AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]

Aller en bas 
AuteurMessage
Mizuri Ichio
Sous chef du clan Tochi | Victime de la cb
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 14/03/2014
Age : 24

MessageSujet: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Sam 3 Mai 2014 - 21:14

Mizuri se retrouvait seul dans sa chambre. Aucun son, aucun brouahaha. Il s'assit sur son doux lit confortable... C'est un confort auquel il n'avait pas goûté depuis de long mois.
Il serra ses mains et releva la tête, il aperçut alors une douche.
Le sous-chef se releva précipitamment un grand sourire aux lèvres, et s'empressa d'ôter tout ses vêtements, et se précipita dans la pièce étroite.
Ainsi seul et dévêtu il saisit le robinet d'eau chaude et l'ouvrit.
Soudainement l'eau se déversa sur son corps maigre mais musclé, lui provoquant un frisson de plaisir.
Cette sensation de liquide coulant contre chaque grain de sa peau en commençant par la tête le rendait heureux et le détendait.
Il s'appuya de ses deux mains contre le mur pour que l'eau vienne bien mouiller toute sa tête, trempant ses cheveux dont quelques mèches tombèrent devant ses yeux grands ouverts.
La buée emplit la pièce rapidement au point que Mizuri ne puisse plus voir aux travers des fines parois en verre de sa douche.
Il se retourna et s'adossa contre le mur, les yeux fermés et un sourire accroché à son visage. Il soupira de plaisir, ces quelques minutes lui causait le plus grand bien physiquement. C'était impressionnant comment le seul fait de prendre une douche pouvait le faire se sentir si bien.
Il resta bien quarante minutes dans cette position, seul et sans dire un mot contrairement à son habitude. Il se souvint qu'il voulait apprendre à cuisiner pour sa cheffe Rose alors qu'il n'y connaissait rien, il faudrait peut être qu'il s'y mette.
Il coupa l'alimentation de l'eau, se saisit d'une serviette sèche mais chaude et se frictionna tout le corps afin de se sécher.
S'en prendre garde à sa coiffure en bataille il chercha d'autres vêtements à mettre, dans son armoire trônait fièrement un uniforme de rechange.
Mizuri le prit et s'habilla promptement, laissant tout de même la chemise blanche dépassé de la veste et à l’extérieur de son pantalon. L'aspect classieux des uniformes n'étaient pas encore pour lui.
Il sortit du dortoir Tochi en se disant que peut être à la bibliothèque il trouverait des manuels de cuisine pour débuter, mais où se trouvait ce lieu déjà?
Le brun aux cheveux batailleux et encore humide pouffa tout seul, il était reparti pour vagabonder à sa guise, mais cette fois il cherchait un lieu précis!
Cependant il voulait à tout prix éviter le dortoir des Mikaris où Asuna, revoir le perfide Noé qui tenta d'abuser de sa naïveté évidente était à bannir, lorsqu'il entendait le son de ses trois lettres il ressentait de la haine derrière sa joie de vivre quasi-permanente, parfois même ses poings se serraient tout seuls, sans que Mizuri ne se soit rendus compte qu'il les avait fermés. Si ils se rencontraient de nouveaux, il y a de grandes chances qu'un combat s'engage, néanmoins il ne voulait pas en arriver là. Le sous-chef avait eu bien trop de mises en garde au sujet de sa force. Pour les Asunas il ne saurait pas quoi faire si il en croise un, devrait il s'affronter? S'ignorer? S'insulter? En l’absence d'une réponse clair il valait mieux éviter la provocation et ne pas chercher les ennuis. En clair il fallait se comporter comme Mizuri Ichio.
Il partit à gauche, en se remémorant chaque couloir où il passait pour le retour, ce serait stupide de se perdre en revenant, et Rose aurait encore une bonne raison de lui montrer sa flagrante stupidité.
De fil en aiguille le Tochi débarqua par une porte dans la cour de récréation, c'était bien le dernier endroit où pourrait se trouver une bibliothèque... Il tourna le dos à la cour pour reprendre la même porte mais il aperçut dans le reflet d'une fenêtre une tâche bleue, et en l'examinant juste quelques dixièmes de secondes de plus il reconnut là quelque chose qui l'avait marqué : les magnifiques cheveux bleus de la cheffe Camille Kaonai.
Se retournant agilement il la chercha des yeux, et lui emboîta le pas pour la rattraper :

"Camille... Je vais éviter de vous bousculer comme vous l'aviez fait à notre première rencontre, ne craignez rien"

~ ~ ~ ~

Qu'importe le passé, la valeur d'une personne se juge sur son présent.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Kaonai
Chef du clan Kurasu | La Fleur de Glace | Admin
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : Loin des autres ~

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Dim 4 Mai 2014 - 13:12

Une douce mélodie s'introduit dans les oreilles de la jeune fille. Le temps était clair et agréable, le soleil s'incrustait tant bien que mal à travers le feuillage des arbres et l'une d'elle vint effleurer les yeux de l'endormit. La Kaonai ne les ouvrit pas tout de suite, se réveillant lentement par le chant des oiseaux. Ses mains sentirent le douceur de l'herbe sèche et ses cheveux s’entremêlaient avec le pelage immaculé d'Oscar. La respiration du cerf vint traverser la joue de la française chaudement avant que son museau frôle délicatement son immense frange à fin que tout son visage découvre la chaleur de la lumière.
Camille finit par ouvrir ses étrange yeux, apercevant ainsi le feuillage émeraude et le ciel qui se cachait ainsi derrière. Allongée sur l'herbe, le tête sur le ventre de son invocation, la chef Kurasu resta longtemps ainsi, admirant la beauté de la Vie, elle ne dit rien.

*Tu as bien dormi Camille ?*
_... J'ai fais un rêve ...
*Quel genre de rêve ?*
_Un rêve ... où tout était beau, il n'y avait pas de guerre, pas de malheureux. On utilisait nos pouvoirs seulement pour faire le bien. Les Mikaris, Les Asunas ... tous ... et les humains nous acceptaient, nous comprenaient, nous aimaient  et le monde était magnifique ...
*... C'est pour ça que tu es là Camille, pour un jour voir ce rêve accomplis.*

La Kaonai ne répondit pas, Oscar se voulait réconfortant mais Camille était lucide et savait que jamais, au grand jamais, ce jour naîtra. La demoiselle finit par se lever, et dépoussiérer un peu son pantalon.
Elle était vêtue d'un jean noir avec des bottes ainsi qu'un haut blanc où elle avait mis une veste noir pardessus.
La chef Kurasu quitta la forêt et se rendit au lycée, se disant qu'elle ferait mieux de donner signe de vie à sa pauvre cousine qui devait être inquiète. Camille était peut-être plus ouverte (enfin .... un tout petit peu, faut pas rêver) mais elle gardait toujours des moments de solitudes et de méditation à fin de mieux réfléchir à son avenir et à l'avenir de ses protégés.
Alors que la jeune fille était au porte du lycée, elle sentit une vague de chaleur lui traversait le corps jusqu'à ses mains et lui picotait sauvagement la paume droite. Camille s'accroupit dans un petit gémissement de douleur en serrant sa main. Après avoir un peu canalisé la douleur, la Kaonai retira son gant et de la vapeur sortit de sa main comme si on venait de jeter de l'eau gelé sur un feu de camp. Oscar regarda sa Camille sans rien dire, il savait que sa jeune maîtresse n'avait toujours pas réussis à contrôler son pouvoir et ça devenait de pire en pire avec le temps.

*Le seul moyen de t'apaiser et de retirer se que tu as absorbé.
*Je sais bien, mais je ne compte brûler personne au 3° degré. Allons à la plage, peut-être que ça marchera sur l'eau.*

A cette pensée, les deux compères retournèrent sur leur pas, Camille serrant sa main pour oublier la douleur. Alors que la demoiselle vagabonda dans ses pensées, une présence vint près d'elle et lui emboîta le pas. Camille regarda furtivement l'arrivant et fut surprise de reconnaître Mizuri, le sous-chef Tochi.

""Camille... Je vais éviter de vous bousculer comme vous l'aviez fait à notre première rencontre, ne craignez rien""

La demoiselle cessa de marcher, considérant le Tochi un moment avant de demander d'un ton froid et distant : " Tu as besoin de quelque chose ?"

Le familier de la chef Kurasu fixa le jeune homme, d'un regard toujours aussi méfiant avant de disparaître sous la demande de la demoiselle, se rappelant qu'il avait été très incorrect avec Mizuri la première fois.

"Je partais, mais si je peux t'aider vas-y."

~ ~ ~ ~

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends...
 




Camille, sans frange:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizuri Ichio
Sous chef du clan Tochi | Victime de la cb
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 14/03/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Dim 4 Mai 2014 - 14:55

Les pensées de Mizuri s’arrêtèrent pendant de courtes secondes. Il avait légèrement oublié le ton froid et glacial grâce auquel Camille s'exprimait. Il remarqua aussi le regard du grand cerf, empli de méfiance à son égard. Ainsi donc il ne l'appréciait pas.
Un sourire en coin il regarda la chef droit dans les yeux, enfin plus précisément en direction de sa frange car ses yeux étaient habilement caché derrière sa longue chevelure bleu, en écoutant ses réponses il remarqua l'asociabilité devenu naturelle de son interlocutrice.
Puis à son tour le sous-chef déclara, son sourire niais bien en évidence :

"Et bien bonjour pour commencer madame, enfin je vous appelle Madame car vous m'aviez bien caché le fait que vous étiez une cheffe donc je préfère me montrer respectueux. En fait non je n'ai pas besoin de grand chose. Cependant en vous apercevant je suis venu prendre de vos nouvelles, ils s'avèrent qu'à cause de divers soucis je n'étais pas au sein du lycée depuis... quelques temps."

Il mit ses mains dans les poches, cette fois-ci non trouées, ce qui fit reculer légèrement sa  veste en mettant un peu plus en valeur sa chemise blanche. Il essaya de distinguer les yeux de Camille aux travers de quelques mèches, mais sans succès. Il pencha la tête en arrière pour que son regard se perde dans le ciel bleu. Instinctivement, il annonça :

"Vos cheveux ont toujours la couleur du ciel, enfin je ne vois pas pourquoi ils auraient changés d'un côté. Je ne sais pas si vous vous souvenez mais la dernière fois que nous avons parlé, vous étiez vêtu de manière un peu plus coloré madame. Vous vous habillez en fonction de votre humeur?"

Il rebaissa son doux visage pour observer les réactions de la jeune demoiselle, et bien elle n'avait pas changé le moins du monde. Avait elle au moins remarqué l'absence du sous-chef? Rose lui avait dit que oui pourtant, mais d'un autre point de vue personne n'avait dit qu'elle serait contente de le revoir. Même si il avait une promesse à tenir, Camille n'avait rien de particulier à faire avec un Tochi. Mizuri devait être bien bas dans son estime avec ses blagues, tellement bas qu'il n'hésita pas du tout à s'enfoncer encore un peu plus. Toujours en souriant il blagua :

"Vous avez souris depuis la dernière fois? Parce que je n'ai pas pu vous donner les cours du soir. En plus je comptais le faire bénévolement... Sinon je n'ai pas envie de vous forcer à rester en ma compagnie si vous êtes pressée, je ne suis même pas sur que les gants soient à votre taille cette fois aussi d'ailleurs."

Le sous-chef eu une soudaine idée, tout aussi non-plaisante qu'inutile. Il se força à ne plus sourire et à plisser ses yeux, pour dire sur un ton froid :

"Pourriez vous me dire la direction de la bibliothèque? Je suis de nouveau perdu à vrai dire."

Le résultat ne fut pas à la hauteur de ce qui était prévu... Les traits de Mizuri étaient bien trop exagérés pour ressembler à Camille, on aurait plutôt dit une vielle caricature de Clint Eastwood, à la limite d'être une grimace.
Mizuri rigola juste en pensant qu'il aurait pu choqué son interlocutrice, et en imaginant la tête qu'il venait de faire.

"Haha. Pardonnez moi, je ne suis pas né pour être acteur faut croire."

Quand il y repensait, le sous-chef savait très bien qu'il n'avait jamais eu ce talent, il était tout bonnement incapable de mentir et d'être crédible. Pour cacher son passé il ne mentait pas. Il n'en parlait pas tout simplement où le détournait de manière imagée. Comme il fit pour Rose, mais un jour il faudra bien qu'il lui avoue, sa cheffe au moins doit savoir qui il fut.
En revenant à sa conversation actuel, il se sentait bien ridicule et tenta de camoufler ses joues qui commencèrent à rougir derrière un léger rictus.
Il se gratta le derrière du crâne, sentant encore l'humidité de ses cheveux avec son bras droit, un grand sourire aux lèvres. Il se sentait vraiment gêné en attendant la réponse de la jeune Camille.

~ ~ ~ ~

Qu'importe le passé, la valeur d'une personne se juge sur son présent.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Kaonai
Chef du clan Kurasu | La Fleur de Glace | Admin
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : Loin des autres ~

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Dim 4 Mai 2014 - 17:50

"Je partais, mais si je peux t'aider vas-y.
_Et bien bonjour pour commencer madame, enfin je vous appelle Madame car vous m'aviez bien caché le fait que vous étiez une cheffe donc je préfère me montrer respectueux. En fait non je n'ai pas besoin de grand chose. Cependant en vous apercevant je suis venu prendre de vos nouvelles, ils s'avèrent qu'à cause de divers soucis je n'étais pas au sein du lycée depuis... quelques temps."

Camille ne répondit pas vraiment, c'est vrai que que Mizuri avait disparut voilà un temps et Camille s'en était réellement inquiétée, elle en avait touché un mot à Rose qui semblait être vraiment tracassé de son absence elle aussi. Camille aussi était absente, mais on savait toujours où la trouver alors que Mizuri avait disparut comme ça, sans laisser de traces ni rien. Rose était tellement inquiète mais personne ne savait où trouvé le sous-chef Tochi. La demoiselle aurait bien sauté de joie mais c'était trop lui demander, elle était simplement soulagé qu'il soit en entier et ... mieux habillé que la dernier fois (blague à part).

"Vos cheveux ont toujours la couleur du ciel, enfin je ne vois pas pourquoi ils auraient changés d'un côté. Je ne sais pas si vous vous souvenez mais la dernière fois que nous avons parlé, vous étiez vêtu de manière un peu plus coloré madame. Vous vous habillez en fonction de votre humeur?"

Camille croisa les bras, et son visage resta de marbre. Ses vêtements reflétaient loin de là ses humeurs, mais elle avait des périodes comme ça de couleur ou de noir, ça divergeait souvent mais se qui ne changeait pas était ses longs cheveux ondulés toujours détachés qui lui servaient de masque. Mais également de repère car tout le monde reconnaissait la chef Kurasu avec sa longue tignasse bleuté. Rien n'avait vraiment changé dans le monde de Camille depuis le départ étrange de Mizuri. 
La demoiselle ne bougea pas d'un pouce alors que son interlocuteur continuait de parler avec extravagance, c'est ainsi qu'elle remarqua les cheveux humides du jeune homme qui coulaient finement sur le haut de sa chemise comme s'il venait de sortir précipitamment de la douche. Il devait être tellement indifférent à son image qu'il ne l'a pas remarqué, et cette vision fit rire Camille très très très loin dans son fond intérieur.

"Vous avez souris depuis la dernière fois? Parce que je n'ai pas pu vous donner les cours du soir. En plus je comptais le faire bénévolement... Sinon je n'ai pas envie de vous forcer à rester en ma compagnie si vous êtes pressée, je ne suis même pas sur que les gants soient à votre taille cette fois aussi d'ailleurs."

La demoiselle baissa légèrement la tête pour regarder ses gants noirs, c'était toujours ceux de ce garçon de l'Organisation, elle ne l'a jamais revu depuis et apparemment il n'était pas décidé à la revoir un jour, alors elle avait gardé ses gants, n'ayant pas vraiment de plaisir à en prendre à sa taille, espérant sincèrement qu'un jour elle n'en aurait plus besoin.
Camille releva la tête vers Mizuri, toujours silencieuse, elle ne savait pas vraiment quoi répondre à ce dernier de toute manière. Il comblait le vide et c'était mieux comme ça.
Murizu plissa les yeux et prit une mine boudeuse, il ressemblait à un vieux maître chinois comme ça, c'était une grimace ridicule et derrière ses mèches, la demoiselle leva un cil, se demandant pourquoi cette abrutis la regarda avec cette grimace. Il dit d'un ton froid, mais ridicule avec la tête qu'il faisait :

"Pourriez vous me dire la direction de la bibliothèque? Je suis de nouveau perdu à vrai dire."

Puis, le sous-chef Tochi se mit à rire. Camille continua de le regarder, sans rien dire, sans rien faire, juste le regarder rire, ne se posant aucune question. Elle le trouvait ... attachant ... ça la faisait presque sourire, mais très très très dans son fond intérieur alors. Même s'il était assez naïf, Rose devait être assez "heureuse" de l'avoir près d'elle, lorsqu'elle si ne voulait pas être seule.

"Haha. Pardonnez moi, je ne suis pas né pour être acteur faut croire."

La demoiselle aux cheveux bleus fit un hochement de la tête de gauche à droite pour lui faire comprendre à quel point il était stupide. C'était cruel, mais c'était franc. Camille laissa un long silence régner un moment avant de dire, calmement, mais avec un ton d'indifférence :

"Je suis ... contente ... que tu ailles bien ..."

La demoiselle ne dit rien de plus car ses picotements atroces sur la paume de sa main la reprenaient et elle serra son poing dissimulé par le croisement de ses bras. Camille sera les dents également, ne voulant pas montrer sa faiblesse, avant de demander, d'un ton agressive du à sa douleur :

"C'est urgent ? Je dois hm aller quelque part ..."

~ ~ ~ ~

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends...
 




Camille, sans frange:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizuri Ichio
Sous chef du clan Tochi | Victime de la cb
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 14/03/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Dim 4 Mai 2014 - 19:13

Après sa piètre imitation, Camille appuya la remarque du sous chef par un mouvement de tête significatif. Heureusement qu'elle ne venait pas de briser un de ses rêves...
Il la regarda, finalement elle n'avait répondu à aucunes de ses questions, même pas pour le chemin de la bibliothèque. Cette fille restait un mystère complet pour le jeune Mizuri, mais continuait d'attiser sa curiosité. C'est d'ailleurs en parti à cause de sa curiosité que le tochi laissa planer le petit silence qui prit la place d'un long monologue inutile dans cette situation.
Cependant ce ne fut pas Mizuri qui reprit la conversation mais bien la mystérieuse Kurasu, à sa grande surprise celle-ci lui dit qu'elle était contente de le voir en bonne santé. Elle le prononça difficilement et lentement, mais du coup c'était la preuve que la puissante cheffe des Tochis n'avait pas menti. Camille c'était vraiment inquiété de son départ précipité. De toute façon Mizuri croyait toujours les paroles de Rose, et ce dans n'importe qu'elle situation car Rose ne lui fera jamais du mal. Il en était persuadé, et lui accordait sa confiance absolue.
Avant qu'il n'ait eu le temps de répondre, Mizuri remarqua un mouvement tout léger sur le visage de son interlocutrice, juste après elle enchaîna sur un ton bien plus agressif que d'habitude en faisant remarquer qu'elle était pressée.
Mizuri arrêta de sourire comme un débile, il garda juste un petit sourire en coin car il savait que la cheffe cachait quelque chose d'assez important pour qu'elle utilise un certain ton pour parler au lieu de son habituel froideur.
La curiosité du sous-chef n'en fut que plus renforcé, la cuisine attendra, il voulait savoir ce qui pouvait tracasser à ce point cette jeune fille à l'apparence innocente, qui plus ait est une cheffe. Ne sachant pas mentir il déclara :

"Ben en fait pas vraiment je voulais juste apprendre à cuisiner... Peut être que vous pourriez m'aider d'ailleurs, mais plus tard je compte pas non plus vous empêcher de partir. Je suis lourd mais pas à ce point tu sais. Euh vous savez, pardon cela m'a échapper madame. Allez-y."

Camille se tourna et partit directement sans prononcer un mot. Mizuri blagua :

"A la prochaine madame!"

Cette parole lui déclencha un grand sourire, Camille ne pouvait pas savoir quand ce serait, tandis que Mizuri savait très bien que leur prochaine conversation serait dans quelques minutes à peine.
De loin il suivit discrètement la Kurasu aux splendide cheveux bleus. Il avait appris à se fondre dans la nature pour traquer une proie, ici il pouvait la suivre sans se faire remarquer en se fondant dans le décor. Peut être qu'il n'arriverait pas à tromper la vigilance de son grand cerf immaculé mais pour le moment il n'était pas là, de toute façon qui ne tente rien n'a rien après tout.
Après une longue marche il la retrouva sur la plage. Il se camoufla derrière une dune comme il put et scruta ses mouvements. Il ne comprit pas ce que chercher à faire Camille. Il se releva pour lui demander quand l'invocation de la jeune fille apparut.
Ne voulant pas paraître dangereux comme le pensait le cerf il se recacha précipitamment. Qu'avait il à lui reprocher? Après tout les seules choses qu'avait fait Mizuri envers sa maîtresses étaient d'essayer de lui faire écarter les lèvres pour voir un beau sourire se dessiner sur ce visage a moitié caché.
Au bout de quelques secondes il releva la tête et observa de nouveau, la cheffe des Kurasus trempait ses mains dans l'infinité de l'océan, elle le fit plusieurs fois.
Estimant qu'il avait assez attendu, Mizuri se releva en soupirant. Ce fut le cerf qui le remarqua en premier.
En s'avançant doucement il sortit les mains de ses poches pour bien montrer qu'il n'était en aucun cas armé, puis de son air niais habituel il déclara :

"Je crois que je me suis bien perdu..."

En se rapprochant doucement de Camille, pour ne l'inquiéter ni elle, ni son invocation, il annonça un petit sourire en coin :

"Je ne sais pas ce que vous essayez de faire mais je ne pense pas que vous essayiez de faire splash-splash à votre âge. Laissez moi me rendre utile, faites le sur moi. Je ne sais pas quel est votre pouvoir, mais ne vous en faites pas pour moi, je suis plus résistant que ce que vous pensez."

Cette phrase était appuyé par le regard émeraude emplit de conviction du brun. Il était déterminé à aider cette jeune fille, pour qu'une fois depuis son arrivée dans ce lycée ce ne soit pas lui la personne fragile, l'être ignorant que l'on doit toujours aider, à son tour il devait rendre service. Et pour ça il était prêt à tout.
Il gardait son sourire un peu idiot, il ne pouvait pas paraître menaçant comme garçon. Peut être même que c'était la raison pour laquelle ce grand cerf se méfiait constamment du sous-chef lorsqu’il parlait à Camille.
Pour continuer son argumentation il pencha sa tête sur la droite, en cherchant le regard de la cheffe qu'une fois de plus il ne trouva pas.

"Au fait je ne changerais pas d'avis." dit il en souriant.

~ ~ ~ ~

Qu'importe le passé, la valeur d'une personne se juge sur son présent.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Kaonai
Chef du clan Kurasu | La Fleur de Glace | Admin
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : Loin des autres ~

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Mar 6 Mai 2014 - 23:05

"C'est urgent ? Je dois hm aller quelque part ..."

Camille ne voulut pas paraître méchante mais c'était tout simplement raté apparemment.
Sociabilité = 0.
Aimabilité = 0.
Dur une vie pareille ...
La demoiselle remarqua son erreur un peu tard mais heureusement pour elle Mizuri ne semblait pas lui en tenir rigueur. Son grand sourire naïf se dissipa pour laisser un simple sourire au coin de ses lèvres comme si d'un seul coup il devint lucide et sérieux, cette vision plus assez à Camille qui se dit que malgré tout il pouvait être sérieux. Elle ne pensa pas plus, un peu "pressée" d'aller se passer de l'eau gelée sur la main qui commençait à lui faire assez mal.

"Ben en fait pas vraiment je voulais juste apprendre à cuisiner... Peut être que vous pourriez m'aider d'ailleurs, mais plus tard je compte pas non plus vous empêcher de partir. Je suis lourd mais pas à ce point tu sais. Euh vous savez, pardon cela m'a échapper madame. Allez-y"

Sans rien dire, Camille tourna les talons et sortit de la cours d'un pas rapide et décidé, ça se voyait à des kilomètres qu'elle était pressée. Elle ne fit même pas attention au salut de Mizuri à son égard.
Lorsqu'elle fut hors du lycée, elle retira son gant tout en marchant vivement. Des plaques de brûlures se formèrent et se guérissaient instantanément. Elle avait absorbé tellement de brûlure que son corps ne le supportait plus maintenant et sa seule issue était la mutilation mais la demoiselle se guérissait automatiquement. C'était une torture sans fin dont la douleur ne faisait que croître d'heure en heure. La jeune chef remit son gant et son pas se fit de plus en plus rapide vers la plage.

*Camille ça ne marchera pas, demande à un Kurasu de t'aider.
*ça non plus ça ne marchera pas, je refuse de blesser qui que ce soit, c'est hors de mes principes.
*Camille ...*

Camille fit un geste de la main et son invocation se tue. C'était pas le moment de la contrarié ! Le beau cerf se retourna plusieurs fois, sentant une présence derrière eux qui les suivaient mais n'en tenait que peu rigueur et Camille encore moins.
Lorsqu'elle fut arrivée à la plage, la demoiselle trouva un endroit calme où personne ne pouvait la voir et s'empressa de quitter ses gants pour les plonger dans l'eau saler. Derrière son immense frange, Camille fronça les sourcils en serrant les dents, il fallait absolument que ça marche, elle ne voulait pas soigner pour mutiller.
Seulement l'eau froide ne faisait que plus de mal, s'incrustant dans les plaids qui s'ouvraient et se refermaient. Frustrée, la chef Kurasu frappa le sable de ses poings, se recevant une giclé d'eau sur une partie du visage et des mains encore plus brûlantes que jamais.
C'était un échec. Un affreux échec.

"Je crois que je me suis bien perdu..."

Camille se retourna vivement. Elle n'avait pas du tout remarquée qu'il était là, mais apparemment Oscar si et il n'avait rien dit. Il fusillait le Tochi du regard, toujours méfiant envers lui, il ne savait pas pourquoi mais il sentait que Mizuri cachait quelque chose de trop important pour être net. Seulement Camille ne voulait pas l'écouter, pour elle Mizuri était comme Canna et avec le temps peut-être qu'elle l'apprécierait au même titre que Kain.
Mais plus important, que faisait-il ici ?

"JJe ne sais pas ce que vous essayez de faire mais je ne pense pas que vous essayiez de faire splash-splash à votre âge. Laissez moi me rendre utile, faites le sur moi. Je ne sais pas quel est votre pouvoir, mais ne vous en faites pas pour moi, je suis plus résistant que ce que vous pensez."

La demoiselle était encore troublée par cette soudaine apparition, même si cela ne pouvait se lire sur son visage de marbre. Comment a-t-elle pus ne pas le sentir arrivé ? Elle qui était toujours si aux aguets. Et surtout ces gestes qu'elle a eut avec l'eau, elle était grillée et elle ne pouvait pas mentir au sous-chef Tochi en lui disant que tout aller bien parce qu'elle voyait dans le regard du jeune homme qu'il savait que rien n'allait. Comme pour se faire rassurant, Mizuri pencha a tête sur le coté et sourie avant de dire :

"Au fait je ne changerais pas d'avis."

La demoiselle se leva et alla vers Mizuri sous les yeux protecteur de son invocation. Elle avait appris à ne plus refuser d'aide, mais pas montrer ses faiblesses. Elle devait être forte, se montrer forte et elle avait lamentablement échoué, cependant elle était fatiguée d'être forte ...
De marbre, la jeune française leva la tête vers Mizuri, le regard caché par ses mèches bleus :

"Comment veux-tu m'aider ? ... regarde ..."

A ces mots, la demoiselle montra ses mains où des cloques se formaient puis se déchiraient et se refermèrent instantanément. A force de Torture Camille ne devrait plus ressentir la douleur mais ce n'était pas aussi simple. Elle se soignait. Sa peau redevenait comme neuf alors la brûlure est encore plus vive et douloureuse que toute les autres. Et ça allait certainement empirer sur tout son corps si elle n'évacuait pas impérativement ce trop de maux absorbés.

"J'ai le pouvoir d'absorber les maladies, les brûlures et les poisons incrustés dans le corps des autres. Seulement je dois évacué tout ça parce que je ne peux pas le contenir ou le convertir en autre chose. J'ai soigné un garçon dernièrement, entièrement brûlé par la maladresse d'un haiko. Ne pas savoir se servir de ces pouvoirs est récurrent ici. Seulement ça a des conséquences, et actuellement je les portes."

Camille s'arrêta un instant avant de s'accroupir, enfouissant ses mains de par et d'autre de ses hanches en serrant les poings. La douleur remontaient à ses avants bras et ça commençait à faire beaucoup. Elle réussit tout de même à dire à Mizuri, d'un ton agressif pour étouffer ses soupirs de douleurs :

"Je ne veux faire de mal à personne ! Je risquerais de te carboniser entièrement, c'est trop dangereux !"

Oscar regarda le petit duo avant de s'avancer lentement vers eux. Ce dernier passa derrière le Tochi avant de le pousser vers Camille et l'accroupir également, il le regarda un moment, voulant lui dire qu'il lui confiait sa maîtresse (seulement pour cette fois) avant de disparaître dans une lumière blanche.
Camille commençait à respirer lentement, retenant parfois sa respiration. Elle leva lentement la tête vers Mizuri qui était maintenant à sa hauteur et lui dit :

"Si tu veux me rendre service ... va-t-en avant que je créé un accident ..."

~ ~ ~ ~

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends...
 




Camille, sans frange:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizuri Ichio
Sous chef du clan Tochi | Victime de la cb
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 14/03/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Mer 7 Mai 2014 - 21:14

Mizuri regardait la blessure de Camille pendant que celle-ci expliquait le secret de son pouvoir et d'où venait son horrible torture. La première question qui vint à l'esprit du sous-chef concerné la durée de cette souffrance, depuis quand Camille portait ce fardeau à sa main?
Avant qu'il ne puisse lui demander la cheffe aux cheveux bleus s'accroupit et serra les poings, surement à cause de la douleur et une nouvelle fois elle s'exprima d'un ton agressif au sous-chef, criant qu'elle ne voulait faire de mal à personne et qu'elle risquait d'ôter la vie au sous-chef juste en le touchant. Le petit sourire de Mizuri resta en place, il avait certes peur de la mort, mais aider quelqu'un dans le besoin n'a pas de prix, surtout vu l'état de Camille. Dans tout les cas Mizuri n'allait pas y rester, comme la Kurasu venait de le dire elle avait soigné un élève, il n'était donc pas mort de ses blessures, alors pourquoi le sous-chef avait son don  y resterait?
Le grand cerf blanc prit les devant, d'une simple action il montra à sa maîtresse son désaccord, et renforça encore plus la détermination du Tochi, si cette être magique qui ne l'appréciait pas lui laissait être seul avec Camille c'est que Mizuri avait plus que raison, il devait aider la jeune fille.
L'urgence de la situation sauta une nouvelle fois aux yeux du sous-chef, la respiration de Camille devenait irrégulière, sa blessure sans fin lui faisait mal, trop mal. Le brun ne pouvait plus supporter cet abominable spectacle. Croisant sa frange du regard il annonça avec son petite sourire en coin qui voulait en dire long :

"Camille, je suis si bas dans ton estime pour que tu penses que je vais partir d'ici comme si je n'avais rien vu et en m'en moquant totalement? Je ne te rendrais pas service, tout comme je me dégoûterais alors je te conseille d'arrêter d'y penser car c'est inutile. Je t'ai fait une promesse à toi aussi et je la tiendrais. Tu ne mérites pas ce fardeau en faisant preuve de bonté, alors je t'en débarrasserais."

Mizuri voulut prendre les avants-bras de son interlocutrice pour lui faire saisir sa détermination mais il se retint, il ne voulait surtout pas la brusquer. Après un court silence il annonça :

"Est ce un accident de vouloir accepter l'aide d'un... euh ami. Enfin pour moi tu es une amie. De plus ce n'est pas comme si tu me forçais à le faire, au contraire je suis volontaire et je suis la personne qui l'a demandait, ce n'est pas toi qui serait responsable de mes actes. Je ne veux surtout pas te laisser dans cet état, je ne le peux même pas en fait, c'est plus fort que moi."

Pour appuyer sa réponse il releva les manches de ses habits, étalant devant la cheffe la peau pâle de ses bras.

"Tu n'as pas à porter ce fardeau, sur toi il est éternel et pourrait te tuer, sur moi la maigre trace qu'il pourrait éventuellement laisser disparaîtrait au fil du temps. Je n'ai pas le pouvoir de me soigner, le mien est celui de ne pas pouvoir être blessé. Le simple geste de ton invocation aurait du suffire quand j'y pense, si il le pouvait il me tiendrait à des milliers de kilomètres de toi, mais là il veut que je t'aide, il accepte mon aide alors pourquoi ne pourrais tu pas le faire Camille?"

Mizuri n'appuya pas plus sa réponse, il s'habilla d'un sourire rassurant et toujours accroupi dans le sable il regardait la jeune fille. La douleur devait être atroce étant donné la façon dont elle se tenait, sa respiration et ses divers petits gestes. Pourquoi cette innocente personne devait vire avec ce don à double tranchant? Pourquoi n'est ce pas un réel coupable qui en a hérité?
Le sous-chef avança lentement son bras droit, il ne fit que la moitié de la maigre distance qui les séparait.
Une légère brise passait sur la plage, renforçant le petit silence de la scène. De sa main gauche il poussa le fin menton de la cheffe afin qu'elle puisse vraiment observer son regard. Ce n'était pas une expression de niais, contrairement au Mizuri que Camille avait pu voir, celui-ci empli de détermination, et cela pouvait se voir derrière l'étrange petit sourire qui se dessinait sur le visage du sous-chef et son regard émeraude.

"Pardonne moi de t'avoir touché le visage, mais aie confiance."

Qu'importe ce qui allait se passer ensuite, Camille repartirait soulagée, car si elle refusait l'aide du Tochi, celui-ci toucherait l'horrible souffrance de son amie afin d'y mettre à terme ici et maintenant. Bien sur il ne voulait pas en arriver là, il voulait la convaincre, et pour se faire il prendra le temps qu'il faudra.

~ ~ ~ ~

Qu'importe le passé, la valeur d'une personne se juge sur son présent.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Kaonai
Chef du clan Kurasu | La Fleur de Glace | Admin
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : Loin des autres ~

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Mar 13 Mai 2014 - 18:56

"Si tu veux me rendre service ... va-t-en avant que je créé un accident ..."

L'avertissement de Camille aurait du tout dire mais le jeune homme persistait. Il voulait vraiment l'aider. C'était de la bravoure ou bien de la folie, il voyait pourtant que le pouvoir de la demoiselle était instable. Une chef qui ne savait même pas manipuler son pouvoir ... c'était lamentable, Camille se sentait lamentable mais Mizuri se sentait trop bien décidé.
Pourquoi tout le monde voulait jouer les héros ? ...

"Camille, je suis si bas dans ton estime pour que tu penses que je vais partir d'ici comme si je n'avais rien vu et en m'en moquant totalement? Je ne te rendrais pas service, tout comme je me dégoûterais alors je te conseille d'arrêter d'y penser car c'est inutile. Je t'ai fait une promesse à toi aussi et je la tiendrais. Tu ne mérites pas ce fardeau en faisant preuve de bonté, alors je t'en débarrasserais."

Encore un brave de plus dans ce monde, mais une bravoure aveugle. A Seikoku la Kaonai n'avait rencontré que des braves ou que des lâches, personne n'était donc lucide ici ?! à croire que tout le monde voulais être le héro d'une histoire ... Et pourtant c'était ce que lui répétait son père quand elle était petite "devient l'héroïne de ton histoire Camille." Mais ça n'avait aucun sens, personne n'était un héro, même en ayant des pouvoirs on ne pouvait pas sauver tout le monde.
La demoiselle saisit la veste de Mizuri, voulant lui expliquer qu'il n'avait pas besoin de se sacrifier pour qu'elle lui accorde une certaine confiance. C'est vrai qu'elle n'avait pas confiance en lui, elle n'avait confiance en personne, à par sa cousine. Elle l'avait accordé, sa confiance, à un garçon qui a disparut maintenant. Alors pourquoi faire confiance, pour que les gens vous abandonne après ?

"Est ce un accident de vouloir accepter l'aide d'un... euh ami. Enfin pour moi tu es une amie. De plus ce n'est pas comme si tu me forçais à le faire, au contraire je suis volontaire et je suis la personne qui l'a demandait, ce n'est pas toi qui serait responsable de mes actes. Je ne veux surtout pas te laisser dans cet état, je ne le peux même pas en fait, c'est plus fort que moi."

Amie ? Ce terme avait si peu de sens pour la Kaonai qui avait si peu d'ami ... ami ? peut-être Kain et HellRoy pouvaient être ses amis, mais même elle en était incertaine. Elle se posait souvent la question mais retombait toujours sur la trahison du chinois envers elle ce qui lui rappelait aussi que HellRoy n'était pas son ami. Et Kain ... Kain se croyait un héro pour combattre le mal, mais il en fallait, elle le respectait pour ça mais de là à le considérer comme un ami il ne fallait pas trop rêver !

*Mizuri si tu savais ... je n'ai pas d'amis ... je n'en aurais jamais plus ...*

Cependant, le sous-chef Tochi remonta ses manches et présenta des avant bras nu à la demoiselle. Camille secouait la tête en signe de refus mais apparemment il n'y avait rien à faire, Mizur était trop décidé.

"Tu n'as pas à porter ce fardeau, sur toi il est éternel et pourrait te tuer, sur moi la maigre trace qu'il pourrait éventuellement laisser disparaîtrait au fil du temps. Je n'ai pas le pouvoir de me soigner, le mien est celui de ne pas pouvoir être blessé. Le simple geste de ton invocation aurait du suffire quand j'y pense, si il le pouvait il me tiendrait à des milliers de kilomètres de toi, mais là il veut que je t'aide, il accepte mon aide alors pourquoi ne pourrais tu pas le faire Camille?"

La demoiselle leva les yeux vers Mizuri qui avait affiché un sourire rassurant. Mais la demoiselle refusait toujours, préférant se déchirer mille fois en morceaux et se soigner mille et une fois encore. Il ne changerait pas d'avis mais elle non plus, elle ne voulait pas lui faire de mal, pas à lui alors qu'il avait le même sourire que Canna et cette même façon de croire que le monde pourrait changer. Si elle l'avait connu avant la guerre, peut-être que les choses auraient été autre, mais seulement Rebekka  est morte, Shawn et Kalen ont disparut, HellRoy est un vampire et Camille semblait aussi perdre sa cousine à cause de ce ... Yachiru !
Tout le monde part un jour, il le faut bien, mais pas de cette façon parce que ça fait trop mal et la demoiselle en a assez de ressentir ce genre de souffrance morale. Elle en baissa la tête. Mais cette figure se fit relever par les doigts de Mizuri, on pouvait y lire tellement de chose mais surtout du dévouement et de la détermination. Ce regard changeait grandement le jeune homme.

"Pardonne moi de t'avoir touché le visage, mais aie confiance."

La Kaonai n'arrivait plus à parler, elle était fatiguée de se battre contre son pouvoir et s'écroula sur le genou du jeune homme. Encore un peu consciente, la demoiselle souleva sa main jusqu'au bras et Mizuri et la déposa dessus.
La peau du jeune homme se faisait rouge et certainement ardente, mais cela faisait un bien fou à la Kaonai qui respirait de soulagement alors que le Tochi devait souffrir à son avant bras.
Dans un souffle inaudible, la demoiselle parla d'une voix fatiguée et douce, comme une endormie :

"Pardonne moi ..."

~ ~ ~ ~

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends...
 




Camille, sans frange:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizuri Ichio
Sous chef du clan Tochi | Victime de la cb
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 14/03/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Mer 14 Mai 2014 - 0:43

Camille ne répondit à aucunes des paroles de Mizuri, elle restait silencieuse comme l'auraît pu l'être Rose. Ces deux jeunes femmes se ressemblaient en plein de points.
La cheffe des Kurasus fit divers gestes pour montrer son désaccord, dont celui de tirer sa chemise, mais elle s'effondra sur les genoux du brun.
Ses yeux s’écarquillèrent, elle était si faible, si épuisée et elle luttait encore pour ses idéaux.
Cependant la souffrance qu'elle devait endurer devait être si insoutenable que péniblement la jeune femme tendit sa main afin de l'appuyer sur l'avant bras du sous-chef.
Mizuri ne dit pas un seul mot, il la laissait finir ce qu'il avait commencé, il ne se défilerait pas et sauverait Camille de ce poids, qu'elle le considère comme un ami, un ennemi, un inconnu, un danger qu'importe.
La main se posa doucement, le sous-chef avait augmenté la résistance de ses muscles au maximum de ses possibilités.
Lorsque le brun sentit le contact se faire, il ressentit d'abord la douceur de la peau de cette jeune femme, ce qui arracha un léger sourire.
Cependant se sourire se transforma en grimace quasi immédiatement. Une énorme douleur vive s'empara de son bras, une brûlure si intense venait de s'apposer sereinement.
Pour ne pas crier le sous-chef serra son poing gauche de toutes ses forces, un léger filet écarlate coula de la paume de son poing, invisible pour les personnes non-minutieuse.
Cette douleur, comment Camille l'avait supporté? Derrière son apparence elle était loin d'être une personne fragile, elle était tout le contraire.
Cette sensation fut extrême mais rapide. La main se retira doucement, laissant une empreinte rouge sur l'avant bras de Mizuri, une peau fraîchement brûlée, encore incandescente.
Le brun soupira de soulagement et s'empressa d'essuyer sa main gauche sur son pantalon encore propre. Il regarda la blessure : les cloques ne se formaient pas comme sur la main de Camille.
Mizuri ferma les yeux avec un léger sourire, il n'avait qu'une simple trace, ses capacités continuer de l'épater de jour en jour. Il devait apprendre à les maîtriser totalement pour protéger son clan, c'était sa responsabilité de sous-chef, et aussi une promesse qu'il c'était faite à lui même.
Cette pensée le fit pouffer légèrement, une dixième de seconde, il commençait à accumuler les promesses apparemment.
Tout en soufflant sur la plaie, comme si cette action arrangereait quelque chose, il regarda Camille épuisée, mais avec un air plus serein que lorsqu'il l'avait croisé dans la cour de récréation. Elle déclara avec une voix fatiguée et à peine audible une demande de pardon.
Le sous chef eut un grand sourire faisant plisser ses yeux avec un rire plutôt communicatif mais pas fort.
Il prit le corps fatiguée de Camille au creux de ses bras et l'allongea tranquillement pour qu'elle se repose. Lorsque la tête de Camille vint s'appuyer sur la blessure récente du brun un petit "Wouhaïe" lui échappa.
Puis en en s'appuyant sur ses deux bras en arrière il contempla l'horizon en déclarant :

"Camille, je dois vous pardonnez quoi? Pour demander pardon il faut avoir fauté avant, ce qui est loin d'être votre cas."

Il marqua une courte pause :

"J'ai déjà eu plus mal que ça dans mes souvenirs, et je pense que d'ici quelques mois il n'y aura plus aucune trace de ce qui vient de se produire. Ne vous inquiétiez pas je dissimulerais habilement la marque, je pense même qu'un bandage suffirait."

Il parlait d'un ton serein, tout comme le sourire qu'il arborait en ce moment. Il ne savait même pas si la jeune Kurasu pouvait le voir. Il enchaîna donc pour ne pas laisser un trop gros blanc.

"Vous êtes complètement épuisée et... Je ne connais pas le chemin de votre dortoir."

Cette situation... C'était du Mizuri tout craché.

"Donc soit je vous emmène au dortoir des Tochi dans ma chambre le temps que vous vous reposiez avant de rejoindre votre chez-vous, soit je reste plusieurs heures ici assis à côté de vous pour que vous repreniez des forces ici. Ni l'un ni l'autre ne me dérange en fait, à vous de voir haha!"

Il la regarda de nouveau, sa curiosité lui criait de relever sa frange pour voir ses yeux mais il ne le fit pas. C'était son jardin secret et c'était à elle de lui dévoiler si elle le souhaitait. Mizuri avait son jardin qu'il ne dévoilerait probablement jamais, il n'avait donc pas le droit de forcer les gens.
Il enfonça doucement sa main dans le sable et en observant la jolie jeune femme il ajouta :

"Ne vous forcez pas pour répondre de vives voix, levez juste votre doigt si vous voulez rester ici."

Il regardait Camille avec son sourire et son visage réconfortant, celui qu'il avait pratiquement tout les jours depuis sa rentrée, en résumé sa mine joviale et enthousiaste.

"Dans tout les cas je n'ai rien à faire d'urgent..."  

~ ~ ~ ~

Qu'importe le passé, la valeur d'une personne se juge sur son présent.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Kaonai
Chef du clan Kurasu | La Fleur de Glace | Admin
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : Loin des autres ~

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Dim 18 Mai 2014 - 4:40

"Pardonne moi ..."

Épuisée mais soulagée, la jeune fille était étalée sur le sable, la tête contre la jambe du Tochi. Avec respect, le jeune homme porta la demoiselle et la plaça dans le sable, confortablement. La jeune Kaonai avait les yeux fermés, ne s'aventurant pas dans les bras de Morphée elle ne bougea pas du tout de sa place cependant. Le sable lui semblait doux et chaud.

"Camille, je dois vous pardonnez quoi? Pour demander pardon il faut avoir fauté avant, ce qui est loin d'être votre cas."

La jeune fille se mit à caresser le sable de sa main opposé à Mizu. Entre ses doigts les petits grains de cailloux lui semblaient vraiment doux comme une plume d'oiseau ou était-ce la sensation de ne plus sentir de douleur à ce niveau là ? Camille n'osait pas se retourner pour voir si Mizuri allait bien. Elle n'osait pas voir ses dégâts causés. Elle n'osait pas non plus lui demander s'il allait bien ni même le remercier, elle avait un peu honte et peur de savoir qu'elle a été la créatrice d'une douleur faite à un innocent ...

"'J'ai déjà eu plus mal que ça dans mes souvenirs, et je pense que d'ici quelques mois il n'y aura plus aucune trace de ce qui vient de se produire. Ne vous inquiétiez pas je dissimulerais habilement la marque, je pense même qu'un bandage suffirait."

La demoiselle en fut un peu soulager, Mizuri avoua même un peu de sa personne dans cette phrase. Camille resta cependant muette, non pas sourde mais muette à ces paroles. Elle faisait confiance au Tochi en matière de discrétion, elle ne pense pas qu'il est du genre à crier sur tout les toit qu'il était fait brûler par la chef Kurasu qui ne savait pas du tout maîtriser ses pouvoirs. Déjà Rose lui en voudrait et Camille lui botterait les fesses tient !

"Vous êtes complètement épuisée et... Je ne connais pas le chemin de votre dortoir."

La demoiselle ouvrit les yeux et tourna la tête vers le jeune homme, sa frange dissimulant son regard bleu comblé de nuage. Mizuri était un garçon gentil et assez observateur en fait, peut-être même attentionné alors pourquoi Oscar s'en méfiait tant ? Jusqu'à présent il n'a rien fait qui nuirait à la demoiselle ni à son clan, ni à personne même. 

"Donc soit je vous emmène au dortoir des Tochi dans ma chambre le temps que vous vous reposiez avant de rejoindre votre chez-vous, soit je reste plusieurs heures ici assis à côté de vous pour que vous repreniez des forces ici. Ni l'un ni l'autre ne me dérange en fait, à vous de voir haha!"

Le regard du jeune homme se tourna vers Camille et la demoiselle devina le fond de sa pensée. Ce même regard que lorsqu'il lui avait demandé s'ils pouvaient voir ses yeux. Ce regard de petit curieux émerveillé. Qu'avait-il avec ses yeux ? C'était à cause de la frange qu'il voulait absolument les voir c'est ça ? Pourtant l'apparence qu'avait la jeune fille était tellement celle d'un fantôme qu'elle devrait repousser tout le monde ...
Les yeux du Tochi se baissèrent finalement comme s'il s'était résigner à quelque chose, mais toujours un sourire coller sur le visage, à croire qu'il était né en souriant.

"Ne vous forcez pas pour répondre de vives voix, levez juste votre doigt si vous voulez rester ici."

Le sous-chef releva les yeux vers elle et lui sourit. Son joli sourire de naïf qui le rendait vraiment agréable en fait. Si seulement il parlait moins par contre ...

"Dans tout les cas je n'ai rien à faire d'urgent...

Silencieusement, Camille leva doucement sa main avant de la reposer doucement. elle ne voulait pas bouger d'ici. La mer était calme et le bruit des vagues s'y échouant était une berceuse agréable. Le sable était encore chaud par ce temps et doux et puis elle se sentait bien.
La demoiselle referma les yeux et dégagea lentement sa frange pour laisser les rayons du soleil réchauffé son visage de petit fille. Toujours les yeux clos, la demoiselle demanda d'un ton toujours distant mais nullement agressant, sans timidité :

"Mizuri ... pourquoi souris-tu toujours ?"

~ ~ ~ ~

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends...
 




Camille, sans frange:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizuri Ichio
Sous chef du clan Tochi | Victime de la cb
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 14/03/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Dim 18 Mai 2014 - 22:40

Mizuri restait attentif à la situation. Il observa le geste de lent de la Kurasu, elle venait de lever la main, il allait donc rester ici avec quelques pour profiter de l’air frais de cette belle plage. Pendant qu’il regardait le flot bleu incessant, se rappelant l’infinité de cette mer en guettant l’horizon, Camille l’interrogea. Le sous-chef se tourna rapidement, c’était la première fois qu’elle lui demandait des informations sur lui-même.
Avec une mine surprise mais enjouée il lui répondit spontanément :

« C’est bien la première fois que vous vous renseignez sur mon sujet, ça me fait bizarre ! »

Juste après cette exclamation il remarqua que la jeune demoiselle avait relevé sa frange, bien qu’elle gardait les yeux clos. C’était aussi la première fois qu’elle dévoilait son visage en intégralité au jeune brun. Toujours souriant il enchaîna :

« Et c’est aussi la première fois que je peux apercevoir ton visage de haut en bas, la seule chose qui me vient à l’esprit est pourquoi vous ne montrez pas votre jolie tête plus souvent ? Mais ne vous inquiétez je vais répondre à votre question aussi. «

Avant toute chose le Tochi se releva et mis ses mains dans ses poches, le regard perdu au milieu de lot, avec un timide sourire qui ne montrait que son intérêt pour la tranquillité de ce lieu. Il sentait une légère brise remuait ses habits.
Cette question, il ne pensait pas qu’on la lui poserait un jour. Son sourire était pourtant simple, il le gardait toujours pour une seule et unique raison.
Doucement il se tourna avant de dire posément :

« Camille je souris toujours parce qu’avant je ne faisais que vivre, maintenant je profite d’une nouvelle vie. »


Cette phrase lui semblait logique, peut-être qu’elle ne la comprendrait pas, ou qu’elle ne raisonnait pas pareil que lui. Mais il ne changerait pour rien au monde désormais.  Il était heureux ici, tout simplement heureux. Le danger du lycée ne lui importait plus, il était en train de vivre pleinement sa deuxième chance, et il ne pourra jamais assez remercier Rose pour ça, jamais. Cette sensation de bonheur, il avait envie de la partager avec tout le monde mais personne n’arrivait vraiment à le saisir finalement. Pour la plupart il n’était qu’un stupide niais insouciant, naïf et même inutile… Certains de son clan le voyait même comme un guignol et se demandait pourquoi c’était lui le sous-chef.
Mais, bien que désormais il était épanoui, il savait pertinemment que son passé la hanterait, et pour éviter de retomber dedans il devait le refouler, le gardait que pour lui, l’oublier.
C’était bien plus difficile à faire, chaque fois qu’on parlait de parents, chaque fois qu’on évoquait la famille, il remontait et devenait difficile à contenir.
C’est pour cette raison qu’il décida d’annoncer la phrase suivante :

« Vous devriez faire la même chose, on n’a qu’une seule vie il faut la vivre pleinement, à fond et sans regret. Une chanson dit : s’il faut mourir autant vivre à en crever. »


Il se retourna souriant mais les yeux plissés, comme pour dissimuler l’humidité montante de ses yeux :

« Dans tous les cas nous quitterons ce monde un jour, alors il ne faut pas se laisser hanter par nos vieux démons haha ! »

Il se laissa tomber sur le dos, et croisa ses bras derrière la tête. Même si il ne voyait plus la cheffe elle l’entendait quand même de cette position. Il regardait maintenant le bleu du ciel, presque aussi bleu que les cheveux de Camille.
Cette pensée le fit rire doucement, pour termina il déclara en rigolant faiblement :

« Et du coup, rien que de voir vos cheveux bleus je suis heureux. Parce que le bleu a toujours été ma couleur préférée, pour résumer je suis un imbécile heureux. La plupart des gens ne se trompent pas sur mon compte finalement. »  

~ ~ ~ ~

Qu'importe le passé, la valeur d'une personne se juge sur son présent.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Kaonai
Chef du clan Kurasu | La Fleur de Glace | Admin
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : Loin des autres ~

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Dim 25 Mai 2014 - 20:42

"Mizuri ... pourquoi souris-tu toujours ?
_ C’est bien la première fois que vous vous renseignez sur mon sujet, ça me fait bizarre ! "

Il ne fallait pas tant s'enjouer, c'était une question tout se qu'il y avait de plus normal. Seulement il est vrai que la demoiselle se posait beaucoup plus de question qu'elle voulait le montrer. Elle observait les gens, en admirait certains, en fuyait d'autres. Mais Mizuri retenait son attention du au fait que son invocation se méfiait de lui alors qu'il semblait vraiment naïf et innocent. Il  semblait trop innocent aux yeux d'Oscar pour ne pas être louche. Seulement, Camille était la première à comprendre que les gens avaient des secrets et qu'on pouvait être une personne formidable en portant sur ses épaules les pires maux du monde dans un coffre fort.

Et c’est aussi la première fois que je peux apercevoir ton visage de haut en bas, la seule chose qui me vient à l’esprit est pourquoi vous ne montrez pas votre jolie tête plus souvent ? Mais ne vous inquiétez je vais répondre à votre question aussi."

Camille ouvrit la bouche un moment, s’apprêtant à répliquer, mais se résigna et la referma lentement. Chez les Kaonai les filles avaient toute une bouille mignonne, Camille avait 16 ans mais en faisait plus cachéz ainsi, seulement sous ses long cheveux bleus se cache un visage agréablement arrondis comme celui d'une petite fille, une petite bouche et de grands yeux, un grand air de famille avec Canna. La Kaonai ne se rendait pas compte qu'elle était incroyablement mignonne, et personne d'ailleurs vu comment elle cachait une bonne partie de son visage.

"Camille je souris toujours parce qu’avant je ne faisais que vivre, maintenant je profite d’une nouvelle vie. "

La demoiselle garda le silence. Mizuri avait raison de profiter de la vie. Camillle faisait partie de ces gens qui n'avaient pas eut une enfance facile, elle avait tout perdu avant même d'avoir compris le pourquoi du comment, sa mère, son père, et avait gagné une marâtre qui l'a abandonné dès qu'elle pu. Elle aurait du oublier tout ça, elle n'avait que 5 ans quand elle est venue habité avec Canna. Mais ce n'était pas aussi simple, car il y avait aussi le rejet des autres, les gens avaient peur d'elle, elle n'était pas normal surtout quand on regardait ses yeux. Alors à quoi bon tout essayer quand personne ne vous aidait ?

"Vous devriez faire la même chose, on n’a qu’une seule vie il faut la vivre pleinement, à fond et sans regret. Une chanson dit : s’il faut mourir autant vivre à en crever. "

On a qu'une seule vie c'est vrai ... mais au fond, qu'est-ce que c'était que de la remplir ? Camille pensa que sa vie était assez mouvementée, et donc bien remplie, elle n'avait besoin de rien d'autres pour la remplir encore et encore. Se tenir loin des autres étaient moins de problèmes, elle en avait déjà assez de problèmes comme ça pour avoir en plus des problèmes de sentiments.
Les sentiments ... Elle en avait c'est vrai, tout le monde en a, même la personne la plus froide du monde (où elle bat tout le monde à plate couture) pouvait en avoir, seulement les émotions n'étaient pas là, elle ne s'exprimait jamais sur se qu'elle ressentait. Peut-être si sa vie avait été différente, elle le serait aussi. Les gens deviennent se qu'ils sont par rapport à leur passé, mais aussi à ce qu'ils font pour modifier leur futur, en bien ou en mal ... Etait-ce cela, vivre ? Modifier constamment son Destin pour sentir chaque jours qu'il faut vivre l'éphémère ?
Alors que le demoiselle n'avait toujours rien dit, les yeux ainsi clos, Mizuri continua :

"Dans tous les cas nous quitterons ce monde un jour, alors il ne faut pas se laisser hanter par nos vieux démons haha ! "

Camille entendit un petit fracas, apparemment le jeune homme venait de s'allonger sur le sable. La jeune française roula sur le coté pour lui tourner le dos avant d'ouvrir les yeux. Au loin elle voyait l'ombre de la ville, les pentes de l'île, le lycée au sommet d'une colline, la forêt à ses cotés, la mer s'échouer et les grains de sables étaient aussi petits que le pollen des fleurs.
Ce monde était beau derrière toute cette soif de pouvoir, cette stupide guerre, ces hautes personnes qui utilisent les plus faibles. Derrière tout ça oui il y avait un autre monde, un monde que Camille voudrait voir un jour, paix, harmonie et beauté regroupé.

"Et du coup, rien que de voir vos cheveux bleus je suis heureux. Parce que le bleu a toujours été ma couleur préférée, pour résumer je suis un imbécile heureux. La plupart des gens ne se trompent pas sur mon compte finalement. "

La demoiselle ne réagit pas immédiatement, ce compliment était vraiment ... flatteur et ... inattendu ...
Il n'y avait vraiment qu'à Seikoku qu'on ne la voyait pas comme une anomalie, un espèce de déchet mal fichus entre deux individus, même un homme à trois bras, un visage à moitié carbonisé et sans orteils paraissait plus humain.
La jeune femme eut une espèce de remue des lèvres comme un ... un sourire. Etant toujours de marbre c'était difficile pour elle de sourire vraiment.
Après un moment de silence, Camille remit sa frange en se redressant, allant beaucoup mieux, elle regarda l'horizon entre ses longues mèches bleutées.

"Je ... suis ... flattée ..."

La visage de la demoiselle resta de marbre mais dans ses yeux se trouvait moins de peine. Elle était même plutôt contente en ce moment même si elle venait de brûler Mizuri à un degré très important et assez terrifiant ...

"Tu es quelqu'un de gentil avec un bon fond Mizuri. Reste comme tu es ..."

A ces mots, Camille se leva doucement, jetant un dernier regard au loin, elle se tourna vers Mizuri et puis demanda d'un ton indifférent mais essayant d'être plus aimable :

"Je pense qu'il serait temps de rentrer. Tu ne devais pas aller quelque part ?"

~ ~ ~ ~

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends...
 




Camille, sans frange:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizuri Ichio
Sous chef du clan Tochi | Victime de la cb
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 14/03/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Lun 26 Mai 2014 - 1:27

A la fin de son discours un léger silence prit place, un silence, mais un silence apaisant faisant conserver son petit sourire aux sous-chefs.
Il continuait d'observer le ciel bleu scrutant la formes imaginaires des nuages blancs, un des contrastes les plus magnifiques que la nature avait a proposé...
Cependant trois mots vinrent couper le doux silence, trois simples mots qui firent réagirent immédiatement le tochi.
Un grand sourire se forma sur son visage, il oublia totalement sa cicatrice et se releva très rapidement, tellement rapidement qu'il ne remarqua qu'à peine que la cheffe Kurasu avait fait de même et se sentait don mieux.
Il leva les bras aux ciels et fit bouger son corps discrètement, c'était une mini danse de la victoire qu'il réalisait.
Il s'arrêta au bout de quelques secondes à peine et se retourna vers celle qu'il considérait comme une amie pour la regarder avec son grand sourire niais.
Il avait réussi finalement à faire ressentir quelque chose de positif à la jeune fille, ce qui le rendait particulièrement heureux. Finalement il lui en fallait bien peu.
Elle continua de parler lui demandant de ne pas changer.
Il la regarda simplement de ses yeux émeraudes, oh non il ne comptait pas changer. Surement pas. Peut être mort il serait le même dans l'autre monde, dans tout les cas il se débrouillerait pour quitter ce monde heureux, et il comptait faire la même chose avec toutes les personnes qui l'entouraient. Bon il avait encore du travail mais il était désormais encore plus déterminé qu'il ne l'avait jamais été.
La dernière réflexion de Camille le tira de ses pensées, il répondit rapidement :

"Aheuh.. hum, ah oui! Si ça y est je me souviens, avec tout ça j'avais presque oublié. Ne vous inquiétez pas j'ai toujours rien à faire devant moi j'y irais plus tard et je pense bien que je finirais par trouver cette bibliothèque! D'ailleurs peut être un jour que je vous inviterez à goûter un de mes repas, avec Rose bien sur, c'est pour elle que je fais ça, mais soyez patientes puisque je débute dans quelques heures seulement haha..."

Il se gratta le derrière de la tête une nouvelle fois, puis se se tapa faiblement le dos pour faire tomber le sable qui c'était accroché aux vêtements. C'est dommage il aurait bien passer plus de temps à parler. Les conversations lui manquer. Il proposa gentiment :

"Je peux vous raccompagner à votre dortoir si vous le voulez, au cas où votre fatigue subite revienne je n'ai pas bien envie de vous laisser seule... En tout cas je suis content que vous vous sentiez vu que c'était le but!"

Ce n'était qu'en demi mensonge de la part du tochi, facilement détectable grâce à son prodigieux jeu d'acteur... Certes il s'inquiétait pour Camille, mais il désirait profiter de sa compagnie encore un peu, juste un petit peu plus...
Dernièrement il n'avait rencontré personne. Les tochi passait devant lui, le saluer par politesse mais désirait pas passer plus de leur temps avec lui. Au hasard de ses vagabondages il rencontrait de nouvelles personnes certes, mais rarement la communication se développait plus que quelques indications, les gens trouver son comportement étranges.
Bien qu'il était heureux en permanence, les moments où il l'était vraiment le plus étaient ceux avec Rose, et quand il apercevait Camille. Car avec ces deux demoiselles la conversation ne c'était pas arrêtée à : à droite au fond du couloir.
Non, et puis à chacune d'elle il avait fait la même promesse, et il voudra être là le jour où elles seront réalisées.

~ ~ ~ ~

Qu'importe le passé, la valeur d'une personne se juge sur son présent.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Kaonai
Chef du clan Kurasu | La Fleur de Glace | Admin
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : Loin des autres ~

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   Jeu 29 Mai 2014 - 2:20

"Je pense qu'il serait temps de rentrer. Tu ne devais pas aller quelque part ?
_Aheuh.. hum, ah oui! Si ça y est je me souviens, avec tout ça j'avais presque oublié. Ne vous inquiétez pas j'ai toujours rien à faire devant moi j'y irais plus tard et je pense bien que je finirais par trouver cette bibliothèque! D'ailleurs peut être un jour que je vous inviterez à goûter un de mes repas, avec Rose bien sur, c'est pour elle que je fais ça, mais soyez patientes puisque je débute dans quelques heures seulement haha..."

Camille trouvait ça presque mignon. Mizuri semblait aimer beaucoup sa chef et elle avait une certaine ... fraternité (?) avec lui. C'était une bonne chose que que Mizuri se sente bien parmi les siens.
Le jeune homme se gratta la tête et les vêtements pour se nettoyer un peu de tout ce sable. Camille n'en fit rien pour elle, le sable tomba naturellement de ses cheveux et en marchant, surement de ses vêtements. La jeune chef reprit cependant ses gants et les enfila, avant de croiser les bras, regardant Mizuri, inflexible. Le jeune homme reprit son sourire large et intarissable.

"Je peux vous raccompagner à votre dortoir si vous le voulez, au cas où votre fatigue subite revienne je n'ai pas bien envie de vous laisser seule... En tout cas je suis content que vous vous sentiez vu que c'était le but!"

Camille garda un visage de marbre, laissant le silence s'installer une nouvelle fois entre eux deux.
C'était beau que le silence pour pouvoir observer, sentir et entendre, loin des bruits parasites qui troublaient le souffle du vent, les échos des vagues, ou simplement le battements des coeurs de ces êtres encore vivants, avec de l'espoir, de la joie.
La demoiselle finit par dire :

"Raccompagne moi si tu veux."

Camille ouvrit donc la marche suivit de son camarade. Les deux compères finirent alors leur après midi ensemble dans le dortoir Kurasu.
Malheureusement, Mizuri n'aura toujours pas vus les yeux de Camille ni un sourire de sa part, mais il aura au moins apporter de la légèreté dans son coeur, et un espoir qu'il ne soupçonne sûrement pas.
Lorsqu'ils se quittèrent, Camille ne savait pas comment exprimer cette émotion de simple de joie d'avoir partager cette journée avec une personne qui lui rappeler un être cher, alors elle dis simplement à son invité :

"Merci pour cette journée Mizuri ..."

Et elle espéra que toute celles qui suivront ressemblera à celle-là, peut-être ainsi la vie à Seikoku sera plus belle ...


[FIN DU RP]

~ ~ ~ ~

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends...
 




Camille, sans frange:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le hasard fait bien les choses (PV camille) [FINI]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nature fait bien les choses 〘PV Dentô Shinji 〙
» Le hasard fait bien les choses...| Conrad
» [RP] Le hasard fait bien les choses...
» Le hasard fait bien les choses ! [Ludmila Parker]
» Le hasard fait bien les choses,. ( PV Shord , Mission de rang B)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: RP :: Lycée :: Cours de récréation-
Sauter vers: