AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 À l'aube de la tempête (solo - terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Johanna Hope
Sous-chef du clan Yachiru | Little mermaid
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 02/12/2013
Localisation : Au large, avec son empereur de Chine <3

MessageSujet: À l'aube de la tempête (solo - terminé)   Lun 9 Déc 2013 - 0:58

Johanna ne s’était jamais sentie aussi mal. Recroquevillée sur elle-même dans le coin de sa chambre, elle tremblait alors que son front était brûlant et recouvert d’une fine pellicule de sueur. Elle tressaillit et fut prise d’une nouvelle quinte de toux des plus violentes. Péniblement, elle porta son mouchoir devant sa bouche et ne fut pas surprise de le voir maculé de sang une fois la toux passée. Son état se détériorait à vue d’œil. 
 
 Tout ça par la faute de ce satané Kaarasu et de son chantage diabolique. Cette fois, il était allé trop loin dans ses demandes. La jeune sous-chef refusait catégoriquement de plier sous cette volonté, mais en contrepartie… Elle n’avait reçu aucun antidote pour son poison et commençait à être à court de ressources. En désespoir de cause, elle avait tout essayé : analysé son propre sang dans les laboratoires du lycée, essayé tous les médicaments et/ou traitements que les Kurasu avaient à lui proposer (sans parler du corbeau et de son chantage, évidemment, il ne fallait pas qu’HellRoy apprenne cela), tenté de dérober l’antidote par elle-même, mais rien n’avait fait… Et à ce stade, elle n’avait même plus la force de se tenir debout. Elle frémit, alors qu’un coup de vent venant de déferler dans sa chambre la fit frissonner et accentua ses tremblements.  Tiens… il lui semblait pourtant qu’elle avait bien fermé cette fenêtre…
 
- Alors, tu tiens le coup, Hanna-chan ?
 
 Cette voix… était bien celle que la blonde avait le moins envie d’entendre à cet instant précis. De peine et de misère, elle se redressa et parvint, chancelante, à atteindre son lit alors que dans le cadre de la fenêtre, son bourreau l’observait avec un sourire malsain. Derrière lui la lune brillait, grosse et pleine, et ses iris qui paraissaient faites de rubis en fusion étaient impossible à fuir. Il arborait un rictus satisfait, jouant nonchalamment avec une petite fiole qui pendait au bout d’une chaînette en argent. Fiole qui contenait, bien évidemment, l’antidote. Le liquide qui pourrait la libérer de cet atroce mal… De la voir ainsi, juste sous son nez, cela la rendait folle. Elle se serait jetée sur lui pour lui arracher si elle en avait eu la force. Mais naturellement, elle ne l’avait pas. Et ça, Kaarasu en était pleinement conscient. 
 
- Tu sais qu’à ce rythme la, tu ne passeras pas la nuit. 
 
 Johanna déglutit.
 
- Tu as… changé tes conditions ? S’enquit-elle faiblement. O-Ou tu es la… juste... pour me narguer ?
 
- Te narguer, je suppose. Répondit le jeune homme en haussant les épaules. Ou, à mon avis, te laisser une chance de reconsidérer mon offre… 
 
La jeune fille frissonna devant ce ton. Son offre, comme il disait… Elle avait passé des heures a la revoir, dans toutes ces facettes à la recherche d’une faille, d’un stratagème qu’elle pourrait utiliser pour tromper le corbeau et ainsi s’en sortir, mais… il n’y avait rien. Le Mikari avait vraiment tout calculé, et elle se trouvait maintenant au pied du mur.
 
- Tu… Tu perds ton temps. Je ne pourrai jamais… pas elle… 


- Ahh…  Soupira-t-il, faussement désolé. Voila qui est regrettable. Ce serait pourtant si facile. Et que feras-tu, à la place de sauver ta peau ? Tu te laisseras mourir. Obstinément. Et ça ne servira absolument à rien car je n’aurai qu’à trouver quelqu’un d’autre pour faire le travail à ta place.
 
 De rage, la jeune fille serra les poings jusqu’à ce que ses ongles viennent à s’enfoncer dans ses paumes et de fines larmes perlèrent au coin de ses yeux. Était-ce réellement la fin ? Une fin si pitoyable…
 
- Et bien, dans ce cas, j’imagine que je suis venu pour rien.
 
Le sous-chef Mikari tourna les talons et grimpa de nouveau sur le cadre de la fenêtre. Alors qu’elle l’entendait chantonner distraitement, Johanna fut prise de panique. Elle sentait la mort s’enrouler autour d’elle, tel une ombre sournoise. Était-ce encore l’un de ses sales coups ? C’était comme un voile, gluant, s’emparant de ses poignets, de sa gorge. Elle commença à suffoquer. Elle ne pouvait pas mourir maintenant. Pas comme ça. L’image d’HellRoy ne cessait d’envahir ses pensées, ondulant devant ses yeux tel un trésor éphémère et à jamais inaccessible. Que ferait-il en apprenant la nouvelle de son décès ? De quel droit allait-elle l’abandonner comme ça ? Ne lui avait-elle pas promis d’être toujours à ses côtés ?
 
 Et puis, pire encore : Kaarasu pourrait se servir de cette rage, de ce chagrin que ressentirait le chinois pour aller jouer dans sa tête et le torturer psychologiquement… Cela ne serait qu’une douce vengeance pour la fois ou ce dernier l’avait blessé. 
 
 Non. Elle ne pouvait tout simplement pas laisser ça arriver. Non… N-Non !
 
 La sensation d’étouffement se faisait de plus en plus intense et la Yachiru retomba sur son lit, prise de spasmes et comme combattant une force invisible qui doucement s’emparait d’elle.
 
 - K-Kaarasu ! Cria-t-elle en proie au désespoir. 
 
 Comme elle l’aurait supposé si elle avait été un peu plus lucide, le corbeau n’était pas parti bien loin. Il ressurgit presqu’immédiatement dans la chambre, et vint s’asseoir sur le lit de la blonde, lui soutenant doucement la tête alors que la douleur plongeait son esprit dans un état second. 
 
- Je n’attends qu’un mot, Hanna-chan. Lui dit-il avec une infinie délicatesse qui ne lui ressemblait pas du tout. Acceptes-tu ?
 
- O-Oui… Lâcha-elle, vaincue. 
 
 Avec un sourire enfantin le jeune homme lui tendit le flacon d’antidote et l’aida même à le boire. Après quoi il se releva et lui adressa un petit signe amical de la main ;
 
- Ne m’oublie pas, hmm ? Une promesse est une promesse. Et dans le cas ou tu choisirais de t’échapper… Ne tente même pas d’imaginer ce qui pourrait se produire… D’accord ?
 
 Elle ne répondit pas. Il n’y avait rien à répondre de toute façon.
 
 L’antidote apaisa immédiatement sa douleur et la fit dormir d’un sommeil des plus agréables et réparateurs. En se levant par contre, elle fut submergée par une vague d’angoisse et d’amertume. Comment en était-elle arrivée là ? Au stade ou elle devrait trahir l’une des seules amies qu’elle n’avait jamais eu… Un acte qui pourrait même couter la vie, à cette amie si précieuse… Et pourtant… 
 
 Devant son miroir, elle essuya rapidement les quelques larmes qui étaient apparues au coin de ses yeux.
 
« Pardonne-moi… Azuki… »
 

 C’était la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
À l'aube de la tempête (solo - terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» Un soupir vient souvent d'un souvenir ... [solo, terminé]
» Un anniversaire, une nostalgie [Solo] [Terminé]
» Série de meurtre en Mavreah [Rp solo terminée]
» [Quête] A voleur, voleur et demi - Solo - [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Seikoku :: RP :: Lycée :: Les dortoirs :: Dortoirs Yachiru-
Sauter vers: