AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Songe d'une nuit d'été (PV Rose)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hellroy Jadziah
Power Hungry Fool | Grand flan mou
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Songe d'une nuit d'été (PV Rose)    Mar 6 Mai 2014 - 3:08

La mer. Tant d'adolescents venaient y vivre toutes sortes d'émotions, principalement l'été. Le frisson d'un premier baiser, des tests de courage, tard la nuit à chercher des fantômes, des sorties entre amis... Oui, définitivement la plage était un lieu culte pour chaque jeune respectant un tant soit peu les conventions. La saison chaude arrivait et la longue étendue de sable était bondé, dès que les élèves de Seikoku étaient libérés de leurs classes (enfin... pour le peu d'entre eux qui y participaient.).

Ce soir, un vent chaud soufflait, soulevant le sable, le faisant danser dans les airs. Dans le ciel, la pleine lune brillait de toutes ses forces, donnant un aspect mythique à la plage de l'ile. Il n'aurait pas été étonnant de voir apparaitre quelconques créatures surnaturelles, tant l'ambiance paraissait irréelle. Étonnement, aucun étudiant ne flânait, laissant seul le bruit régulier des vagues venir troubler le silence.

Une odeur d'humidité flottait dans l'air ~ Le parfum était enivrant et rendait nostalgique tous ceux encore debout pour l'apprécier : il rappelait l'enfance, les agréables festivals et les longues nuits à admirer des centaines de myriades d'étoiles. Il était impossible de ne pas sourire en la respirant et, pourtant, elle serrait le cœur, puisqu'on savait qu'il était impossible de revivre ses moments et que, le temps ne s'arrête jamais : Suivant son cours avec la précision de Chronos.
Quelques notes d'un shamisen s'élevèrent, s'accordant bien avec le silence de la nuit. La mélodie transparaissait une longue gamme d'émotions, mais la majorité se seraient entendus de dire qu'elle était infiniment douloureuse à entendre. Elle semblait compressait le coeur, nous envahissait de remords et ce, sans même que l'on ait réalisé quoi que ce soit de mauvais.

Ses longs cheveux ébène suivant le court du vent, ses doigts fins et pâles caressant les cordes de l'instrument, la bouche légèrement entrouverte, son regard ambré perdu dans l'horizon, on aurait juré qu'HellRoy Jadziah, à cet exact moment, n'était pas réellement humain. Être d'une autre époque venu pour rappeler aux mortels l'amertume de la vie. Chaque nouveau son déchirait l'âme, et pourtant, il ne serait pas venu à l'idée de personne de lui dire de cesser l'œuvre. Aucun public l'assistant, le Kurasu jouait pour les songes, pour les esprits ne trouvant pas le repos, pour lui-même, secrètement.

L'éphèbe savait que la fin approchait, il pouvait le sentir dans chacun de ses membres et cela l'affligeait davantage que n'importe quoi d'autre, le blessait encore plus que la lame affilée d'une épée. Il allait... Il devait tuer un homme. Même s'il haïssait Kaarasu Takami, que son simple nom réveillait en lui une colère sans égale, le chinois savait que quelque chose se casserait lorsque le Mikari fermerait les yeux pour une dernière fois.

Il soupira et posa la petite guitare à ses côtés. L'horrible singe avait pourtant fait du mal à Johanna... Pourquoi n'arrivait-il pas à se faire à l'idée? Son décès mettrait fin à probablement beaucoup de problèmes... non? Le Jadziah secoua la tête : Non. Ce n'était pas ça et il le savait très bien. Impossible de mentir à soi-même.



Le soigneur était déjà mort. Il se nourrissait de sang fréquemment, appréciait le gout métallique du fluide contre sa langue, ne se souciait même plus du plasma qui coulait sur son menton. Et il SAVAIT. Il savait que ce n'était pas saint et s'en voulait de rester aux côtés de sa douce sirène malgré l'horreur qu'il était devenu. IL SAVAIT. S'il tuait Kaarasu, et il était conscient qu'il allait le faire... Le génie avait peur de n'avoir plus rien d'humain.

HellRoy se redressa, fit glisser lentement son kimono de soie cramoisi sur ses épaules solides et plongea dans l'eau, sa froideur envahissant rapidement son corps en entier. Il resta longuement sous sa surface, laissant le liquide boucher ses oreilles, envahir ses sens, le rendant sourd, muet et aveugle.

Qu'allait devenir Johanna s'il mourrait sous les coups du corbeau?

...

Non. Qu'allait-il devenir si elle venait à disparaitre? La demoiselle était bien plus solide que lui, malgré les apparences. Forcément, elle saurait se remettre de son décès... Lui n'était qu'un être vil et égoïste ~ Il ne souhaitait pas sa sécurité pour son bonheur, mais pour le sien. Tel un imposant et immonde dragon, il avait trouvé un trésor plus brillant que tout et refusait de le voir partir.

Il s'écœurait... S'il n'était pas si peureux, il accepterait probablement d'être happé par les vagues, laissant son corps sans vie se joncher sur les plages d'une autre compté lointaine.
Au bout d'un moment, il sentit un tiraillement au niveau de sa poitrine et dut sortir de l'eau, prenant une grosse goulée d'air qui lui brûla la gorge. L'éphèbe se laissa ramener lentement par le courant, jusqu'à ce qu'il s'échoue sur la plage, sa longue chevelure sombre collant contre son corps puissant, ses paupières closes, ignorant tout bruit extérieur à sa respiration saccadée. Sa poitrine se levait frénétiquement et, d'entre ses lèvres fines, s'échappait un léger bruit rauque. Il resta longuement ainsi, jusqu'à ce que les battements effrénés de son cœur se calment.

Alors et, seulement lorsqu'il fut revenu à son état normal, le Jadziah se leva. La clarté laiteuse de la lune faisant briller sa peau et ses yeux, il jeta un regard autour de lui. Plus loin, une jeune femme le toisait, son charme d'un éclat spectaculaire étant remarquable même dans la noirceur de la nuit. Il se sentit attirer par la brunette d'une passion totalement platonique, comme si seulement elle, ce soir, pouvait apaiser les peurs régnant dans son cœur que trop croyait glacer.
Le Kurasu s'approcha et s'arrêta seulement à quelques pas de l'inconnue, la fixant à son tour, laissant le silence régné pendant de longues minutes. Une harmonie majestueuse semblait s'échappé de leur corps, comme s'ils étaient tous deux sortis d'un roman d'histoires nébuleuses et fantastiques.

Ce fut seulement après une douce attente que le génie avança, de sa voix aux intonations si délicieusement rauques et graves :

-Vous êtes mademoiselle Nihrai, n’est-ce pas?...

Il marqua une courte pause et ajouta :

-Je suis enchanté de faire la connaissance de la respectable chef Tochi.

~ ~ ~ ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Nihrai
Chef du clan Tochi | La Silencieuse Espionne Florale
avatar

Messages : 195
Date d'inscription : 07/12/2013
Localisation : Derrière toi, chaton... ~

MessageSujet: Re: Songe d'une nuit d'été (PV Rose)    Mar 6 Mai 2014 - 4:37

Lorsque la sérénité s'empare de vous, plus rien n'a d'importance. Ce fut le cas de Rose... Le stylo fleuri que lui avait passé Mizuri placé dans l'espace prévu de son carnet, elle sortit de sa chambre. Nul n'était surpris du changement. Depuis un certain temps, Rose ne s'entraînait qu'aux combats, et c'était la seule chose qu'elle faisait de ses journées. Aucun Tochi ne fut donc surpris de la voir dans un kimono aux tons violets, et une écharpe d'un indigo plutôt clair noué sur sa tête comme à l'accoutumée. Enfin... Indigo clair et non rouge. Mais c'était ainsi. Elle s'était toujours entraînée en kimono, et cela n'était pas prêt de changer. Les Tochis comprirent le message. Entraînement du Clan pour voir les progrès de chacun.

Elle rentra dans sa chambre après, durant l'après-midi, se doucha, et fit coulisser la porte de son placard à vêtements en suivant. Son écharpe rouge nouée autour de la tête, dont le vent ne se priverait pas de faire voleter les deux traits de soie rouge s'il avait été là. Sa robe de soie noire. Ses sandales de bois. Son bracelet de cheville gauche. Son bracelet au poignet droit. Son collier de perles qui fit deux tours autour de son cou. Elle respira un grand coup, ouvrit en grand la fenêtre de sa chambre et lança un regard à son invocation. Il saisit. Dès que Rose n'était plus là, fermer la fenêtre. Ce qu'il fit. Quand elle disparut avec son violon en orme. Enfin... Bondit dans les airs en s'appuyant sur divers appuis pour atterrir sur la branche d'un arbre. Elle regarda le soleil proche de son coucher, et un léger sourire furtif naquit sur ses lèvres et repartit aussi vite. Une inexpressive n'a pas d'expressions. Pas plus de deux secondes, voire une seule.

Elle s'élança vers le plus beau lieu pour admirer un coucher du soleil. La plage. Vu de la mer... C'était magique. Et vu de la plage... Cela gardait de sa féérie fantastique. Encore plus quand ladite plage était déserte. Elle regarda ces couleurs chaudes qu'elle aimait tant, et son apaisement ne fit qu'empirer. Plus que sereine. Et entama son jeu de violon, heureuse d'être dans un tel endroit, sans que son inexpression ne la quitte d'une semelle. Un bruit derrière elle qu'elle avait entendu, mais elle n'avait pas réagi. Tant elle était dans sa quiétude douce et calme. Un autre bruit, plus incisif. Elle se retourna, baissant son archet et son instrument. Allons bon, n'était-elle pas censée être seule ? Les couleurs chaudes disparaissaient lentement au gré de ce qu'elle observa.

Pathétique... Leur âme et leur esprit ne suit même pas leur aura, et les deux sont en désaccord avec le corps...

Elle ferma les yeux et se laissa tomber dans le sable. Ce sable qu'elle aimait tant... Dans sa chute, elle ne se rendit même pas compte qu'une aiguille d'acier vint se ficher à quelques millimètres de son bras. Ou plutôt, elle ignorait tellement ce qui l'entourait que ça ne lui était plus d'aucune importance. Elle repensa à Yoru et la nostalgie teinta son esprit. Elle restait inexpressive. Yoru... Hyperactif, criant et gueulant comme un fou, mais d'un charme et d'une stratégie certains. Son grand-frère qu'elle chérissait tant malgré les apparences... Qui était l'enflure qui l'avait tué parmi les déchets présents à Seikoku ? Son inexpression se renforça, et sa main attrapa vivement une autre aiguille d'acier qui aurait dû lui crever un œil. ... Ils ne savaient pas se battre et ils l'embêtaient... Sereine au possible, elle renvoya l'aiguille d'acier au propriétaire, loin qui partait déjà. Pourtant, son tir ne se trompa pas ; l'arme fine se planta dans un des doigts de la main gauche.

Elle les regarda s'éloigner au loin, puis respira calmement. Finalement... Ils ne savaient même pas ce qu'était se battre. Son regard inexpressif se posa sur un homme, loin d'elle, qui attira ses iris couleur sable. Ses cheveux sable lui arrivant presque aux épaules firent une étroite danse avec la brise qui décida de faire des siennes. Cette brise douce et chaude. Elle reporta son regard sur l'homme avec un kimono typiquement chinois et une chevelure prolixe et noire et... Tiens donc... Son inexpression se fit impénétrable. Elève de Seikoku. Hellroy Jadziah. La voix grave et rauque du Kurasu vint briser le silence et rompre ses pensées naissantes qui ne s'étaient pas encore formées dans son esprit..

-" Vous êtes mademoiselle Nihrai, n’est-ce pas ?... ", une pause se fit dans ses paroles, avant qu'il ne reprenne. " Je suis enchanté de faire la connaissance de la respectable cheffe Tochi. "

Elle le regarda de ses yeux toujours aussi inexpressifs. Et son visage inexpressif ne laissait absolument rien transparaître. Elle prit son calepin, et écrivit du stylo plume floral " Le silence floral est également enchanté de faire la connaissance du soigneur de l'ombre, Hellroy Jaziah. " en calligraphie chinoise. Avec une célérité sans pareilles et des traits qui en restait très soignés. Aucun risque qu'il ne le comprenne pas. Et puis, une telle phrase était beaucoup plus poétique avec cette écriture lente, fluide, précise et sereine qu'elle aimait tant. La calligraphie chinoise... Était un art, un Art, absolument magnifique. Qu'elle montra au Soigneur.

Son inexpression toujours en place, la jeune fleur canalisa son énergie à l'intérieur d'elle-même. Son aura n'était ainsi plus visible. Et cela la rendait un peu plus absente aux cinq sens de toute personne, comme les plus doués du lycée Seikoku pouvaient le faire. C'était un réflexe qu'elle avait acquis depuis bien longtemps, l'aura en disait beaucoup sur l'humeur et l'état d'une personne. Voici comment elle avait acquis son surnom de la Silencieuse Espionne Florale avec une apparence fantomatique. Elle ferma les yeux, laissant le calme de la brise l'envahir. Et, tout aussi étrange que cela puisse paraître, elle s'assit dans la position de la Fleur de Lotus Bleu. Et commença une profonde méditation, d'une respiration fluide, calme et posée. Sereine et légère. Apaisante... Elle écrivit sur son calepin à nouveau, d'un mouvement fluide, plus que rapide, et son écriture tout en arabesques n'en était que plus que soignée.

" ... Que me vaut l'honneur de votre présence, cher Soigneur de l'Ombre ? Un poids obscurcirait-il votre cœur, honorable Jadziah... ?

Elle ouvrit les yeux sur le Kurasu, le visage toujours aussi inexpressif et encore plus impénétrable. Soigneur de l'Ombre... Il comprendrait sans aucun doute l'implicite. Rose savait quant à son état sanguin depuis cet incident avec une estimée Asuna. Les perturbations et les silences que cela avait entraîné dans Seikoku n'avaient fait qu'affirmer ce qu'elle entendait brièvement. Car après tout... N'importe quel silence parlait plus que des mots, lorsque ce silence était bien écouté. L'inverse était également vrai. La jeune fleur resta dans cette position, et commença un air de violon, sans qu'elle ne puisse arrêter ses bras. Le son emplit la plage, en attente de la réponse du Jadziah...

H.R.P:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hellroy Jadziah
Power Hungry Fool | Grand flan mou
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 01/12/2013

MessageSujet: Re: Songe d'une nuit d'été (PV Rose)    Jeu 8 Jan 2015 - 19:00

-Je suis enchanté de faire la connaissance de la respectable chef Tochi.

Ladite Tochi le fixa, son regard aussi doré que le sien transperçant l’âme du génie, donnant l’impression à celui-ci que la demoiselle pouvait lire en lui. Sans aucun doute, Rose Nihrai était la plus mystérieuse dirigeante de Seikoku ~ Naturellement, on pouvait penser que c’était d’avantage Camille Kaonai, sa propre supérieure, ou bien Noemi Kotasu et Tina Sakura, mais la jeune femme de la terre l’était d’avantage : même les membres de son propre clan en savait que très peu, sur elle ~ Elle ne semblait pas s’impliquer dans les conflits du lycée (bien que le taciturne se doutait qu’elle devait bien être reliée à une chose ou deux…) et, contrairement à ses ‘’camarades’’, il y avait très peu d’information qui circulait à son sujet ~ Lorsque c’était le cas, c’était généralement faux.

La frêle brunette sorti de quoi écrire et, s’appliquant du mieux qu’elle pouvait, commença à tâcher le papier immaculé d’encre sombre. Sa plume créait de nombreuses arabesques dans le calepin, et ce n’est qu’après un moment de pur silence, ou seul la mélodie de la nature et le bruit du crayon grattant le papier se faisait entendre, qu’elle remit la note au Jadziah. Il remarqua qu’elle lui avait écrit en mandarin ~ s’adaptait-elle au fait qu’il le soit, ou voulait-elle simplement lui montrer qu’elle en était capable? Dans tous les cas, on pouvait y lire, dans une écriture parfaite :

-Le silence floral est également enchanté de faire la connaissance du soigneur de l'ombre, Hellroy Jadziah.

Silence floral? Probablement elle, hmm… Et donc, il était le soigneur de l’ombre? … De l’ombre? Il y avait de nombreuses raisons pour lui d’être considéré comme un être de l’ombre, il était juste incertain de ce que la Tochi savait ~ Qu’il se nourrissait de sang, de sa très brève alliance avec Tina Sakura ou bien qu’il ait menti si souvent à Camille? Ce n’était pas un surnom qu’il appréciait énormément ~ Heureusement pour lui, c’était seulement inscrit sur le papier : le feu saurait brûler ce secret.

Rose ferma les yeux, inspira profondément et s’assied à même le sol, dans une complexe position de méditation. Il haussa les sourcils… En réalité elle était un peu… Étrange. Le taciturne était heureux qu’elle ne puisse pas voir son expression actuelle, car il semblait extrêmement troublé ~ Il avait rencontré nombre de personnages… uniques, depuis qu’il était à Seikoku, mais la Tochi venait d’atteindre un tout nouveau niveau.

De nouveau, elle écrit son message sur le papier, HellRoy n’ayant d’autre choix qu’attendre : cette technique l’importunait légèrement mais, poli, il ne dit rien.  Il aimait bien les voix de jeunes filles ; imprégnées de douceur, elles savaient appaisé les moeurs et ne pas attendre celle de la Tochi l'embêtait. Il lui pressait de rejoindre Johanna, maintenant. Rose lui redonna le calpin et de nouveau, il lit :

-... Que me vaut l'honneur de votre présence, cher Soigneur de l'Ombre ? Un poids obscurcirait-il votre cœur, honorable Jadziah... ?

... Définitivement pas, non. Du moins, rien qu'il ne révélerait ainsi aux quatres vents. Honorable Jadziah... Il était de plus en plus mal à l'aise. Puis, le taciturne avait l'impression que la chef l'attendait, ce qui l'intriguait légèrement : que pouvait-elle lui vouloir? Bon. C'était lui qui s'était approcher en premier, il imaginait donc qu'il n'avait pas le droit de se plaindre, hm.

Elle releva la tête vers lui et il détourna le regard, moins que confortable avec son ainée. Lui même était un jeune homme assez sérieux et avec un sens de l'humour moindre, mais la sérénité de la brunette avec quelque chose de... Magique, qui ne lui plaisait qu'à moitié. Étrangement, comme si le génie ne l'a trouvait déjà pas assez bizarre, elle commença à jouer du violon, sans attendre sa réponse. Q-...Que faire? Avec grâce, il se laissa tomber, assit, à ses côtés et fixa la mer un bon moment, sans rien dire, avant de finalement répondre plusieurs minutes plus tard, lorsque la jeune fille eut fini de jouer :

-J'avais besoin de réfléchir. Je ne m'attendais pas à croiser personne.

Comme ça c'était clair, il n'était pas venu dans l'espoir de la voir. Autre silence : les deux formaient un duo très peu bavard. Heureusement, le Jadziah se plaisait dans le silence et, de toute évidence, la Nihrai aussi. Le taciturne releva la tête, portant son regard sur les étoiles avant de réaliser que la politesse voulait qu'il lui demande aussi à propos sa présence sur la plage. Il s'effectua donc :

-Avez-vous également été tiré ici par quelques tourments?

~ ~ ~ ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Nihrai
Chef du clan Tochi | La Silencieuse Espionne Florale
avatar

Messages : 195
Date d'inscription : 07/12/2013
Localisation : Derrière toi, chaton... ~

MessageSujet: Re: Songe d'une nuit d'été (PV Rose)    Jeu 8 Jan 2015 - 20:19

La sérénité. Le calme. La plénitude. Autant de quiétude qui emplissait son coeur, et pourtant elle restait inexpressive. Elle avait noté dans un coin de sa tête les réactions qu'elle avait pu lire sur le visage du Kurasu, mais continua sa méditation, afin de libérer les vibrations qui l'avaient assaillie depuis un bon moment. ... C'est dans cette logique qu'elle s'était mise à jouer du violon, jouer un air qui traduisait plutôt bien en musique la nature de ces vibrations. Elle n'avait pas hésité, et n'en aurait pas voulu au Brun de l'interrompre.

Mais il fallait croire qu'il était aussi poli que ce qu'elle avait pensé au premier abord, et c'est pour cela qu'elle s'arrêta à un moment propice, détendant ses jambes en les laissant droites devant elle. Posant son instrument et son archet dans leur étui à côté d'elle, qu'elle referma. Les bras légèrement en arrière, s'appuyant sur ses mains, elle regardait le ciel étoilé. Il s'était assis, contemplant la mer. Il attendait qu'elle s'arrête, et c'est à cela qu'elle avait réagi... Son inexpression impénétrable se peignit sur ses traits. Au bout d'un long moment, elle s'assit en seiza, face au Jadziah et fixa ses yeux une fois qu'elle eut capté son regard. Et cela fut lorsqu'il avait pris la parole.

- J'avais besoin de réfléchir. Je ne m'attendais pas à croiser personne.

Hum. Rose ne dit rien mais, après une mûre réflexion, elle mit son calepin et son stylo de côté, ayant compris que la lecture dérangeait le Kurasu ~ Elle ferma les yeux un court instant, s'arrachant à sa contemplation de regards, ayant décelé ce qu'elle avait recherché. Elle s'était perdue dans la contemplation des vagues, et le Jadziah dans celle des étoiles selon toute vraisemblance, avant qu'il ne décide à poser une question. Par pure politesse, visiblement. Ce qui laissa la Tochi encore plus inexpressive qu'avant.

- Avez-vous également été tirée ici par quelques tourments ?

La Tochi savait. Elle savait que certains mots se disaient oralement, d'autres s'écrivaient, et d'autres encore se taisaient. Et, bien qu'elle privilégiait les deux derniers moyens de communication, pour une fois, elle allait changer ses habitudes. Qu'il en parle ou non ne lui importait guère ; de toutes évidences, elle n'avait parlé qu'à deux personnes, et seul le Chef des Haikos pouvait se targuer d'avoir "tapé la conversation" avec elle. Une seule personne... Qui n'en avait rien dit, absolument rien, et tous continuaient de penser que notre rose des sables était muette. Sauf Minh Lê. Et Mizuri Ichio. Quant au Jadziah... Si Sable avait été dans les parages, il n'y aurait pas eu de doutes à avoir ; elle n'aurait pas parlé. Mais là... Il était des mots plus percutants à l'oral.

C'est pourquoi sa voix s'éleva. Sa voix cristalline et chantante, mélodieuse au possible. Ce doux et léger soprano d'une fillette de cinq ans. Une voix magnifique. Une voix irréelle...

- ... C'est grâce à l'Ombre que la Lumière existe... L'Ombre est sans doute une des merveilles que je respecte le plus...

Une voix irréelle, mais qui tenait à mettre les choses au point. Pourtant, elle se tut. Elle n'avait pas répondu à la question qui lui avait été posée. Un long silence s'installa. Un très long silence, de plusieurs minutes, durant lequel tous deux s'adonnèrent à leur contemplation silencieuse. Elle n'aimait pas troubler ses prochains, ou du moins, pas quand son être était un havre de paix. Ce qui arrivait très rarement... Et ce qui était la seule raison probable de sa précédente prise de parole. Pourtant, elle avait agi d'une telle façon que ses actions, écrits et dires compris, paraissaient fluides. Personne n'avait réussi à cerner son caractère, beaucoup la trouvaient déroutante, mais cela seulement parce qu'ils ne posaient pas les bonnes questions, ou ne cherchaient pas au bon endroit. Elle reprit la parole, de la même voix mélodieuse et... irréellement magnifique.

- De Seikoku émane des auras oppressantes... Et l'air était trop étouffant pour s'y attarder...

Sa perception. Sa perception et sa perspicacité étaient sans doutes ses points forts, et ce qui dérangeait bien souvent. L'air à Seikoku était trop chargé négativement, devenant étouffant et particulièrement difficile à respirer, et c'est exactement pour cela qu'elle était partie. ... Entre autres, le Jadziah avait mentionné les tourments n'est-ce pas, et en aucune façon un coucher de soleil en était un. Soudainement, son visage inexpressif se tourna derrière elle. ... Tiens, ils n'étaient pas partis ceux-là ? Une aiguille d'acier, celle qu'elle avait lancé dans le doigt d'un des deux élèves voleta dans sa direction.

Inexpressive, soupirant intérieurement, elle décala imperceptiblement la tête pour éviter le trait meurtrier. Et n'écouta ni n'entendit ce que dirent les deux élèves. Lorsqu'ils s'approchèrent un peu trop, elle ne fit que laisser sortir son aura. Une aura meurtrière qui les fit décamper sur le champ. Et qui disparut aussi vite qu'elle n'était apparue, se retranchant dans son corps, l'aura restant enfermée dans les méridiens de la jeune rose.

- L'atmosphère de combats de Seikoku... Leurs raisons, trop souvent bâties sur des insanités... Cette atmosphère... M'étouffe... Personne ne se bat pour des raisons qui viennent du coeur, de son propre coeur... Ne croyez-vous pas, cher Soigneur de l'Ombre... ?

N'importe qui aurait été déboussolé. Depuis quand Rose parlait autant ? Depuis quand sa voix arrivait à allier douceur et tendresse avec mélancolie et incompréhension tout en restant d'une Harmonie fabuleuse... ? Sa réputation de Silencieuse n'était plus à refaire, pourtant... Pourtant, elle se tut. Sans en dire plus, laissant sa question en suspens. Se leva, pour aller pile au bord de l'eau, faisant cinq pas tout au plus. Et s'accroupit, posant ses doigts dans le sable humide. Une vague tendre vint caresser sa main , et elle se détendit instantanément, retrouvant sa douce quiétude. Le tout en restant formidablement inexpressive. Oui... Tous ces combats inutiles commençaient à l'exaspérer, et le tout couplé à cette atmosphère absurde l'étouffait... Allait-il comprendre ? Peut-être. Que oui, ou que non...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Songe d'une nuit d'été (PV Rose)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Songe d'une nuit d'été (PV Rose)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ARTHUR RACKHAM (1867-1939)
» Le Songe d'une nuit d'horreur
» Calliope × songe d'une nuit d'été
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: RP :: Ville de Seikoku :: Plage-
Sauter vers: