime seulement que je raisonne à l'inverse de la plupart des gens. Je ne pourrais pas dire que c'est de l'intelligence... 


Raisonner à l’envers ? Ben tient. Différemment oui. Minh leva un sourcil en attendant la suite. 

- Tu vois... Reprit Kaarasu jugeant que son explication précédente n'était pas tellement claire. La majorité des gens dirigent leurs pensées en fonction de la loi de la jungle. Manger ou être mangé. Moi, je préfère nettement pousser les uns à dévorer les autres.

Lui préférait nettement plus les regarder se bouffer entre eux tout seuls comme des grands. Ils n’avaient pas besoin de Minh pour se bagarrer, cela faisait parti de l’espèce humaine. Kaarasu haussa les épaules, presque désintéressé de sa propre remarque, et tourna la tête vers deux élèves qui s’apprêtaient à sortir des jardins. Deux élèves avec un air idiot collé au visage, ne remarquant même pas qu’ils ne maitrisaient pas leurs pouvoirs et qu’ils étaient grillés alors qu’ils étaient à 10 mètres d’eux. La fille, que Minh croisait quelques fois, brulait d’une chaleur étouffante ce qui l’entourait, et le garçon soufflait les feuilles qui se promenaient à chacun de ses pas. Une Haiko, un Suzuka donc. Il ne les avait donc pas assez formalisés sur la bêtise des Suzuka ? Sur la manière dont les Haiko avaient été persécutés durant des années, avant la venue de l’ancien chef ? Sur la mort d’une ancienne chef à cause de l’ancien chef Suzuka ? Sur ces imbéciles ? Minh avait eu beau faire le tour du clan Suzuka, il n’avait trouvé personne d’être digne d’être humain. Il ne pouvait pas s’en empêcher, il les détestait, tous. Stupides, ignorants. Il détestait leur chef, aussi, encore plus stupide que ce tas de moutons bêlants. 

- Regarde, Hibana-kun. Souffla-t-il avec un ricanement méprisant. Les membres de ton clan fricotent avec l'ennemi... C'est le genre de chose qu'il vaut mieux éviter, à ce qu'on dit. 

Effectivement. 

- M'enfin, ça laisse place a un peu de distraction, qu'en dis-tu ? Tu crois que tu pourrais blesser le Suzuka sans que la Haiko ne soupçonne rien ? Si tu y arrives, je te promets de te laisser me poser toutes les questions que tu veux sur le clan Mikari, dont je fais partis...

Il ne se posait pas énormément de questions sur ce clan, même s’il ne l’aimait pas vraiment non plus. La plupart des membres avaient une sérieuse tendance à jouer avec tout ce qui avait un tant soi peu de conscience et s’amuser jusqu'à s’en désintéresser. La mentalité d’enfants cruels... D’ailleurs, il en faisait parti, lui aussi. Intéressant. 

Minh prépara mentalement une série de question (série bien maigre car il n’avait pas grand-chose à poser), et accepta en empoignant la main de son interlocuteur tout en le regardant dans le blanc des yeux. 


« C’est d’accord. Même si je n’ai pas grand-chose à voir du coté Mikari, pour l’instant. »

Il recentra son regard vers les deux tourtereaux. Bon. Un plan. Minh les fixa encore une ou deux minutes, avant de se concentrer sur les tâches à faire. Surtout, être discret. Cela allait être facile puisque lui contrôlait ses pouvoirs correctement, et pas eux. Un truc simple, rapide, efficace. Il toisa sa montre : 7h59. Parfait. Il commença alors à bruler le creux des mains du suzuka, tout en lui enlevant la sensation de chaleur, profitant du temps de réaction de l’épiderme et des terminaisons nerveuses. Il attendait la sonnerie de 8h, sonnerie qui les séparerait, et à ce moment là il aurait gagné ce pari. Risqué certes. 
7h59 et 58 secondes... 59...
Il vit une lueur de désarroi dans les yeux du Suzuka, mais la sonnerie ne lui laissa pas le temps de parler plus ; la Haiko parti en courant, ayant les premières horaires du matin. Et ça, Minh le savait ; il connaissait la plupart des horaires Haikonois. La fille fit un léger geste de la main tout en s’enfuyant, laissant un Suzuka désemparé, et avec la main pleine de cloques qui poussaient. Il fixa ensuite Kaarasu, et pencha la tête légèrement sur le coté. 


« Qu’en penses-tu ? »

Il fit apparaître quelques flammes autour du Suzuka, l’invitant fortement à s’enfuir, et continua. 

« Tu sais, je n’ai pas besoin de savoir quelque chose sur les Mikaris pour l’instant, ils ne me posent pas tellement de problème. A l’avenir j’aurai peut être l’envie d’en savoir plus, qui sait. Merci de ta compagnie. »

Il serra la main de Kaarasu, et sauta de sa branche, repartant vers une autre partie du jardin, laissant seul Kaarasu. Cette matinée avait plutôt bien commencée, finalement. 







~~~~






- M’enfin, ça laisse place à un peu de distraction, qu’en dis-tu ? Tu crois que tu pourrais blesser le Suzuka sans que la Haiko ne soupçonne rien ?

 Le jeune corbeau ne cherchait par là qu’à pimenter un peu sa rencontre avec la chef du feu. Car, jusqu’à maintenant, il s’ennuyait ferme en sa compagnie. Et puis, c’était plutôt dans sa nature de lancer sans arrêt des défis aux gens. De leur proposer des jeux, des paris, c’était presque une obsession. 
 
- Si tu y arrives, je te promets de te laisser me poser toutes les questions que tu veux sur le clan Mikari, dont je fais partis…
 
 Naturellement, tout bon marché possède sa contrepartie. 
 
- C’est d’accord. Accepta Minh en lui serrant la main. Même si je n’ai pas grand-chose à voir du côté Mikari, pour l’instant.
 
  Kaarasu esquissa un sourire. Alors le petit chef Haiko était du genre compétitif, lui aussi ? C’était une information à retenir. Il l’observa avec une curiosité non dissimulée alors que ce dernier semblait en grande concentration. Le jeune Mikari eu un sourire amusé, intrigué de voir ce que l’autre allait dénicher. 
 
 Minh regardait sa montre avec insistance alors que Kaarasu tentait de faire le lien entre les secondes qui défilaient et le jeune Suzuka qui n’avait, à première vue, aucune réaction notable. Puis, à 8h00 pile, la cloche annonçant le début des cours du matin résonna, faisant rapidement déguerpir la jeune fille du feu. C’est avec beaucoup d’effroi au fond des yeux que le garçon découvrit ses mains, violemment ravagées de brûlures. Un sourire sadique apparut aux lèvres du brun. Astucieux… 
 
- Qu’en penses-tu ? S’enquit alors le jeune vietnamien, fier de son coup. 
 
 Au même moment, les arbustes entourant le jeune homme s’enflammèrent, le faisant prendre ses jambes à son cou. 
 
- Tu sais, je n’ai pas besoin de savoir quelque chose sur les Mikari pour l’instant, ils ne me posent pas tellement de problèmes.  À l’avenir, j’aurai peut-être envie d’en savoir plus, qui sait ? Merci de ta compagnie. 
 
  Sur ce, il serra la main du corbeau et ne lui laissant même pas le temps de le saluer à son tour, il sauta de la branche et disparut à travers les jardins, dans la direction opposée. 
 
 Kaarasu le suivit des yeux jusqu’à ce qu’il ne puisse plus le voir, une lueur d’amusement dansant au fond de ses iris écarlates.  Mais quel curieux personnage, celui là… Le Mikari haussa les épaules & sauta de la branche à son tour, espérant bien rencontrer d’autres personnes aussi intéressantes que le petit chef Haiko. 
 
 Lorsque ses pieds touchèrent le sol, il se laissa glisser le long du tronc de l’arbre et s’y adossa, assis sur l’herbe. Un demi-sourire sadique apparut sur ses lèvres alors que (après s’être assuré qu’il n’y avait plus personne aux alentours) il murmura ;
 
- Et bien… Ni vu, ni connu… pas vrai, mes chéris ?
 
 Sur ce, les deux jeunes élèves qui avaient constitués le petit « jeu » de Kaarasu sortirent de derrières les arbres, chacun arrivant de la direction ou il s’était enfuit. Ils étaient en tout points identiques à l’exception de leurs yeux qui n’étaient maintenant que de grands trous noirs, comme des plaies béantes.  Pour la jeune fille, il s’agissait bien d’une réplique exacte d’une jeune Haiko, tandis que le garçon… Oh, celui là, il l’avait totalement inventé. Peut-être Minh se poserait-il certaines questions en ne recroisant plus jamais ce mystérieux jeune homme… Mais Kaarasu se doutait bien que le chef du feu n’en avait pas grand-chose à faire. 
 
 Oui bon, s’il n’avait pas mis un peu du sien, sa rencontre avec le chef du feu aurait été plus qu’ennuyeuse.  Cependant, il avait été agréablement surpris de voir que même Minh Lê ne distinguait pas une illusion de l’un de ses membres. Il devait s’être considérablement amélioré dans son pouvoir. 
 
 Doucement, le jeune homme s’approcha de ses illusions et les effleura très délicatement. A son contact, ceux-ci se mirent littéralement à se liquéfier, se répandant au sol dans un informe liquide qui devenait flou & finissait par disparaître.
 
- Bientôt, oui… Chuchota-t-il pour lui-même, au bord du fou rire. Bientôt… Ils seront tous aussi cinglés que nous. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kaa' & sa forte volonté de ne pas finir en brochette ! (PV Minh) (FINI)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aire d'entraînement de la Volonté
» Parfois, la douleur est si forte qu'on finit par la laisser gagner. [Poulpe d'♥/Night/Perroquet]
» Test de volonté !
» E. Haki, Volonté du D. & Ponéglyphes
» Mission C : Buffet à Volonté ! (Pv; Seki Ryûsai)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: RP :: Lycée :: Jardins-
Sauter vers: